Actualité à la Hune

40 ans de la Solitaire du Figaro / Interview (5)

Karine Fauconnier : «Me remettre le pied à l’étrier»

Navigatrice éclectique, Karine Fauconnier retrouve dix ans après le circuit Figaro qu'elle avait marqué d'une belle victoire en 2000 sur la Transat Ag2r avec Lionel Lemonchois. A 38 ans, la skipper d'Eric Bompard/Cachemire appréhende un peu ce retour aux sources particulier, puisque souhaité non pas par la navigatrice, mais par son sponsor... Interview.

  • Publié le : 20/07/2010 - 05:53

Retour aux sources Difficile retour au Figaro pour Karine Fauconnier qui découvre le Figaro 2 sur lequel elle n'avait jamais régaté. Photo © Jacques Vapillon

Karine Fauconnier, skipper d'Eric Bompard-Cachemire Modeste et discrète, Karine Fauconnier possède néanmoins un palmarès éloquent. Figaro, Orma, G-Class, D35, Class 40, Multi 50... Elle enchaîne les victoires sans fanfaronner ! Photo © Loïc Le Bras voilesetvoiliers.com : Ta dernière participation à la Solitaire remonte à l'an 2000 (*). Que s'est-il passé pendant ces dix dernières années ?
Karine Fauconnier : Les quatre premières années ont été consacrées au circuit ORMA sur le trimaran Sergio Tacchini. Il y a eu quelques déboires au début, notamment sur la Route du Rhum (3 trimarans sur 18 étaient arrivés en Guadeloupe en 2002, ndlr) et puis de belles victoires ensuite avec une super équipe. On alternait course en équipage, en double et en solitaire. En 2004, Sergio Tacchini a arrêté le sponsoring. Et comme l'ORMA était en déclin à ce moment-là, j'en ai profité pour faire une petite fille après avoir fait un tour du monde sur le catamaran Doha (victoire sur l'Oryx Quest, ndlr). Après la naissance de Gaïa, j'ai attaqué du D35 pendant trois ans sur le lac Léman. Avec un nouveau défi, puisque c'était une équipe 100% féminine. Ce n'était pas évident de monter un équipage compétent et d'avoir des résultats. J'ai également navigué en GP42 avec Bertrand Pacé, avec Giovanni Soldini en Class 40 (victoire sur Les Sables-Les Açores-Les Sables 2009, ndlr) et avec Franck-Yves Escoffier en Multi 50 sur Crêpes Whaou 2 (victoire sur la Transat Jacques Vabre 2007, ndlr). En fait, je n'ai fait que du multicoque, sauf avec Bertrand et Giovanni. Du coup, repartir en Figaro, cela me paraît tout nouveau.

v&v.com : Justement, pourquoi reviens-tu sur le circuit Figaro ?
K.F. : A la base, l'idée ne vient pas de moi, mais de mon sponsor. Il aimerait bien se lancer dans la voile, mais avant de partir sur du MOD 70 dans un an, il voulait faire un petit essai et a pensé à la Solitaire du Figaro puisque je l'avais déjà disputée. Mais j'ai répondu que cela n'allait pas être facile. D'abord parce que le bateau a changé. Et puis, c'est un peu comme repasser son Bac dix ans après en ayant révisé deux jours sur un nouveau programme ! (rires) Ce n'est pas parce que je sais faire de la voile que je saurai bien faire du Figaro. Va falloir retourner à l'école ! C'est ce que j'ai fait mi-juin avec la Quiberon Solo que je redoutais peut-être plus que la Solitaire. Les bananes en solo n'ont jamais été mon truc !

v&v.com : Tu as fini combien ?
K.F. : Oh, dur le retour : 32e sur 36 ! (rires) J'ai abandonné deux courses. L'une où je me suis fait rentrée dedans. Et l'autre parce que j'ai chaluté un spi... Ce n'était pas que du plaisir !

v&v.com : Qu'est-ce que tu espères sur la Solitaire ?
K.F. : Je crois que ça va être difficile d'espérer des résultats. J'en attends de prendre du plaisir, de jouer sur des options météo. Et puis bon, c'est une belle course quand même. Cela permet de se remesurer aux jeunes et moins jeunes régatiers qui sont au top niveau. Ça fait longtemps que je n'ai pas fait de solo aussi. Cela va me remettre le pied à l'étrier. Mais je sais bien que je vais prendre une bâche... (rires)

Fauconnier à l'entraînement Karine Fauconnier n'avait plus refait de solitaire depuis son trimaran Sergio Tacchini. Photo © Jacques Vapillon v&v.com : Que t'ont apporté toutes des différentes expériences ?
K.F. : Que la voile c'est génial, qu'on est jamais blasé ! On n'a jamais fini d'apprendre. On peut naviguer sur des supports très variés, sur des plans d'eau très divers avec des spécialités différentes, équipage, solitaire, autour de trois bouées, au large... Je m'éclate à apprendre, que ce soit autour de trois bouées en tant qu'équipière de Bertrand Pacé en GP42 ou comme skipper d'un équipage féminin sur le lac Léman. On peut toujours recommencer à zéro. La preuve aujourd'hui sur un nouveau bateau (Figaro 2, ndlr) que je ne connaissais pas. Même si j'ai fait du Figaro il y a dix ans, j'ai un peu tout oublié.

