Actualité à la Hune

Route du Thé

Maserati a pris la route

Le MOD70 Maserati, ex-Groupe Edmond de Rothschild skippé jusqu’en 2016 par Sébastien Josse et désormais dans les mains du navigateur italien Giovanni Soldini, a quitté les gratte-ciel de Hong Kong au coucher du soleil, le jeudi 18 janvier à 10 h 43 min et 23 sec TU (heure enregistrée par l’officiel du Word Sail Speed Record Council, organisme gérant les records à la voile) prenant le départ du record qui le mènera jusqu’à Londres, un parcours mieux connu sous le nom de Route du Thé.
  • Publié le : 19/01/2018 - 15:30

MaseratiDepuis deux ans, le MOD70 Groupe Edmond de Rothschild a retrouvé une nouvelle jeunesse sous les couleurs de Maserati.Photo @ Benedetta Pitscheider/Pitsfoto/Maserati
A ce jour, le temps de référence à battre est celui établi en 2010 par Lionel Lemonchois à bord du catamaran de 100 pieds Gitana 13 (ex-Innovation Explorer) qui, avec neuf autres membres d’équipage, avait rallié les deux ports en 41 jours, 21 heures, 26 minutes et 34 secondes. S’ils veulent battre cette performance, Soldini et son équipage devront passer la ligne d’arrivée sous le pont Queen Elizabeth avant le 1er mars à 8 heures, 9 minutes et 47 secondes TU.

Cette traversée est devenue une vraie course en 1866 quand les clippers qui ramenaient les précieuses cargaisons de thé de Chine en Europe, commencèrent à régater de manière informelle dans ce qui fut rebaptisé la Grande Course du Thé. A une époque où cette boisson venait tout juste de devenir un produit de masse  après des années à faire figure de marchandise de luxe –, le prix à gagner pour l’armateur du bateau qui arrivait le premier à Londres était l’assurance de vendre sa marchandise plus chère que celle de ses concurrents. Du coup, les voiliers engagés mettaient en place toutes sortes d’astuces pour conclure ce long périple le plus vite possible.

«C’est incroyable d’imaginer ce que ces marins réussissaient il y a 150-200 ans sur des bateaux en bois qui allaient quand meme très vite, explique Giovanni Soldini. Après le record New York-San Francisco en 2013 (le VOR70 Maserati a établi le nouveau temps de référence à 47 jours, 0 heures, 42 minutes et 29 secondes sur cette fameuse route de clippers, ndlr), celui-là représente l’autre grande traversée à réaliser. À part le tour du monde, ces deux records représentent de belles aventures, qui sont très intéressantes pour nous».

Départ MaseratiJeudi soir, le MOD 70 a glissé doucement hors du grand port chinois pour se rendre sur la ligne de départ.Photo @ DR
Dans le cas de Maserati, ce sera la première fois qu’un MOD70 parcourra un si long trajet sans escale. Bien que le trimaran ait été équipé de foils – Guillaume Verdier est l’homme derrière ces modifications, avec lequel le skipper travaille sans cesse pour améliorer le système , il naviguera comme un trimaran archimédien traditionnel afin d’éviter tout risque de collision et de dégât dans une zone tristement connue pour la présence d’innombrables OFNI.

Pour cette longue traversée, ils sont cinq à bord de Maserati : en plus du skipper transalpin qui depuis quelques années mène une campagne des records avec son fidèle sponsor automobile, se trouve son concitoyen Guido Broggi, à ses côtés depuis 1998 ; le Français Sébastien Audigane, détenteur avec Soldini du record New York-San Francisco en 2013 à bord du VOR70 Maserati et du Trophée Jules Verne à bord d’Idec Sport ; les deux Espagnols Alex Pella (récent vainqueur de la Transat Jacques Vabre avec Lalou Roucayrol à bord du Multi50 Arkema) et Oliver Herrera Perez. Peu de monde, pour une traversée de plus de 35 jours à bord d’un engin délicat qui affiche une vitesse de croisière entre 25 et 35 nœuds et réclame une concentration constante, sans marge d’erreur possible.

