Actus

Louis Vuitton Pacific Series

3 questions à Bruno Troublé

Bruno Troublé, 63 ans, figure emblématique de la Coupe de l'America.

  • Publié le : 02/12/2008 - 17:17

Le loup blanc de la Coupe Créateur de la Coupe Louis Vuitton, il l'a organisé pendant 25 ans. Troublé est désormais le porte-parole des Pacific Series. Photo © Gilles Martin-Raget Bruno Troublé. Homme de communication - il a suivi une formation d'avocat - et régatier, ce champion de Flying Dutchman et de Soling est le skipper du baron Bich pour la Coupe de 1977 à 1983. Il crée la même année la Coupe Louis Vuitton qu'il organise pendant 25 ans.
En juillet 2007, coup de théâtre sur la Coupe après la victoire d'Alinghi : Louis Vuitton se retire de l'organisation. En septembre dernier, le célèbre malletier contre le conflit juridique qui oppose les syndicats suisse et américain en annonçant la création des Louis Vuitton Pacific Series. Cette nouvelle épreuve sera organisée du 30 janvier au 15 février 2009 à Auckland (Nouvelle-Zélande). Bruno Troublé en est le porte-parole, nous l'avons interrogé à ce sujet.

v&v.com : Pourquoi avoir créé les Pacific Series ?
BT : Louis Vuitton participe depuis 25 ans au succès de la Coupe de l'America. Début septembre, on ne savait rien sur l'avenir de la Coupe, où et quand elle se déroulerait, sur quel support. D'une part, il n'y aura pas de décision de justice prise avant avril ou mai 2009, et d'autre part, le mois de février est un mois creux dans le calendrier des sportifs. C'était l'occasion de proposer une épreuve facile, indépendante et absolument non concurrente de la Coupe. Entre temps, la crise économique s'est déclenchée et l'idée d'utiliser des Class America de la dernière génération pour les Pacific Series s'est imposée.
6 novembre : ambiance feutrée en conférence chez Louis Vuitton De gauche à droite : Beccari, vice-président du marketing et de la communication pour Vuitton, Carcelle, président, et Troublé. Photo © D.R.
v&v.com : Comment des équipes qui se déchirent au tribunal vont-elles pouvoir régater avec fair-play ?
BT : Il y aura évidemment une sorte de revanche entre les équipages. Mais si on a donné le nom de "Pacific Series" à cette épreuve, ce n'est pas pour rien. Cette appellation la situe géographiquement et en souligne surtout l'esprit amical. Elle est une compétition sans enjeux, au soleil, qui devrait donner l'occasion aux gens de se parler. Elle est un message de paix. A terre, tout sera fait dans l'amitié, il n'y aura ni barbelés ni chiens de garde... Bien sûr, il ne faut pas non plus croire que les équipages se feront des politesses sur l'eau. Ils sont avant tout des régatiers qui ont envie de gagner !

v&v.com : Dans quel contexte envisagez-vous de rééditer les Louis Vuitton Pacific Series ?
BT : Tout dépendra de la décision de justice. Si la Coupe se court en multicoque, notre concept n'est plus adapté. Et si Alinghi est conforté dans sa position d'organisateur de la Coupe, il ne nous laissera certainement pas gérer une telle épreuve en parallèle.

...........
Consultez notre article sur les Louis Vuitton Pacific Series.