Actualité à la Hune

En direct de la 33e Coupe de l’America à Valence

Régate 1, troisième / USA-17 contre Alinghi 5 : USA-17 vainqueur avec 15'28" d'avance !

  • Publié le : 12/02/2010 - 06:54

Valence : le parcours des régates 1 et 3 La première régate se court sur un aller-retour de 40 milles dans l'axe du vent. Il en ira de même pour la troisième... si nécessaire : la 33e Coupe joue en deux manches gagnantes seulement ! Le sens de rotation (marques à bâbord ou à tribord) sera déterminé par le Comité de course le matin-même. Photo © D.R. Alors, donc, reprenons une fois de plus : qui va gagner ? Alinghi 5 le cata ou USA-17 le tri ? Le defender helvétique ou le challenger américain ? La légèreté ou la puissance ? L'aile ou la Suisse ?

Après un lundi mou et un mercredi houleux, ce vendredi permet de courir la première régate de la 33e Coupe de l'America - enfin !

Restez connectés : cet article est régulièrement mis à jour.

(Dernière màj : vendredi, 17h37).


LA MÉTÉO DU JOUR

Valence : la météo du vendredi 12 février au matin Voici la météo prévue pour la matinée de ce vendredi 12 février au large de Valence (cercle noir). Ça ne vous rappelle rien ? Oui, elle est presque identique à celle de mercredi, avec un flux bien établi de Nord-Nord-Ouest. Reste à déterminer l'état de la mer à une trentaine de milles au large... Photo © D.R.

LE DÉROULÉ DE LA RÉGATE


Valence : la zone de départ des régates La zone de départ des deux multicoques géants est soigneusement balisée et protégée. (Cliquez sur les illustrations pour les agrandir). Photo © D.R. 06h36 : le week-end dernier, BMW-Oracle Racing ayant gagné le tirage au sort, c'est USA-17 qui entrera tribord lors de la première régate (et lors de la troisième, si elle s'avère nécessaire).

06h54 : le Comité de course a annoncé que le signal d'attention de la régate ne sera pas donné avant 11h54, pour un départ à midi au plus tôt. Une prochaine évaluation doit être effectuée par le Comité avant 08h54.
Rappelons qu'un délai obligatoire de trois heures doit séparer la décision du Comité et le signal d'attention :
Notice Of Race - Point 4.b : après un retard du signal d'attention décidé à terre, le prochain signal doit être posté au bureau officiel des Instructions de course avant l'affalage du pavillon <AP> et ce signal ne peut être reprogrammé avant un minimum de trois heures.

08h02 : Hier, jeudi, malgré 20-30 noeuds établis à Valence et des rafales à 35, USA-17 est resté à son corps-mort dans le port de commerce, aile gréée. <C'est un peu angoissant, expliquait Max Sirena, en charge de la logistique de l'aile rigide de BMW-Oracle Racing, mais jusqu'ici, tout va bien. Et si nous ne l'avons pas baissée, c'est que nous sommes prêts à courir aujourd'hui.>

08h06 : hier, l'équipe d'Alinghi a changé les foils du catamaran, retirant ceux en forme en <S> pour les remplacer par des dérives-foils plus rectilignes. Pourtant, ces dernières sont plutôt utilisées par vent plus léger...

08h22 : composition de l'équipage de USA-17, 10 équipiers, les mêmes que pour la régate de lundi et de mercredi.
Brad Webb (NZL) : numéro un. Simone de Mari (ITA) : piano. Ross Halcrow (NZL) : régleur gennaker. Dirk de Ridder (NED) : régleur de l'aile. Joey Newton (AUS) : régleur du chariot de l'aile. John Kostecki (USA) : tacticien. James Spithill (AUS) : skipper-barreur. Matteo Plazzi (ITA) : navigateur. Thierry Fouchier (FRA) : piano et régleur des voiles d'avant. Matthew Mason (NZL) : inclinaison de l'aile.
Question : est-ce que Larry Ellison et Russell Coutts vont venir à bord au dernier moment, comme lundi dernier ? Et rester à bord pour la régate ?

08h55 : les équipiers de USA-17 viennent tout juste d'embarquer à bord de leur trimaran ! Et le bateau vient de quitter le port. Bon signe ?

08h56 : Alinghi 5 a lui aussi quitté sa base.

09h21 : le Comité de course est sur l'eau pour étudier les conditions de vent (une dizaine de noeuds de Nord, mais qui doivent basculer vers l'Ouest-Sud-Ouest) et, surtout, de mer.

