Actualité à la Hune

Branlebas de Régates à Saint-Malo

Nos reporters à bord de La Cancalaise

Organisé chaque année par la Société nautique de la baie de Saint-Malo (SNBSM), le Branlebas de Régates a de nouveau regroupé, du 16 au 19 août, au large de la Cité corsaire, tout ce qui pouvait flotter et se mouvoir à la voile. Parmi les dizaines de voiliers inscrits, des Muscadet, des Cornish Shrimpers ou des Cornish Crabbers d’inspiration britannique, mais aussi des voiliers de travail tels que la bisquine la Cancalaise venus se frotter sur l’eau à des engins plus modernes comme quelques Class40 ou le grand Kriter V qui prendront le départ de la Route du Rhum le 4 novembre prochain. Disputées entre Saint-Malo, Granville, Chausey et Cancale, ces quatre journées de régates bon enfant se sont achevées en feu d’artifice dimanche par une parade à laquelle ont participé près de 80 voiliers escortant fièrement leur navire amiral, la Cancalaise, à bord de laquelle se trouvaient nos deux reporters de Voilesetvoiliers.com, Céline et Vincent. Convivialité, partage, effort, réconfort et autres choses vues : roman-photo.
  • Publié le : 21/08/2018 - 00:01

La CancalaiseLa Cancalaise, bisquine lancée en avril 1987, participait une nouvelle fois cet été au Branlebas de Régates. Elle n'a manqué aucun de ces rassemblements depuis que la course a été reprise, en 1994.Photo @ Pierrick Contin/Branlebas de RégatesLa CancalaiseAvec ses 10 voiles en garde-robe, la Cancalaise peut en séduire plus d'un. A condition, d'abord, d'envoyer tout cela dans les hauts. Et hisse ! Photo @ Céline NovarLa CancalaiseOrlane, la patronne, prend les dernières instructions de course. "Départ imminent"crache la VHF. Tout est clair, à la barre.Photo @ Céline NovarLa CancalaiseDépart annoncé dans quelques minutes, tout est prêt à bord. Même l'équipage, puisqu'un pique-nique autorise l'impasse sur la vaisselle.Photo @ Céline NovarLa CancalaiseBranlebas sur le pont : Orlane, la patronne (à gauche) et Blandine, le second (à droite), exécutent quelques pas de danse pour motiver les troupes. Superbe ambiance, partage et bonne humeur règnent sur le voilier.Photo @ Céline NovarLes RapetousWakeboard à gogo, «Les Rapetous» font le show ! Provisoire rigolade puisque le départ pris, c'est l'équipage granvillais de ce First Class 10 qui repartira avec la Coupe, en Osiris 1. Photo @ Céline NovarLa CancalaiseAvec 450 m² de surface totale de voilure, «un bel appartement à Paris» selon la patronne, l'appareillage à la voile n'est pas une mince affaire.Photo @ Céline NovarLa CancalaiseFausse décontraction à bord. En bons pros, les équipiers profitent de la moindre seconde de calme pour écouter leur corps, donc le nourrir, avant la reprise des choses sérieuses.Photo @ Céline NovarLa CancalaiseMer calme, très calme. Vent faible, très faible. Nonchalante, une partie de la flotte vagabonde devant le Petit Bé et l'île de Cézembre.Photo @ Céline NovarLa CancalaiseCap sur la bataille ! Au cœur de la régate, le plan de voilure de la Cancalaise devrait en impressionner plus d'un. Refus de tribord interdits !Photo @ Céline NovarLa CancalaiseTous à bâbord (ou presque) pour faire gîter ce monument marin de 48 tonnes : même sur les grands classiques, il y a l'art et la manière pour réduire la surface mouillée de la carène et donner de l'erre au bateau en course.Photo @ Céline NovarLa CancalaiseVirement de bord et pas de winches sur le pont ! Huile de coude et paires de bras sont requises pour border le foc, la grand-voile, et puis les autres voiles.Photo @ Céline NovarLa CancalaiseNouveau virement de bord : Blandine, le second (photo de droite), vient à la rescousse d'une partie de l'équipage. Et que ça souque !Photo @ Céline Novar

Plus d'infos sur la Cancalaise
Adhérez à l'association 

L'esprit du Branlebas de régate en vidéo

Branlebas de régate : infos, classements , résultats...

Les tags de cet article