Actualité à la Hune

Coupe de l'America

Glenn Ashby : "Nous sommes dans une excellente position"

Depuis le début de cette édition, on parle – non sans raison – beaucoup de Peter Burling, de son rayonnement à la barre, de son tandem percutant avec Blaire Tuke, suite aux titres glanés en 49er, mais très peu de Glenn Ashby. Et pourtant, ce fidèle de Team New Zealand, tacticien impeccable, est le skipper du bateau kiwi. Rencontre avec le capitaine des All Blacks.
  • Publié le : 13/06/2017 - 05:03

Glenn AshbyAu micro au moment de la remise du trophée, Glenn Ashby, 39 ans, skipper et tacticien d'Emirates Team New Zealand, incontournable dans le défi kiwi, auréolé de pas moins de 14 titres mondiaux en catamarans (Class A, Tornado, Formule 18...). A sa droite, Peter Burling le barreur. Photo @ ACEA 2017/Gilles Martin-Raget

Voilesetvoiliers.com : Gagner la sélection des challengers est sans doute la meilleure préparation à ce qui vous attend dans l’America’s Cup : affronter le defender, Oracle Team USA…
Glenn Ashby :
Comme nous n’avions pas mené beaucoup d’entraînements face à d’autres America’s Cup Class, la bagarre que nous avons eue face à Artemis Racing ces derniers jours a certainement été très, très précieuse pour nous. Chapeau bas à ces gars (ceux d’Artemis Racing, ndlr) pour leur façon de naviguer. Ils avaient mis en place une campagne magnifique et quiconque parvient à un tel niveau en ressort plus fort. Ils nous ont donné quelques bonnes leçons de voile. Aucun doute que, grâce à cela, nous sommes désormais une équipe bien meilleure !

Voilesetvoiliers.com : Quatre ans après, vous allez retrouver Oracle Team USA en Coupe de l’America. Ce qui s’est passé en 2013 est-il une source de motivation ?
G.A. :
Si j’avais un dollar à parier je ne sais toujours pas sur qui je miserais, quatre ans après. Je pense que les enseignements que nous avons tirés de San Francisco (où Emirates Team New Zealand a été battu 9 à 8 après avoir mené 8-1, ndlr) nous ont rendus plus forts. C’était sincèrement une vraie tragédie pour nous. Et pourtant Team New Zealand était déjà une équipe avec une belle expérience en matière de Coupe de l’America. Pourtant, elle a été reconstruite en partant de la base. Et nous avons ainsi créé une structure plus forte encore que celle que nous avions auparavant. De cela, nous en tirons une motivation encore plus grande. Nous sommes vraiment dans une excellente position pour partir à la chasse !

Glenn AshbyIndispensable Glenn Ashby, skipper et tacticien de haut vol d'Emirates Team New Zealand.Photo @ ACEA 2017/Ricardo Pinto

Voilesetvoiliers.com : Depuis 1995, aucune autre équipe que la vôtre a été aussi souvent le challenger en Coupe de l’America malgré que les bateaux et les formats aient tellement changé. Comment l’expliquez-vous ? Quel est le secret ?
G. A. :
Sacré question. Je crois que cela tient en un certain sens de l’agressivité dans les innovations et le design des bateaux. Dans toutes ses campagnes, Emirates Team New Zealand a toujours voulu aller plus loin, trouver mieux. Du premier jour du lancement d’une campagne à sa conclusion, on vit avec cette agressivité de ne jamais se satisfaire de ce que nous avons. Si on est agressif, on avance et on se donne les moyens de réussir.

Voilesetvoiliers.com : Vous êtes la dernière équipe à être venu vous installer aux Bermudes. Cela ne vous a pas retardé ?
G A. :
Nous avions encore beaucoup d’éléments à tester et à mettre au point en Nouvelle-Zélande. De plus, si nous étions venus avant, nous serions arrivés en hiver pendant que c’était l’été chez nous et nous avions alors des conditions parfaites pour nous entraîner à Auckland. On pouvait passer de très longues journées sur l’eau sans courir après le temps. On savait très bien où la barre serait placée par les autres. Il nous fallait nous y adapter et on a jugé que c’était mieux ainsi car ce fut un très gros effort collectif que nous avons pu produire. Du coup sincèrement voir qu’on a pu se qualifier ainsi est très certainement un bel aboutissement pour tous ceux qui ont travaillé avec nous en Nouvelle-Zélande.