09h27 : <Il semble y avoir une fenêtre et nous sortons en mer pour nous donner toutes les chances>, a déclaré tout à l'heure, le Directeur de course, Harold Bennett. Son équipe devrait positionner la ligne à 30 milles dans le Nord de Valencia et à 8 milles des côtes, au Sud de Castellon.

09h36 : composition de l'équipage d'Alinghi 5, 14 équipiers (les mêmes que lundi et mercredi), dont Ernesto Bertarelli (barreur), Loïck Peyron et Brad Butterworth.
Numéro 1 : Piet van Nieuwenhuijzen (NED). Pont-avant : Curtis Blewett (CAN). Piano : Rodney Ardern (NZL). Régleur près : Simon Daubney (NZL). Régleur portant : Nils Frei (SUI). Régleur grand-voile : Warwick Fleury (NZL). Chariot : Pierre-Yves Jorand (SUI). Barreur : Ernesto Bertarelli (SUI). Tacticien : Brad Butterworth (NZL). Bastaques : Murray Jones (NZL). Navigateur : Juan Vila (ESP). Plage avant : Jan Dekker (RSA/FRA). Equipier <flottant> et co-barreur : Loïck Peyron (FRA). Pré-départ : Peter Evans (NZL).

09h58 : le Comité de course progresse toujours vers la zone de course, à une trentaine de milles au large. Les deux concurrents sont sur l'eau.

10h08 : Brad Butterworth, skipper de l'équipe et tacticien d'Alinghi 5 : <J'espère que nous aurons de bonnes conditions. Je crois que ça faiblit. Les vents forts se calment. Si nous trouvons un bon endroit en mer, nous pourrons courir dans des conditions qui satisfont nos deux bateaux. C'est assez frustrant pour tout le monde de voir les manches reportées. Je veux aller courir et voir la vitesse de ces bateaux. La journée a l'air de bien se présenter.>

10h09 : marque au vent en place. 10 noeuds de vent dans le 335, forcissant à 12 noeuds.

10h31 : Russell Coutts, numéro deux de BMW-Oracle Racing : <Avec de la chance, nous aurons une course aujourd'hui. C'est une situation météo un peu complexe, mais il y aura une fenêtre possible avec un peu de vent et j'ai vraiment envie que ça parte aujourd'hui.>

10h48 : 12 noeuds au 170 à la marque au vent.

11h09 : on rélève 5 noeuds au 330 au bateau-comité (ligne de départ) et 8 noeuds au 335 à la bouée au vent.

11h30 : on rélève 6 noeuds au 300 au bateau-comité (ligne de départ) et 6 noeuds au 315 à la bouée au vent. Le Comité attend toujours la bascule au Sud, annoncée depuis ce matin.

11h47 : le vent tombe peu à peu, comme prévu par les bulletins de ce matin. Et il commence à tourner. USA-17 a quitté le semi-rigide qui le remorquait et navigue sous aile seule par 5-6 noeuds de vent et clapot.

11h55 : le vent étant en train de basculer, le Comité déplace la bouée au vent. Du coup, la procédure de départ est retardé.

12h13 : petit rappel des Instructions de course.
IC - 5.7 : <Après un long retard, pour informer les concurrents qu'une manche va être bientôt lancée, le Comité informe les bateaux par radio, environ 15 minutes avant le signal d'attention>.

12h33 : le vent est maintenant au Sud-Sud-Ouest et tourne peu à peu au Sud-Sud-Est, comme prévu, mais n'est pas encore vraiment établi. Il souffle à 5-6 noeuds au bateau-comité et à 4-5 noeuds à la bouée au vent.

12h42 : signe qui ne trompe pas, Harold Bennett a demandé à l'avion-relais des images télévisées de décoller, de se rendre sur zone et en position à 27 000 pieds ! Le départ approche, dirait-on !

12h54 : le bateau-comité doit se déplacer, le vent ayant encore un peu basculé. Mais la tension monte sur le plan d'eau ! Les concurrents se déplacent aussi, à 6-8 noeuds vers l'Ouest.

13h05 : le Comité a dû décaler le parcours de trois milles dans l'Ouest. La ligne de départ se rapproche donc de la côte - elle est à une trentaine de milles au Nord de Valence. La bouée au vent, elle, est à une vingtaine de milles de la côte.

13h17 : Loïck Peyron a passé la barre d'Alinghi 5 à son propriétaire, Ernesto Bertarelli. Et les Suisses, jusqu'ici sous grand-voile seule, viennent d'envoyer un gennaker. Et montent sur une coque ! USA-17 reste pour l'instant sous aile seule. Question : le trimaran pourra-t-il naviguer sur une coque avec un vent si léger ?

