Actualité à la Hune

La chronique de Nico

Du Mini 6.50 au Volvo 65

N’ayant pas participé à la dernière étape de la Volvo Ocean Race entre Auckland et Itajaí, j’ai eu l’occasion de disputer ma première course en Mini 6.50 lors de la Plastimo Lorient Mini 6.50 le 6 avril dernier. Avant de repartir au Brésil rejoindre l’équipe de Turn The Tide On Plastic, je livre ici mon récit et mon analyse atypique sur ce passage du plus petit bateau de course au large au quasiment plus gros !
  • Publié le : 17/04/2018 - 00:01

Nicolas LunvenNotre chroniqueur s'est essayé pour la première fois au Mini 6.50 à son grand plaisir lors de la Plastimo Lorient Mini 6.50.Photo @ Clément Le Calvé/PLM650

Ami de longue date, Jean-René Guilloux, avec lequel nous avons usé nos fonds de cirés sur le Tour de France à la voile en Farr 30 au début des années 2000, s’est mis bille en tête de participer à la prochaine Mini Transat 2019. Cela fait déjà un moment qu’il me parle de son projet : quel bateau choisir ? Comment s’organiser ? Et puis le projet se concrétise en début d’année 2018. Il loue un bateau pour deux ans afin de préparer au mieux la Mini 2019. Car cette course a beau se courir sur des petits bateaux, elle ne se prépare pas à la légère. Pour faire simple, l’année 2018 lui sert à parcourir le nombre de milles suffisant afin d’être qualifié pour officialiser son inscription début 2019. Le nombre d’inscrits étant limité, la priorité est donnée aux coureurs répondant déjà aux critères de qualification. Ensuite, l’année prochaine lui servira à se préparer de manière spécifique à la Transat qui se court à l’automne.

Lunven GuillouxLors de la course disputée au départ de Lorient, Nicolas Lunven (à gauche) était venu donner un coup de main à son ami Jean-René Guilloux (à droite) naviguant pour la première fois en 6.50.Photo @ Jean-René Guilloux

Nous voilà donc à Lorient en ce début avril pour cette première épreuve du calendrier Mini 2018 qui se court en double. Et la course joue déjà à guichets fermés : 60 inscrits maximum ! La répartition se fait approximativement entre un tiers de protos et deux tiers de série, avec une flopée de Pogo 3, dont nous faisons partie. On ne peut pas dire que notre préparation est optimale : Jean-René a récupéré son bateau il y a quelques semaines mais travaille la semaine à Rennes. Pour ma part, je n’ai jamais navigué en Mini 6.50 et j’arrive la veille du départ… Je retrouve sur les pontons quelques connaissances comme Fred Duthil, ancien figariste et maintenant à la tête de Technique Voile. Mais je prends surtout un coup de vieux avec tous ces jeunes ! Pour un peu, certains vont me vouvoyer… Bon, je ne vais vous faire patienter plus longtemps : je me suis amusé comme un gamin et je me suis aussi dit qu’il y avait énormément à apprendre sur ces petits bolides !

Pas d’outils de navigation

Le parcours est adapté aux conditions météo extrêmement légères : départ de Lorient, tour de Groix, Spineg (pointe de Penmarc’h), Belle-Ile à bâbord puis retour à Lorient. Parfait pour moi qui ai sillonné la Bretagne Sud ces quinze dernières années, principalement en Figaro. Sauf qu’il y a un «mais» : en Mini 6.50, il n’y a pas d’aide à la navigation, tu te débrouilles avec ton GPS et ta carte papier – lecteur de cartes, ordinateur et tablette sont interdits. Pas non plus d’outils météo à bord : tu écoutes le bulletin VHF et tu regardes les nuages ! Pour couronner le tout, le plafond nuageux est bas et sans lune en ce début avril…

PLM650La flotte de la Plastimo Lorient Mini 6.50 avec au fond le n° 915, Minimir Sailing Team, que Jean-René Guilloux et Nicolas Lunven mèneront à la 8e place.Photo @ Clément Le Calvé/PLM650

C’est extrêmement formateur de se retrouver sans tous les outils modernes. Il faut faire le point à la main sur la carte, regarder sa montre, son cap et son speedo pour estimer son déplacement. Cela nécessite de visualiser parfaitement le plan d’eau dans sa tête, de compter les éclats des bouées cardinales et des phares, etc. Bref, les devoirs de vacances à bord du Centurion 32 familial quand j’étais gamin. Bricoler les calculs de marée et les coordonnées géographiques sur la carte papier finit par servir !

Un petit bateau comme un grand !

Un Mini 6.50, comme son nom l’indique, est tout petit. La bôme est basse et les vingt bosses que j’ai sur la tête sont là pour le prouver ! Mais malgré cela, ce bateau a tout d’un grand ! Il est stable de route, marin, possède un jeu de voiles très fourni qui permet plein de configurations différentes : spi, genak, code zéro, tout y est. Les protos vont encore plus loin avec une quille basculante, des dérives, voire des foils maintenant, etc. Tout cela reste assez facile à mettre en œuvre puisque les voiles sont très légères, il n’y a pas des kilomètres de ficelles dans tous les sens et les manœuvres ne sont pas éreintantes. Le Pogo 3, bateau de série, est très plaisant et parlant à la barre, donc le moindre réglage se ressent tout de suite. La flotte est très compacte, notamment en bateaux de série où le niveau est très homogène. Cela offre de belles régates où il y a forcément pleins de choses à apprendre.

Caffari LunvenAprès avoir manqué la 7e étape de la Volvo Ocean Race, Nicolas Lunven va retrouver son poste à bord de Turn The Tide On Plastic au côté de la skipper Dee Caffari (au premier plan).Photo @ Jérémie Lecaudey/Volvo Ocean Race

Cette course m’a vraiment rappelé celles que j’ai pu faire en Figaro Bénéteau 2, sauf qu’en Figaro, tu ne te retrouves pas à éclairer le remous des cailloux autour de Belle-Ile en pleine nuit pour voir si tu peux couper le fromage ! Nous terminons cette course à la 4e place en série, à seulement quelques minutes des premiers (8e au scratch avec les protos). Et j’espère que je pourrais en refaire au plus vite.
Maintenant, place à la fin de la Volvo Ocean Race pour les prochaines semaines jusqu’à fin juin, avec le départ de la prochaine étape entre Itajaí et Newport le 22 avril !

VIDEO. Nicolas Lunven détaille ses projets et donne son analyse de la prochaine étape.