Actualité à la Hune

Transat 6,50 Charente-Maritime/Bahia 2011

David Raison : la victoire et le record !

Sur son drôle d’esquimau géant, David Raison (TeamWork Evolution) a englouti la Transat 6,50 édition 2011. Mais, de La Rochelle à Bahia, via Madère, ça n’a pas été que du sucre. Et il a dégusté. Récit.
  • Publié le : 31/10/2011 - 23:59

Heureux à perdre la raison !Fruits frais, caïpirinha, applaudissements et sourires : après avoir dégusté durant la course, David Raison savoure les joies de la victoire sur les pontons de Bahia. (Cliquez sur les illustrations pour les agrandir)Photo @ Pierrick Garenne (GPO)Une belle victoire, une drôle d’étraveLe «V» de la victoire sur l’étrave ronde de TeamWork : David a réussi son pari !Photo @ Christophe Breschi (TeamWork)«Comité de la Transat 6.50 pour 747 Teamwork Evolution, je voudrais signaler que je suis en approche de la ligne». Ainsi débute… la fin de l’aventure pour David Raison. Voici Bahia, Salvador de Bahia, la délivrance, la ligne d’arrivée de la Transat 6.50, 3 200 milles parcourus depuis Madère, 4 200 au total depuis La Rochelle – et, au bout, une victoire limpide, sans équivoque : près de 150 milles d’avance sur Thomas Normand (La Financière de l’Echiquier) et sur Bertrand Delesne (Zone Large), qui ont pourtant superbement navigué, chapeau bas.

Il est 16 heures 43 au Br quand David Raison coupe la ligne, la joie explose, sur le bateau de «Dada» comme sur ceux des nombreux spectateurs venus le fêter. 17 jours 6 heures 13 minutes 32 secondes (soit 7,53 nœuds de moyenne), voilà le nouveau temps record (voir en pied d'article) pour traverser l’Atlantique de Madère à Bahia, sur un drôle de bolide de 6,50 mètres – un petit bateau, mais un esquimau géant, frappé du numéro 747 et du nom originel de Magnum.

Sur les pontons du Terminal Nautico de Bahia, David savoure ses fruits frais, déguste sa caïpirinha, heureux : «C’est ma quatrième transat, la première où j’arrive de jour et en vainqueur ! Merci pour l’accueil !» Mais il est aussi fatigué. Ça se voit, ça a été dur. Barbe drue, traits tirés, Raison avoue avoir douté : «Quand j’ai eu 100 mille d’avance et que je suis tombé dans des molles. J’ai vraiment cru qu’ils m’avaient rattrapé et même dépassé. En tout cas, ça a été la plus dure de toutes mes transats…»

Car David a attaqué, dès que possible. Il le fallait : si l’on ne pouvait affirmer au départ qui remporterait cette Mini, Raison et son proto original apparaissaient comme des clients attendus et craints. Ignoré ou raillé depuis son lancement, régulièrement victime d’avaries, le 747 Magnum a commencé à montrer ce qu’il valait lors de la Transgascogne 2011, courue et enlevée en juillet.

747 Magnum : un gros calibre, un bel esquimau et un vrai avion !Portant le numéro 747 et le nom originel de Magnum, le proto de Raison est à la fois un gros calibre, un bel esquimau et un vrai avion ! Sa domination aura en tout cas été nette, notamment au reaching, après le pot au noir.Photo @ Christophe Breschi (TeamWork)Et David ne cache pas sa fierté : «Oui, avec ce bateau, j’ai l’impression d’avoir mis un grand coup de pied dans la fourmilière des architectes navals. Maintenant, savoir s’il va y avoir des 60 pieds Open de la sorte… Sur le papier, rien ne s’y oppose vraiment, il faut faire des études plus poussées». Justement, cette victoire a-t-elle déjà déclenché des projets ? L’ingénieur-architecte se fait plus évasif : visiblement, il a déjà des contacts pour un nouveau mini et… semble-t-il, un autre voilier, plus grand. Reste que David ne s’oublie pas non plus : «Tout au long de cette transat, j’ai appliqué ce que m’avait dit un ancien ministe quand je suis parti la première fois : de la rigueur et de la discipline. Et j’ai fait le boulot…»

Et bien fait ! A Madère, les coureurs le disaient bien : «Il faudra sortir du pot au noir avec 50 milles d’avance sur “Dada”, sinon on est cuit.» Ils n’avaient pas tort. Seulement voilà : c’est David qui avait déjà de l’avance à la sortie de la Zone InterTropicale de Convergence !

Un nœud de plus au reaching, ça vous écœure la concurrence…

En fait, quelques jours après le départ de Madère, donné le 13 octobre, une partie de cette seconde étape s’est jouée au Cap Vert : Thomas Normand (La Financière de l’Echiquier) est à l’Ouest, Bertrand Delesne (Zone Large) au centre, et David Raison très à l’Est. L’avantage semble d’abord revenir à Normand, puis à Bertrand Delesne qui se recale avec le benjamin du groupe. Les vitesses sont élevées, mais Raison évolue plus près de la route directe.

