Actualité à la Hune

Transat Jacques Vabre

Le nombre de pieds n'implique pas la qualité

Arkema, FenêtréA-Mix Buffet, Réauté Chocolat : tel est le podium en Multi50 au terme d’une Transat incroyablement disputée qui a vu les marins pousser leurs trimarans comme jamais, plusieurs records étant ainsi tombés. En Class40, l’indécision demeure totale, d’autant plus que TeamWork et Région Normandie viennent se mêler au trio de tête dont l’échappée a été ainsi reprise. L’analyse de Thibaut Vauchel-Camus sur deux classes qu’il connaît bien pour avoir remporté The Transat 2016 en Class40 et qui prépare un nouveau Multi50 : Solidaires En Peloton-ARSEP.
  • Publié le : 17/11/2017 - 12:28

V and BAntoine Carpentier et Maxime Sorel occupent ce jour la tête du classement en Class40 sur V&B. Mais ce leadership ne cesse de passer d'un bateau à l'autre !Photo @ VandB

Class 40 : Transat cherche leader

En cette deuxième semaine de course, il aurait été ennuyeux de se contenter des variations d’écarts entre trois prétendants au podium qui ne devraient pas être rattrapés.
Hélas, il faut aussi compter sur les avaries ou abandons qui ont marqué cette catégorie, à l’image des problèmes d’énergie d’Enel Green Power, de safran d’Eärendill ou du délaminage de la coque d’Esprit Scout – qui est finalement reparti hier des Canaries après avoir subi un impact.
Louis Duc, blessé au poignet sur Carac contraint à l’abandon, nous donne la malheureuse preuve qu’une course ne se perd pas seulement sur une avarie, une erreur d’option ou une mauvaise rencontre (OFNI, cargo, cétacé…), mais que la forme physique des skippers est aussi un élément déterminant. 

Esprit ScoutMarc Dubos devant la réparation d'Esprit Scout contraint à une escale aux Canaries pour réparer le délaminage de sa coque.Photo @ Esprit Scout

En tête de course, il faut souligner le rythme effréné des leaders. Le record de la distance parcourue en 24 heures par V&B est époustouflant : 377 milles, soit une vitesse moyenne de plus de 15,7 nœuds ! Il s’agit des moyennes que tenaient les IMOCA il y a 20 ans.
Cette transat est devenue un sprint à couteaux tirés entre les trois premiers Class40 (Aïna Enfance & Avenir, Imerys Clean Energy, V&B). Mercredi dernier, ils se tenaient en un mille après dix jours de course et alors qu’ils étaient encore à quelque 1 680 milles de l’arrivée.
C’est du rarement vu, même sur une Mini-Transat ou une AG2R. Et si les conditions météo sont devenues plus agréables et tropicales, cette proximité entre bateaux joue sur les nerfs des marins – d’autant plus que les organismes sont déjà bien éprouvés.
A quoi va se jouer la différence ? Le potentiel encore à 100 % d’un bateau par rapport aux autres ? La réussite au pot au noir ? La tension et/ou la sérénité régnant à bord ?

Team WorkMagnifiques Bertrand Delesne et Justine Mettraux qui, à bord de TeamWork 40, ont su recoller au trio de tête !Photo @ Christophe Breschi/Teamwork Sailing Tour 2017

Le pot au noir, justement. Il s’étale bien grassement sur la route des Class40 et ouvre de nouveau le jeu plutôt que de le casser.
Car ils sont maintenant cinq bateaux à se tenir en 30 milles ! TeamWork et Région Normandie ont su saisir une opportunité incroyable pour recoller le trio infernal. Fini le mode sanglier, c’est la guerre des nerfs qui s’ouvre.
Ceux qui surfent sur la réussite de ce come-back après avoir repris par paquets de dix les milles sur les premiers vont certainement désarçonner ce trio qui se chamaille les dixièmes depuis une semaine. Attention au pétage de plombs ! Et ce n’est pas en regardant les pointages des IMOCA que la sérénité va revenir.
A 200 milles devant Bureau Vallée II, Generali et La Mie Caline-Artipôle affichent moins de 100 milles parcourus en 24 heures ! Soit quatre nœuds de moyenne…

Victoire ArkemaChavirés de bonheur, Alex Pella (à gauche) et Lalou Roucayrol (à droite) vainqueurs hier en Multi50.Photo @ Jean-Marie Liot/ALeA/TJV2017

Multi50 : le pot au noir, juge de paix

Revenons en arrière : quatre jours durant, en début de course, Arkema, Réauté Chocolat et FenêtréA-Mix Buffet s’échangèrent tour à tour la place de leader. Le duo Le Roux-Riou, grâce à son petit décalage dans l’Ouest, prenait finalement les rênes de la flotte. Ces nouveaux leaders allongeaient la route jusqu’à l’entrée du pot au noir notamment grâce à leur voile magique, le fameux «woomper».
FenêtréA-Mix Buffet a eu jusqu’à 115 milles d’avance, tous perdus en 40 heures au moment où Arkema croise quasiment à vue à 3 milles et le double !
Il est ressorti en tête au bénéfice d’une bonne trajectoire entre les grains tout en profitant de l’avarie de drisse de gennaker de FenêtréA-Mix Buffet. Lalou Roucayrol et Alex Pella ont su tirer profit d’une brèche, traçant une ligne droite au reaching pied au plancher, à la vitesse moyenne de plus de 22 nœuds sur les derniers 1 000 milles.