Equipage MaseratiIls ne sont que cinq à bord du trimaran pour cette tentative : Oliver Herrera Perez, Giovanni Soldini, Sébastien Audigane, Guido Broggi et Alex Pella.Photo @ Benedetta Pitscheider/Pitsfoto/Maserati

Sébastien Audigane ne boude pas son plaisir : «Ce record est une route commerciale historique et fait partie des records les plus importants et les plus difficiles au monde. Ça faisait plusieurs années que j’avais envie de naviguer sur ce parcours et c’est encore mieux de le faire avec Giovanni et son équipage ! Quand on avait fait le record New York-San Francisco, on était sur un Volvo70, un bateau puissant et nerveux, alors qu’à bord de l’actuel Maserati on navigue en glisse et en douceur.»

Ce parcours de 13 000 milles – en suivant la route orthodromique la plus courte – en passant par le cap de Bonne-Espérance commence avec la descente de la mer de Chine méridionale. Selon Pierre Lasnier, routeur qui travaille avec Soldini depuis des années, «la situation météo a été très instable ces derniers jours mais elle semble s’éclaircir un peu selon les derniers modèles. En partant le 18 janvier, Maserati est presque sûr de trouver un vent de Nord-Est entre 17 et 18 nœuds dans les trois prochains jours, assez pour descendre jusqu’au 5° N, sous la pointe méridionale du Vietnam. Par contre, il ne sera pas possible de faire route directe, il faudra tirer des bords au portant pour descendre vers le Sud».

«Enfin, on est parti !» a déclaré le skipper en larguant les amarres. Après un départ initialement prévu le 12 janvier mais annulé en raison d’un problème en tête de mât (sur les chariots de grand voile) repéré pendant le dernier check du bateau, l’équipage du trimaran avait alors dû ronger son frein dans l’attente d’une pièce de rechange en provenance d’Europe.

Soldini MaseratiC'est une route peu commune pour les coursiers modernes qu'empruntent Soldini et ses hommes.Photo @ Benedetta Pitscheider/Pitsfoto/Maserati

«Ça n’a pas été facile de prendre cette décision (de partir ce 18 janvier, ndlr), car la situation météo n’est pas top, mais on n’a pas vu d’autres fenêtres possibles dans les prochains jours. En ce moment, il paraît que sur l’équateur il y a une boule de pétole qu’il nous faudra traverser. On espère que les conditions changent d’ici là et qu’elles soient plus clémentes. L’important au cours de ces premiers jours, c’est de trouver un compromis entre la nécessité d’aller vite et donc de naviguer dans des eaux profondes, et la conscience qu’il y a plus de vent près des côtes, mais ces zones sont parsemées des filets de pêche et de petites embarcations de pêcheurs sans même les feux de nav’. Mais le bateau est prêt, nous aussi, et on a hâte de faire de notre mieux.»

Après les premières 24 heures en mer, voilesetvoiliers.com a joint le skipper au téléphone : «Là, on rentre dans l’océan Indien, on devrait bientôt toucher l’alizé. Malheureusement ces derniers jours il y a encore quelque cyclones qui se baladent, mais j’espère qu’on en sera pas emm... ! Ensuite, il y aura le passage de l’équateur, où il n’y aura pas beaucoup de vent et où il faut aussi faire très gaffe à la nav’, avant d’affronter le cap de Bonne Espérance, un passage toujours difficile”.  Et Audigane d’ajouter : «L’Indien devrait nous ouvrir ses bras à peu près correctement. La route est encore longue, nous regardons attentivement les fichiers météo. Pour l’instant, on navigue très bien, ce soir nous aurons parcouru plus de 500 milles en 24 heures.» 

Giovanni SoldiniGiovanni Soldini, indéfectible skipper de Maserati, continue sa chasse aux records sur les océans du monde.Photo @ Benedetta Pitscheider/Pitsfoto/Maserati

Route du Thé

Record Hong Kong (CHI) – Londres (GBR)
Distance : 13 000 milles
Record à battre : 41 jours, 21 heures, 26 minutes et 34 secondes
Détenteur : Gitana 13 (Lemonchois) en 2010
Départ de Maserati de Hong Kong : 18 janvier 2018
Pour battre le record, Maserati doit rallier Londres avant le 1er mars 2018