Thomas Normand, superbe deuxièmeThomas Normand (Financière de l"Echiquier), arrivé à Bahia lundi en milieu de journée, est un magnifique deuxième : «Même en me battant à 200%, je n"ai rien pu faire…»Photo @ Pierrick Garenne (GPO)Le 20 octobre, Teamwork Evolution déroule et c’est à plus de 10 nœuds qu’il reprend la tête du classement. Il est le premier à entrer dans le pot au noir, très actif cette année. Les conditions contrastées provoquent un grand nombre d’avaries chez les concurrents (voir notre «Photo à la hune» ici). A plusieurs reprises, David met «les deux pieds sur le frein» pour ne pas casser le bateau. Dès les abords de la ZITC, la flotte met de l’Est dans sa route, Raison le premier, avec plus de 100 milles en latéral par rapport à la route directe.

Thomas Normand et Bertrand Delesne ne veulent pas laisser échapper le proto bleu et tricotent dans son sillage. A l’Ouest, l’option d’Antoine Rioux (Festival des Pains) est loin d’être désastreuse, il revient doucement sur le groupe de tête et conforte sa quatrième place.

Sébastien Rogues, malchanceuxSébastien Rogues n’aura pu défendre la première place qu’il avait décrochée à Madère, une blessure l’obligeant à abandonner lors de la seconde étape. Mais, fair-play, il est venu à Bahia accueillir David. Photo @ Pierrick Garenne (GPO)Mais personne ne parvient à réellement contester le leadership de David Raison, à part un Thomas Normand irréprochable et incisif. Une fois sorti du pot au noir au reaching, Raison fait parler la poudre, libère le potentiel de son proto, ajoutant chaque jour, avec une régularité de métronome, 20 milles d’avance sur ses poursuivants. Car c’est là que le 747 fait mal : un nœud de plus au reaching, pendant plusieurs jours, ça vous écœure la concurrence.

Ce que confirmera Thomas Normand – superbe deuxième – à l'arrivée, lundi en mileu de journée : «Jusqu’au pot au noir, j’ai pensé qu’il y avait quelque chose à faire. Mais ensuite, j’ai vite compris que c’était impossible. J’ai toujours été à 200%. Je n’ai jamais rien lâché et pourtant les milles se sont accumulés.»

Une ambiance de tous les saints à Bahia !

Pendant ce temps, l’organisation prépare l’arrivée. Sébastien Rogues, le skipper d’Eole Génération vainqueur de la première étape et contraint à l’abandon au Cap Vert pour blessure, vient d’arriver à Bahia – il avait promis qu’il serait là pour accueillir son adversaire et ami, il a tenu parole.

Les organisateurs ont prévu que chaque coureur pouvait choisir la chanson qui sera diffusée à son arrivée. C’est donc le groupe Franz Ferdinand qui annonce l’entrée en fanfare du grand vainqueur de la Mini 2011 – du rock, de l’émotion et une joie indescriptible. Sans oublier cette ambiance toujours un peu étrange pour le premier, d’autant qu’avec l’avance qu’il a engrangé, David devra attendre près d’une journée avant d’accueillir ses copains !

Sur les pontons de Bahia, en tout cas, David fait plaisir à voir. D’autres questions fusent, lui répond que c’est un aboutissement, que c’est aussi enfin la fin de la compétition – et qu’il a très envie de retourner à une vie normale. Il répond, sans cesser de siroter sa caïpirinha. Et il y a dans son attitude comme une envie de fêter ça. On le comprend.

………..
Raison : le record pour une vingtaine de minutes !

En finissant sa transat Funchal-Salvador de Bahia en 17 jours 6 heures 13 minutes 32 secondes, David Raison (TeamWork Evolution) a battu dimanche le record sur les 3 120 milles de la distance établi en 2007 par Yves le Blévec sur Actual, qui avait bouclé le même parcours en 17 jours 6 heures 32 minutes 06 secondes.

David Raison, vainqueur de la Mini 2011Au Terminal Nautico de Bahia, barbu, traits tirés, David a cependant les yeux qui pétillent : la victoire, on le sait, efface d’un coup galères, fatigue et coups de stress. Et quelle victoire !Photo @ Pierrick Garenne (GPO)
………..
Mini 2011 : les arrivées à Bahia et le classement général de la course

> Protos
1. David Raison, 747, TeamWork Evolution (arrivé dimanche à 19h43, heure française),
vainqueur au classement général des protos
2. Thomas Normand, 787, Financière de l'Echiquier (arrivé lundi à 14h30, heure française),
2e au classement général des protos
3. Bertrand Delesne, 754, Zone Large (arrivé lundi à 16h57, heure française),
4e au classement général des protos
4. Antoine Rioux, 800, Festival des Pains (arrivé lundi à 19h21, heure française),
3e au classement général des protos

> Série
1. Gwénolé Gahinet, 455, Asso Watever-gwenolegahinet.com (encore en course).
2. Pierre Brasseur, 552, Voiles Ocean (encore en course).
3. Benoît Mariette, 599, Odalys Vacances (encore en course).