Artemis vs TNZLes Suédois se seront bien battus, mais à la fin la loi reste aux Kiwis.Photo @ ACEA 2017/Gilles Martin-Raget

Voilesetvoiliers.com : La presse néo-zélandaise a expliqué que vous auriez reçu de nouveaux carénages suite à votre chavirage en demi-finale des challengers. Est-ce vrai et qu’ont-ils changé ?
G. A. :
En Nouvelle-Zélande comme ici d’ailleurs avec l’équipe à terre, ils ont produit un sacré effort pour que nous puissions avoir de nouvelles pièces à monter sur le bateau suite au crash. Du coup on a pu disposer d’un bateau à 99,99 % de son potentiel initial. D’autres éléments doivent encore être modifiés. On devrait gagner quelques kilos. Les carénages ne pèsent pas tant que cela ; c’est tout un ensemble.

Voilesetvoiliers.com : En cette dernière journée, votre comportement sur l’eau était différent des journées précédentes…
G. A. :
Oui en effet, on voulait être mieux positionné sur les départs et c’est que nous avons réussi sur les deux départs donnés. La configuration choisie fut la bonne avec ce vent qui a beaucoup baissé avant de revenir ensuite. De plus sur ce plan d’eau totalement plat du jour, le comportement du bateau était facilité et on s’est vraiment éclaté.

Voilesetvoiliers.com : Allez-vous essayer de trouver une équipe avec qui vous entraîner avant les prochaines régates (en comparaison, Oracle Team USA navigue tous les jours actuellement avec SoftBank Team Japan, ndlr) ?
G. A. :
Il ne nous reste plus que quelques jours pour être parfaitement prêts (première régate le 17 juin, ndlr) donc on va se concentrer sur les tâches que nous devons accomplir. On n’a pas vraiment demandé à une autre équipe de jouer les sparring-partners. On aurait sans doute du mais on va d’abord travailler entre nous pour trouver la meilleure combinaison possible.

Artemis vs TNZNormalement, ces bateaux volent... Ce ne fut pas le cas lors de la première manche lancée lundi et qui ne put aller à son terme, le vent s'évanouissant totalement.Photo @ ACEA 2017/Ricardo Pinto

La régate de la victoire

À l’heure prévue (14 h 12 aux Bermudes ; 19 h 12 en France) et après bien des tergiversations, le comité de course lançait la première régate du jour alors qu’il n’y avait que 7,5 nœuds de vent de Sud-Ouest sur le plan d’eau de Great Sound aux Bermudes. Pour une fois dans cette finale, les Kiwis ne se faisaient pas marcher sur les pieds lors du prédépart et enroulaient la première marque en tête. Mais très vite, le vent diminuait dramatiquement ce qui faisait le jeu des Suédois qui, bien que pénalisés, revenaient dans le sillage des Kiwis. Mais avec moins de 2 nœuds de brise, les bateaux s’arrêtaient et ne pouvaient aller au terme de cette manche dans le temps imparti.
Lors de la deuxième, lancée après une longue attente que revienne la brise et après un départ à égalité, Emirates Team New Zealand prenait l’avantage lors du premier bord. Étant sous le vent, les Néo-Zélandais avaient la possibilité de lofer les Suédois ce dont ils ne se privaient pas. Ils enroulaient cette première bouée en tête et ne la lâchaient plus, accroissant à chaque marque leur avantage. Une régate à sens unique qui se soldait par une victoire avec 56 secondes d’avance, accompagnée du cinquième point qui les propulse en Coupe de l’America où, à partir du 17 juin, ils affronteront Oracle Team USA pour la possession de la fameuse aiguière d’argent.
Une rencontre qui s’effectuera au meilleur des sept manches et qui a un fort goût de revanche après la défaite de 2013 où Emirates Team New Zelanad s’était incliné 9 à 8 face aux mêmes américains et après avoir mené 8 à 1 !

Joie TNZPour la quatrième fois après 1995, 2007 et 2013, Team New Zealand gagne la Coupe Louis Vuitton, à savoir la sélection du challenger destiné à affronter le defender lors de la Coupe de l'America. Les marins peuvent célébrer ça au champagne !Photo @ ACEA 2017/Ricardo Pinto


Finales des challengers
(Louis Vuitton America's Cup Challengers Playoffs finals)

 

Manches du 12 juin 2017
Course 7 - Artemis Racing/Emirates Team New Zealand, arrêtée temps limite dépassé.
Course 8 - Emirates Team New Zealand bat Artemis Racing de 56 secondes.
 
Classement

Emirates Team New Zealand (NZL), 5 points.
Artemis Racing (SUE), 2 points.

Emirates Team New Zealand est le challenger de la 35e Coupe de l’America.


 

35e Coupe de l’America
(America’s Cup Match presented by Louis Vuitton)

Samedi 17 juin
Course 1 – Oracle Team USA - Emirates Team New Zealand
Course 2 - Emirates Team New Zealand – Oracle Team USA

L’équipe victorieuse de la 35e Coupe de l’America sera la première à gagner sept régates.

Les courses sont prévues les 17, 18, 24, 25 (deux manches par jour) ainsi que les 26 et 27 juin si besoin.