FenêtréA-Mix BuffetArrivée à fond de FenêtréA-Mix Buffet à Salvador de Bahia, deuxième de cette 9e Transat Jacques Vabre en Multi50.Photo @ Jean-Marie Liot/ALeA/TJV2017
Ils s’offraient même le nouveau record des 24 heures en Multi50 : 568 milles, soit une vitesse moyenne de 23,66 nœuds. Un grand coup de chapeau à Lalou qui signe enfin sa première victoire pour sa 9e participation à la Transat Jacques Vabre et me met dans l’impatience de démarrer la saison 2018 au sein de cette flotte qui s’enrichit de bateaux compétitifs. C’est la récompense et l’expression d’une énorme expérience en classe Multi50 et de l’exploitation parfaite de son bateau.
Jusqu’à l’entrée du pot au noir, Erwan et Vincent ont démontré une belle aisance sur leur bateau lors de cette course. Mais leur mésaventure rappelle aussi que «tant que ce n’est pas fini ce n’est pas fini». La moindre avarie, même mineure, peut avoir des conséquences redoutables dans une compétition de si haut niveau.

Autre fait marquant : les trois premiers ont amélioré le record du parcours Le Havre-Salvador en Multi50 détenu par Franck Yves et Kevin Escoffier. Certes, il datait de 2005 mais en douze ans, le temps de course est amélioré de 20 %.
Ce bond, déjà réalisé par l’ancien Crêpes Whaou 2 (aujourd’hui le malheureux Groupe Drekan), est bien sûr dû à l’évolution des dessins ainsi que – évidemment – à l’adoption des foils. Il faut aussi y intégrer le niveau de confrontation sur cette Transat qui a incité les skippers à énormément pousser leurs bateaux.

Réauté ChocolatArrivés ce vendredi matin à Salvador, Armel Tripon et Vincent Barnaud prennent la 3e place en Multi50 au terme d’une course appliquée.Photo @ Jean-Marie Liot/ALeA/TJV17
Cette troisième semaine s’annonce passionnante à suivre grâce aux Class40. Et il faut espérer que cette régate-là va susciter l’intérêt des médias et du public, car la qualité de la course n’a pas de rapport avec le nombre de pieds des bateaux. On n’a pas fini de cliquer sur le rafraîchissement de la cartographie !

Transat Jacques Vabre 2017
Les trois premiers de chaque catégorie
Classements du vendredi 17 novembre 2017 à 12 h 01 (heure française)

Ultim
1. Sodebo Ultim’ (Coville-Nélias), arrivé le 13 novembre à 11 h 42’27’’. Temps de course : 7 j 22 h 7’27’’. Moyenne : 22,92 nœuds.
2. Maxi Edmond de Rothschild (Josse-Rouxel), arrivé le 13 novembre à 13 h 30’24’. Temps de course : 7 j 23 h 55’24’’. Moyenne : 22,70 nœuds. Retard sur le premier : 1 h 47’57’’.
Abd : Prince de Bretagne (Lemonchois-Stamm), démâtage.

Multi50
1. Arkema (Roucayrol-Pella), arrivé le 16 novembre à 8 h 49’19’’. Temps de course : 10 j 19 h 14’19’’. Moyenne : 16,81 nœuds.
2. FenétrêA-Mix Buffet (Le Roux-Riou), arrivé le 16 novembre à 11 h 42’27’’. Temps de course : 11 j 2 h 51’23’’. Moyenne : 16,33 nœuds. Retard sur le premier : 7 h 37’04’’.
3. Réauté Chocolat (Tripon-Barnaud), arrivé le 17 novembre à 9 h 19’22’’. Temps de course : 11 j 19 h 44’22’’. Moyenne : 15,35 nœuds. Retard sur le premier : 1 j 00 h 30’03’’

IMOCA
1. St-Michel-Virbac (Dick-Eliès), à 410 milles de l’arrivée.
2. SMA (Meilhat-Gahinet), à 111,5 milles du premier.
3. Des voiles et Vous (Lagravière-Peron), à 313,2 milles du premier.

Class40 
1. V&B (Sorel-Carpentier), à 1 386 milles milles de l’arrivée.
2. Imerys Clean Energy (Sharp-Santurde), à 1,6 milles du premier.
3. Aïna Enfance et Avenir (Chappellier-Le Vaillant), à 2,7 milles du premier.

Classements complets et cartographie ici.