13h21 : le vent de Sud est un peu tombé, 3,5 noeuds à la bouée au vent, 6 noeuds au bateau-comité.

13h41 : Larry Ellison vient de quitter USA-17 pour embarquer sur un semi-rigide. Russell Coutts semble d'abord rester à bord, mais débarque quelques instants plus tard.

13h49 : signal d'attention annoncé à 14h00. Vent de 5 noeuds au 185 à la bouée au vent. Pavillon vert hissé : le parcours sera tribord, les concurrents devront laisser la bouée au vent à tribord.

13h52 : USA-17 a envoyé son grand gennaker lui aussi. Et monte sur une coque !

13h56 : signal d'attention dans quatre minutes. Les deux bateaux cerclent, testent les lay-line, reviennent près du bateau-comité.

14h00 : rappel. Le week-end dernier, BMW-Oracle Racing ayant gagné le tirage au sort, c'est USA-17 qui entrera tribord lors de cette première régate (et lors de la troisième, si elle s'avère nécessaire).

14h04 : toujours pas de signal d'attention.

14h07 : 5 noeuds au 160 au bateau-comité, qui hésite toujours sur la suite à donner. 6 noeuds au 180 à la bouée au vent.

14h24 : lancement de la procédure de départ. Signal d'attention dans trois minutes, départ dans neuf minutes.

14h27 : signal d'attention ! Départ dans six minutes, à 14h33.

14h30 : James Spithill fait une entrée spectaculaire et très agressive sur l'aire de départ. Tribord amures, il déboule à 24 noeuds sur une coque et fond sur Alinghi 5 !

14h31 : à deux minutes du départ, USA-17, tribord amures, a poussé Alinghi 5, bâbord amures, à la faute. Pavillon de réclamation immédiatement brandi sur le tri. Les juges se concertent quelques secondes, puis confirment : pénalité pour le defender (ce sera un 360°).

America à Valence - Régate 1 - L'entrée des artistes ! L'entrée des artistes ! USA-17, tribord amures, à fond sur une coque, entre dans la zone de départ, imité par Alinghi 5, bâbord. Dans quelques secondes, celui-ci va prendre une pénalité pour refus de tribord Photo © Guilain Grenier (BMW-Oracle Racing)

14h33 : top départ ! Les deux bateaux sont au-dessus de la ligne, face au vent. De façon superbe, Alinghi 5 abat, accélère, enroule la bouée, franchit la ligne et s'élance bâbord amures vers la droite du plan d'eau, rasant un USA-17 totalement collé à l'eau, immobile devant la ligne !

14h35 : une minute et 27 secondes après le defender, USA-17 passe enfin la ligne à son tour. Son retard est d'environ 500 mètres !

14h44 : Alinghi 5 affale le grand gennaker pour rehisser un solent. USA-17 semble grimper mieux, plus vite et plus haut. Les vitesses s'étagent entre 18 et 25 noeuds selon les moments.

14h51 : époustouflant ! USA-17 a déjà repris la tête. 90 secondes pour reprendre 90 mètres et passer largement au vent le defender !

15h00 : USA-17 a affalé sa voile d'avant. Et, du coup, perd un peu de son avance. Celle-ci se stabilise à 160 mètres. Puis le trimaran reprend inexorablement ses distances : 200, 300, 400, 500 mètres.

USA-17 sous aile seule au près : plus haut, plus vite USA-17 au près sous aile seule : plus haut plus vite ! Le trimaran américain compte plus de 400 mètres d'avance sur Alinghi 5 à cet instant. Il va perdre un peu... puis allonger la foulée. Photo © Guilain Grenier (BMW-Oracle Racing)

15h24 : Alinghi 5 vire. USA-17 suit. Le challenger américain a de 500 à 800 mètres d'avance !

15h58 : USA-17, sur la lyline, vire vers la bouée au vent. Alinghi 5 doit continuer un moment pour attraper aussi la ligne. Près de 1 500 mètres d'avance pour USA-17.

16h04 : USA-17 vire la bouée en tête. Alinghi 5 suit à 3 minutes 21 secondes.

16h31 : Alinghi 5 empanne. Même sous son grand gennaker, le cata suisse continue à perdre du terrain au portant : 2600 mètres de retard, maintenant. USA-17 empanne à son tour et le couvre. Et reprend encore du terrain : plus de 3000 mètres d'avance !

16h39 : USA-17 maintient son avance à 3 300 mètres. Il semble naviguer de façon beaucoup plus fluide, harmonieuse que son adversaire. Le trimaran barré par James Spithill navigue quasiment à gîte constante. Du grand art. On voit l'aile, très cambrée, sans cesse réglée afin de suivre les évolutions du vent et du cap.

