Photo à la Hune

Voiles de Saint-Barth

Quatre millions de dollars sur une coque

  • Publié le : 11/04/2018 - 17:12
hh66

Vous le reconnaissez ? Le HH66 est un grand cata de croisière rapide que nous avions essayé dans notre numéro 551 de janvier 2017. On avait alors manqué de vent, mais apparemment la météo est plus propice en ce moment aux Petites Antilles ! Engagé dans la 9e édition des Voiles de Saint-Barth, le troisième exemplaire (baptisé Nala) de la série avait mal commencé mais a ensuite gagné une manche. Comme on le voit sur cette photo, l’équipage ne craint pas de tirer un peu dessus ! L’architecte Pete Melvin nous avait un jour expliqué le mode d’emploi : «On préfère mener ce genre de bateau juste en dessous du moment de redressement maximum, avec la coque au vent qui frôle la surface, de manière à avoir un peu d’énergie en réserve quand une rafale arrive.» Voilà donc la démonstration… Parmi les cinq autres cata inscrits cette année aux Voiles de Saint-Barth dans la catégorie «Multicoques hauturiers» (réservée aux bateaux de plus de 45 pieds), on compte aussi les deux autres HH66, à savoir le numéro 1 R-SIX – celui que nous avions essayé en Méditerranée – et le numéro 5 Flash. La flotte est complétée par un Outremer 60 et deux Gunboat – un 55 et un 60. Mais cinq autres multicoques sont inscrits dans une catégorie distincte, et là c’est le TS42 Guyader (un cata du chantier Marsaudon Composites) qui mène la danse pour l’instant, avec une manche remportée le premier jour (le 9 avril) et une place de deuxième hier, le 10 avril. Pour une présentation générale de cette épreuve, voir notre article publié le 8 avril.