En complément

  1. rogues a eu raison  04/10/2011 - 14:17 Transat 6,50 Charente-Maritime/Bahia 2011 Rogues a eu Raison ! L’insensé chassé-croisé dont nous parlions hier a connu son apothéose à l’arrivée de la première étape La Rochelle-Funchal. A Madère, Sébastien Rogues (Génération Eole GDF-Suez) a finalement eu raison de… David Raison et son étonnant proto (Teamwork Evolution), pour 28 minutes seulement !
  2. david et s eacute;bastien   insens eacute; chass eacute;-crois eacute; 03/10/2011 - 00:01 Transat 6,50 Charente-Maritime/Bahia 2011 David et Sébastien : insensé chassé-croisé Depuis quelques jours, Sébastien Roguès (Génération GDF-Suez) et David Raison (Teamwork Evolution) se prennent et se reprennent la première place de la première étape de la Transat 6,50. Cela dit, le 3e, Jorg Riechers (Mare.de) n'est qu'à quatre milles ! Peu d'air, mais un suspense du tonnerre !
  3. concentr eacute;, s eacute;bastien rogues 27/09/2011 - 00:02 Transat 6.50 Charente-Maritime/Bahia 2011 Vent léger, émotion forte Il y a eu des cris, des larmes, des sourires, des acclamations, un coup de canon, une minute de silence. Et si le vent d'Ouest était léger, le départ de la Transat 6,50, dimanche à La Rochelle, a engendré bien de l'émotion. Récit.
  4. un d eacute;part doublement  eacute;mouvant hellip; 26/09/2011 - 00:01 Transat 6,50 Charente-Maritime/Bahia 2011 Un départ doublement émouvant… A 17h17, il y a eu le coup de canon – mais les concurrents n’ont franchi la ligne qu’une minute plus tard, en hommage à Jean-Marc Allaire, skipper disparu quelques jours plus tôt. C’est donc avec plus d’émotion encore que les 79 Minis ont entamé leur Transat 6,50, dimanche au large La Rochelle…
  5. bahia, c #039;est par l agrave;  23/09/2011 - 14:04 18e Transat 6.50 Charente-Maritime/Bahia Une première étape lente, tactique et sélective ! Ils seront 79 à s'élancer dimanche, au large de La Rochelle, pour rejoindre Madère, terme de la première étape de la 18e Mini-transat. Si les éditions 2007 et 2009 se sont révélées une incroyable course de vitesse au portant - record à battre 5 jours et 15 heures entre La Rochelle et Madère, soit 8,11 noeuds de moyenne !-, cette première étape 2011 devrait se révéler plus lente et tactique - et peut-être déterminante. Analyse météo et revue d'effectifs.
  6. adrien ducroz 09/09/2011 - 05:31 Transat 6,50 Charente-Maritime / Bahia Aurélien Ducroz, tout schuss dans la Mini ! Il était skieur, champion du monde de freeride. Il ne connaissait presque rien à la mer. Pourtant, Aurélien Ducroz est venu chercher une deuxième vie dans la Mini. Réjouissante épreuve ! 80 bateaux seront au départ de la 13e Transat 6.50, le 25 septembre. 80 trajectoires différentes – et autant d’histoires. En complément du dossier consacré à la course dans le numéro d’octobre de Voiles et Voiliers (en kiosque le 16 septembre), voici l'interview vivifiante d’Aurélien Ducroz !
  7. raison de plus  02/08/2011 - 10:36 Transgascogne 2011 - Mini 6,50 David a fait entendre raison ! Deuxième de la seconde étape de la Transgascogne entre Ribadeo (Espagne) et Port Bourgenay derrière Thomas Normand (Financière de l'Echiquier), mais vainqueur de la première manche voici quelques jours, David Raison a donc au final enlevé l’épreuve sur son drôle de proto TeamWork Evolution.
  8. raison l rsquo;a emport eacute;  28/07/2011 - 00:01 Transgascogne 2011 - Mini 6,50 Raison l’a emporté ! Le Mini 6,50 de David Raison vous a déjà été montré sur ce site et dans notre magazine – les speed-tests de son curieux proto étaient affolants. Et c’est avec deux heures d’avance sur Sébastien Rogues et Nicolas Boidevezi que David (TeamWork Evolution) a remporté la 1ère étape de la Transgascogne.