16h55 : USA-17 est à 20 minutes de la ligne d'arrivée. Vitesse : entre 22 et 27 noeuds. Et 3300 mètres d'avance sur Alinghi 5. Il y a 8-10 noeuds sur le plan d'eau.

17h02 : Alinghi 5 reste à plus de 3 400 mètres derrière. Et a encore son 360° de pénalité à effectuer.

17h07 : coup de canon pour la victoire d'USA-17 !
Quelle démonstration ! Le challenger américain mène donc 1 à 0. Et le defender suisse peut se poser quelques questions : au près comme au portant (et c'est une demi-surprise avec le vent assez faible qui régnait sur le plan d'eau), et malgré un départ absolument magnifique, il n'a rien pu faire contre l'avion magnifiquement piloté par James Spithill.

Retard sur la ligne d'arrivée avec la pénalité : 15 minutes 28 !
N'ayant pas totalement passé la ligne d'arrivée avant de repartir pour effectuer son 360, Alinghi a dû recommencer sa manoeuvre.
Retard sur la ligne sans la pénalité : 9 minutes 55 secondes.

17h37 : temps permettant, le deuxième régate aura lieu dimanche 14 février,
signal d'attention à 10h00, départ à 10h06.



LE DEFENDER
Alinghi 5 : les chiffres officiels

Le catamaran Alinghi 5, defender suisse A la barre du catamaran suisse Alinghi 5, son propriétaire. Rien d'étonnant : Ernesto Bertarelli régate depuis toujours sur le lac Léman - et en multicoque. Il sera parfois remplacé par Loïck Peyron. Photo © George Johns (Alinghi) Catamaran en carbone composite.

Patron du défi : Ernesto Bertarelli (SUI)
Barreurs : Ernesto Bertarelli (SUI) et Loïck Peyron (FRA)

Longueur hors-tout : nc
Longueur flottaison : 90 pieds (29,70 mètres).
Largeur : équivalente à deux terrains de tennis côte à côte
Tirant d'eau : nc
Tirant d'air : le mât pivotant et basculant équivaut à la hauteur d'un immeuble de 17 étages (*)
Grand-voile : nc
Gennaker : 1 100 mètres carrés
Surface de voile au près : nc
Surface de voile au portant : nc
Poids annoncé : nc

Architectes : le Design Team est composé de 23 personnes et coordonné par Grant Simmer. Rolf Vrolijk est à la tête de cette équipe en tant que premier architecte.
Chantiers : Alinghi Villeneuve et Décision Corsier, SUI
Heures de travail nécessaires à la construction : 100 000
Surface de carbone utilisée : 30 000 mètres carrés

(*) A Valence, l'équipe suisse a semble-t-il changé de mât pour adopter un espar plus haut, dont on peut supposer qu'il atteint 70 mètres. De ce fait, la voilure a également été augmentée.



LE CHALLENGER
USA-17 : les chiffres officiels

USA-17 : un véritable avion ! Ce plan de François Chevalier illustre à merveille l'invraisemblable élancement de l'aile du trimaran américain. A raison de neuf panneaux d'environ 8 mètres, on obtient 72 mètres réels d'envergure ! Photo © François Chevalier Trimaran en carbone composite

Patron du défi : Larry Ellison (USA)
Barreur : James Spithill (AUS)

Longueur hors-tout : 100 pieds (30 mètres)
Longueur flottaison : 90 pieds (27,60 mètres)
Largeur : 90 pieds (27,60 mètres)
Poids annoncé : nc
Tirant d'eau : nc

Aile pivotante et basculante : carbone, Kevlar et toile aéronautique.
Composition : un élément principal et neuf volets réglables.
Tirant d'air de l'aile : 68 mètres (*)
Corde de l'aile : de 3 à 14 mètres
Epaisseur de l'aile : de 50 cm (haut) à 2 mètres (tiers inférieur)
Poids de l'aile : 3,5 tonnes
Surface de l'aile : 650 mètres carrés
Génois : 620 mètres carrés
Gennaker : 780 mètres carrés.
Surface de voilure au près : 1 270 mètres carrés
Surface de voilure au portant : 1 430 mètres carrés

Architectes : Van Peteghem/Lauriot-Prévost, BOR Design Team, Mike Drummond, 30 designers et scientifiques
Chantiers : Core Builders, Anacortes (WA), USA ; Hall Spars, Bristol (RI), USA
Heures de travail nécessaires à la construction : 150 000

(*) A Valence, l'équipe de BMW-Oracle a installé un volet supplémentaire en haut de l'aile, comme plusieurs de ses membres l'avait d'ailleurs laissé entendre dans les interviews publiées sur notre site. Les Américains affirmant que cet élément supplémentaire mesure 8 mètres de haut, on peut considérer que l'aile est composée de neuf volets de 8 mètres. Ce qui donnerait 72 mètres réels. Et sa surface doit être en fait supérieure à 700 mètres carrés...


