Actualité à la Hune

spi ouest-france - destination morbihan

Christophe Gaumont : « Les Multi2000 ont mis un coup de boost ! »

Béni par la météo et une flotte de 409 bateaux, le 39e Spi Ouest-France – Destination Morbihan restera dans les annales. Analyse avec le directeur de course, Christophe Gaumont qui voit dans l’arrivée réussie des Multi2000 le meilleur facteur pour se renouveler et progresser.
  • Publié le : 18/04/2017 - 00:01

Multi2000L'introduction de la flotte des Multi2000 (ici Acapella-Soreal au premier plan) a été la belle réussite de ce Spi.Photo @ Didier Ravon

Voilesetvoiliers.com : Christophe Gaumont, après cette remise des prix comment jugez-vous cette 39e édition du Spi Ouest-France – Destination Morbihan qui vient de s’achever ?
Christophe Gaumont :
Ce fut une très belle édition, marquée par de très bonnes conditions météo même si cela fut un peu compliqué en fin de matinée. Mais nous avons eu du vent quasi tout le temps avec une brise qui grimpait l’après-midi. Cela nous a permis de faire le programme que nous nous étions fixé avec, selon les ronds, quatre côtiers pour ceux qui ne disputaient que des côtiers et jusqu’à douze courses pour ceux qui faisaient des parcours techniques.
Nous avons pu aussi lancer des côtiers plus longs que d’habitude car nous sortions de la baie en allant jusqu’au phare des Grands Cardinaux par exemple. Le gros point positif a été l’intégration des Multi2000, regroupés avec les IRC double.

Christophe Caumont et Régine ErmelChristophe Gaumont, directeur de course du Spi Ouest-France - Destination Morbihan avec Régine Ermel, Directrice des Relations Publiques de Ouest-France et grande ordonnatrice de l"épreuve.Photo @ Marc Ollivier/Ouest-FranceVoilesetvoiliers.com : Justement cette intégration des Multi2000 a semble-t-il été très appréciée.
C.C. :
Ce fut une décision de l’organisation. J’ai eu à la mettre en place en trouvant des solutions. Je pense qu’il y avait la place pour eux lors du Spi, car le challenge était de faire cohabiter tout le monde. La solution mise en place a été satisfaisante et on a dressé un programme sympathique. D’ores et déjà il y a des enseignements à en tirer pour l’année prochaine où nous avons des idées pour se donner plus de souplesse de manière à améliorer le système. Ce fut une vraie bonne idée qui ne demande qu’à être améliorée.

Voilesetvoiliers.com : Avec 34 partants, la flotte des IRC double a aussi été un succès.
C.C. :
J’en suis convaincu depuis très longtemps. On peut mener à deux un bateau à 80 % de son potentiel par rapport à un équipage complet. Il y a beaucoup de marins qui trouvent que c’est plus facile à mettre en place même sans avoir l’objectif de faire la Transquadra (départ de Barcelone le 12 juillet puis de Lorient le 16 juillet, ndlr) cette année. C’est un mode de pratique sympathique

J112EA la barre d'un J/112E, Didier Le Moal, directeur général de J Composites et son fidèle équipage de J Lance 12 remportent la 39e édition du Spi en IRC2Photo @ Jean-Marioe Liot/J Composites

Voilesetvoiliers.com : En revanche, déception de la part des Mini 6.50 invités mais qui ne sont pas venus.
C.C. :
Je n’ai pas tous les éléments mais beaucoup d’entre eux sont en préparation pour la Mini Transat de l’automne prochain (départ le 1er octobre de La Rochelle, ndlr) et je pense que ces marins sont essentiellement concentrés sur des courses pouvant leur servir de qualification. Le programme est assez chargé. Leur principal souci est sans doute de se qualifier. Il était sans doute difficile pour eux de trouver un créneau réservé au Spi. C’est l’une des explications.
Pour ce qui est des autres réussites on a encore vu une flotte de J/80 dynamique avec 67 bateaux. Les J/70 et les Open 5,70 demeurent aussi nombreux que les années passées avec des flottes d’une trentaine de concurrents. Pour tout ce qui est en temps compensé - entre Osiris et IRC - le chiffre ne diminue pas. On voit de nouveaux venus qui n’avaient pas songé venir au Spi avant et qui apprécient un programme alternant parcours techniques et parcours côtiers. Je n’ai pas de déception cette année avec des nouveautés qui ont bien marché et des piliers qui résistent. Ensuite, les deux séries autres invitées – Figaro et 6.50 – ne sont pas venues mais c’est à développer et je pense qu’on va continuer à les inviter. Ils ont leur place. Et techniquement, il est possible de les accueillir régater.

Voilesetvoiliers.com : Avec 409 inscrits contre 360 ce fut là encore une belle progression par rapport à 2016.
C.C. :
Il ne faut pas se voiler la face : on tient parce qu’on a un beau weed-end, un lieu et une organisation qui tiennent bien la route. Mais ensuite on dépend de facteurs extérieurs comme les vacances scolaires cette année ou la date de Pâques. Voilà un an elle était presque trois semaines avant ! Ce sont des aléas que nous ne maîtrisons pas. On n’en a pas encore le pouvoir !

Dongfeng Race Team 2Les "chinois" de Dongfeng Race Team étaient très attendus en Open 7.50. Ils terminent 2e et 3e d"une catégorie gagnée par l"équipage de Nicolas Groleau (Bretagne Télécom).Photo @ Thomas Brégardis/Ouest-France

Voilesetvoiliers.com : Quelles sont les pistes d’amélioration pour la 40e édition en 2018 en ce qui concerne la direction de course ?
C.C. :
Il est un peu tôt pour en parler et je ne suis pas du tout le seul impliqué. Mais l’idée est de renforcer l’accueil des Multi2000 et de ceux qui font un seul parcours côtier en allant plus loin mais aussi de faire changer les bateaux de zone de course. Depuis 38 ans, les bateaux qui courent en zone A vont en zone A. Cette année on a commencé à changer les zones de course comme pour les IRC qui disputèrent des côtiers sur une autre zone. Ce qui nous a permis de faire des programmes avec moins de bateaux pour les IRC3 et 4. Cette idée de faire changer les bateaux de lieux de départ et de types de parcours me paraît intéressante. Ce sont des pistes de réflexions. Mais les Multi2000 ont mis un coup de boost ! On va toujours essayer de garder la qualité mais avec l’idée d’encore plus innover. Il ne faut pas rester sur une organisation identique mais la bouger pour faire encore mieux. Il faut se renouveler. Les gens qui naviguent aujourd’hui n’ont pas les mêmes aspirations et les mêmes types de pratiques que voilà vingt ans.

Retrouvez l’ensemble des résultats sur le site du Spi Ouest-France - Destination Morbihan.