v&v.com : La Solitaire fête ses 40 ans. As-tu des souvenirs personnels sur cette course ?
K.F. : C'est particulier. T'es en solitaire, mais à aucun moment tu ne te sens seul. Il y a tellement de bateaux autour, tellement de monde à la VHF, de vacations... Au final, tu n'es jamais seul comme sur une Transat où tu ne vois plus personne rapidement. Là, il y a toujours du monde. C'est stressant parce que tu es tout le temps en régate, toutes les cinq minutes. C'est cette motivation qui aide à ne pas dormir. C'est donc paradoxal d'être seul sans vraiment l'être...

v&v.com : Quel est ton favori pour la Solitaire du Figaro ?
K.F. : Forcément, je vais choisir Yann Eliès.

v&v.com : Pourquoi forcément ?
K.F. : Parce qu'on est proche et parce qu'il s'est remis avec brio de son accident du Vendée. C'est quelqu'un pour qui j'ai beaucoup d'admiration. Qui a une ténacité et une motivation hors du commun. Et puis, c'est un très bon régatier.

v&v.com : Quel est ton prochain projet. Tu as évoqué le MOD 70 ?
K.F. : Oui, l'ORMA ayant disparu, ils ont eu la bonne idée de faire une classe aussi spectaculaire, plus internationale et moins coûteuse puisque ce sont des monotypes, et des bateaux plus simples. Donc c'est parfait. Moi, j'adhère totalement à ça. Il y a déjà quatre projets lancés (Gitana, Foncia, Stève Ravussin et un quatrième non déclaré, ndlr). Il faut un cinquième bateau pour lancer la série, mais on y croit tous. Ça aura le mérite d'essayer de restreindre les coûts.

(*) Quatre participations à la Solitaire de 1997 à 2000 : 28e, 20e, 6e et 7e.

En complément

  1. bernard stamm 16/07/2010 - 06:26 40 ans de la Solitaire du Figaro / Interview (4) Bernard Stamm : «Je n'ai pas d'autre ambition que d’apprendre !» Double vainqueur de la Velux-5 Oceans (ex-Around Alone, ex-Boc Challenge), Bernard Stamm, 46 ans, va participer pour la première fois à la Solitaire du Figaro, puis à la Route du Rhum en Class 40. Le skipper suisse fait également construire un nouveau 60 pieds IMOCA sur plans Kouyoumdjian en remplacement du précédent, trop endommagé par l'échouement aux Kerguelen durant le Vendée Globe. Interview du plus célèbre des bizuths de la prochaine Solitaire !
  2. s eacute;bastien josse 12/07/2010 - 06:31 40 ans de la Solitaire du Figaro / Interview (3) Sébastien Josse : «C’est là où l'on pleure, là où l'on rit !» Cinquième du Vendée Globe 2005, contraint à l'abandon en 2008 au large de la Nouvelle-Zélande, Sébastien Josse, 35 ans, n'a pas eu plus de chance cet hiver sur la Transat Jacques Vabre, sa dernière course en 60 pieds monocoque. Grosse tempête au nord des Açores, rouf arraché, bateau rempli d'eau et hélitreuillage pour Jean-François Cuzon et lui. Le bateau sera sauvé et revendu à Roland Jourdain. Du coup, "Jojo" revient à ses premières amours, la Solitaire du Figaro, avec un nouveau sponsor, la Vendée... Interview.
  3. gildas morvan, skipper de cercle vert 05/07/2010 - 06:17 40 ans de la Solitaire du Figaro / Interview (2) Gildas Morvan : «Cette année, je vais arriver sans pression !» Triple champion de France en solitaire (2000, 2008 et 2009), Gildas Morvan vient de remporter la Quiberon Solo devant 35 autres concurrents. A 41 ans, le Géant Vert - son surnom dû à sa taille et son très fidèle sponsor Cercle Vert - s'apprête à disputer sa 15e Solitaire du Figaro. Le Breton a tous les atouts en poche pour la remporter, mais a souvent failli psychologiquement en se mettant trop la pression... Interview.
  4. fran ccedil;ois gabart, skipper macif 20/06/2010 - 19:08 40 ans de la Solitaire du Figaro / Interview (1) François Gabart : «Je peux espérer gagner des étapes» Un tour du monde en double avec le Professeur ! C'est ce qui attend François Gabart (27 ans), fraîchement choisi par Michel Desjoyeaux pour l'accompagner sur la Barcelona World Race (départ le 31 décembre). Deuxième de la Transat Jacques Vabre au côté de Kito de Pavant en novembre, ce jeune Figariste vient de terminer 5e de la Quiberon Solo la semaine dernière et se prépare à disputer sa troisième Solitaire du Figaro... Interview.
  5. nicolas lunven   le d eacute;tenteur du titre. 11/06/2010 - 06:39 Solitaire du Figaro Quarante ans et tous sur les rangs ! Pour sa 41e édition, du 20 juillet au 22 août, la Solitaire du Figaro fêtera ses quarante ans. Ils seront 48 hommes et femmes sur les rangs pour fêter l'événement, dont nombre de cadors. Ce plateau grandiose pourra en découdre sur un parcours de 1 700 milles, assez équilibré en quatre étapes de demi-fond. On n'ose plus dire marathon, tant le Figariste abolit les notions de distance et de repos par rapport au commun des marins !