LE TERRAIN DE JEU

Valence : le terrain de jeu Voici le terrain de jeu de la 33e Coupe de l'America, disputée au large de Valence, Espagne. Vaste ? Et comment : il mesure 55 milles sur 35. C'est qu'il faut, quelle que soit la direction du vent, pouvoir y insérer des parcours de régate d'une quarantaine de milles ! Photo © D.R.

En complément

  1. usa-17   bient ocirc;t l rsquo;or de v eacute;rit eacute;    2 12/02/2010 - 06:01 33e Coupe de l’America à Valence USA-17 : bientôt l’or de vérité ? (2) Oui, cette interrogation a déjà titré la magnifique «Photo à la hune» d’Alinghi 5 réalisée par Carlo Borlenghi, le 17 décembre. Mais elle méritait bien cette reprise pour l’étincelante image de Guilain Grenier consacrée à USA-17. D’autant que cette question, tout le monde se la pose aujourd’hui !
  2. 11/02/2010 - 14:44 Le montage de USA-17 en 30 secondes ! Il faut en moyenne 3 heures 30 de travail pour que le trimaran géant soit prêt à naviguer, de la mise à l'eau à l'installation complète de son aile dans la Darsena de Valence où l'équipe de Larrry Ellison se prépare pour le duel qui l'oppose à Alinghi 5... Un gréement unique et immense de 70 mètres de hauteur, dont la fragilité nécessite des conditions météo parfaites et une attention de tous les instants de la part de l'équipe chargée du montage. En voici un condensé vidéo de 30 secondes. Edifiant !
  3. course retard eacute;e hellip; puis annul eacute;e 10/02/2010 - 00:46 En direct de la 33e Coupe de l’America à Valence Régate 1, deuxième / USA-17 contre Alinghi 5 : ce n'est pas encore pour aujourd'hui ! Lundi, pas assez de vent. Aujourd'hui : trop de vent et, surtout, trop de houle. A 5 milles au large de Valence, il y a 15-18 nœuds de vent. Et à 30 milles, là où devait se tenir la régate, 25 nœuds établis et 2,50 mètres d'une houle désordonnée. Résultat : annulation. Déception ! (Dernière màj : mercredi, 12h35). [VOUS ETES TRES NOMBREUX A VOUS CONNECTER SUR NOTRE SITE, ET CELA ENTRAINE QUELQUES PERTURBATIONS TECHNIQUES. VEUILLEZ NOUS EN EXCUSER].
  4. alain gautier, un des quatre barreurs d #039;alinghi 5 09/02/2010 - 06:39 33e Coupe de l’America – Interview d'un des barreurs d'Alinghi 5 Alain Gautier : «Sans l’aile, les Américains étaient morts !» Consultant du design team, premier barreur d'Alinghi 5 le jour de la mise à l'eau, Alain Gautier partage avec le defender sa grande connaissance du multicoque. A la veille de la première manche (reportée) de la 33e Coupe de l'America, il nous raconte son expérience dans un milieu qu'il ne connaissait pas.
  5. suspense pour le premier d eacute;part 08/02/2010 - 06:33 En direct de la 33e Coupe de l’America à Valence [Régate 1] USA-17 contre Alinghi 5 : ce n'est pas pour aujourd'hui ! Alors, qui va gagner ? Alinghi 5 le cata ou USA-17 le tri ? Le defender helvétique ou le challenger américain ? La légèreté ou la puissance ? L’aile ou la Suisse ? Et, surtout : quand ? Car, même si les limitations de vent ont été officiellement supprimées, la météo – capricieuse en cette saison à Valence – joue déjà les trouble-fête ! La preuve : la première régate ne se disputera pas aujourd'hui lundi 8 février, pour cause de vent faible ! (Dernière màj : lundi, 13h46).
  6. joseph ozanne, l #039;un des designers de l #039;aile 07/02/2010 - 11:18 33e Coupe de l'America - Révélations sur USA-17 Joseph Ozanne : «Pour la glisse, nous avons gardé l'adhésif… pas la substance chimique» A la veille du premier match de la 33e Coupe de l’America, Joseph Ozanne, un des concepteurs français de l'aile, nous révèle – en exclusivité !– les secrets des différents systèmes antifriction testés ou utilisés par le challenger américain USA-17.