Actualité à la Hune

Rolex Sydney Hobart

Triple couronne française !

La victoire de Comanche signe-t-elle la fin du règne de Wild Oats XI ? Après une décennie de suprématie du SuperMaxi australien vainqueur de 8 éditions sur 10, la victoire de Comanche relance la concurrence. Côté Français, les deux équipages engagés en IRC 3 et 4 ont brillé. Teasing Machine, longtemps leader au général, s’impose en IRC 3 tandis que Courrier du Léon gagne en IRC 4. Une victoire assortie d'une deuxième place au général.
  • Publié le : 30/12/2015 - 07:08

Départ 2015Superbes conditions au moment du départ dans la baie de Sydney pour les 108 concurrents au départ de cette 71ème édition.Photo @ Rolex / Stefano Gattini

Une météo très capricieuse !

Pour les 70 ans de la Rolex Sydney-Hobart, Eole s’est invité à la fête en cueillant à froid les 108 concurrents de cette grande classique australienne. Dès la première nuit, le long de la côte australienne, un vent de face de 40 nœuds et une mer casse-bateau ont mis les monocoques, petits et grands, à rude épreuve. Résultat : 30% d’abandons dans les premières 24 heures dont le tenant du Sydney Hobart 2015La mer de Tasmanie prend des allures de Méditerranée avec un grand ciel bleu et du vent fort ! Des conditions sportives pour les petits bateaux comme cet A40RC Papillon. Photo @ Rolex / Stefano Gattinititre et octuple vainqueur Wild Oats XI, l’un des grands favoris, grand-voile déchirée. Histoire de varier les plaisirs et de contrarier les statistiques, le redouté détroit de Bass, entre Australie et Tasmanie, s’est révélé d’une grande douceur. Le fameux calme après la tempête ! Trop calme d’ailleurs pour de nombreux équipages scotchés pendant des heures dans une bulle anticyclonique. Le tour de la Tasmanie jusqu'à Hobart réserve lui aussi souvent des surprises et quelques pièges comme cette longue baie sans vent à remonter contre les courants jusqu'à l'arrivée…

Comanche, une première victoire française... pour ses architectes !

Skippé par l’Américain Ken Read, Comanche, le SuperMaxi de Jim Clark et de la ravissante Kristy Hinze-Clark, a connu son lot d’avaries lors de la première nuit, avec notamment sa dérive bâbord cassée et un safran endommagé. Après avoir joint la direction de course pour annoncer son abandon, Ken Read s’est ravisé et a décidé de poursuivre jusqu’à Hobart coûte que coûte. Une décision courageuse qui leur offre leur première victoire en temps réel après leur deuxième place l’an dernier. Avec un temps de course de 2 jours 8 heures 58 minutes, le record de l’épreuve n’est pas battu (1 jour 18 h 23'). Mais le drapeau américain flotte de nouveau sur cette course légendaire, dix-sept ans après la victoire de Larry Ellison sur Sayonara en 1998.

ComancheComanche à la sortie de la baie de Sydney, au moment d’attaquer les prémices du gros temps à venir.Photo @ Rolex / Stefano Gattini

Dessiné par les architectes Français Guillaume Verdier et le cabinet VPLP, Comanche a quasiment tout remporté cette année : la Rolex Fastnet Race en août, la New York Yacht Club Atlantic Race, le record de distance en 24 heures pour un monocoque et, pour finir l’année en apothéose, la Rolex Sydney-Hobart ! Une victoire sans appel : le deuxième, Ragamuffin 100 de Syd Fischer termine avec près de 11 heures de retard…

Teasing Machine, deuxième victoire française en IRC3 !

En 1967, Eric Tabarly et l’équipage de Pen Duick III furent les premiers et seuls Français à remporter la Sydney-Hobart en temps réel. Aucun équipage tricolore ne s’est offert cette course depuis, en temps réel comme en temps compensé. La nuit dernière, l’équipage d’Eric de Turckheim – avec Jérémie Beyou à la tactique – a bien cru être le premier équipage français à décrocher les honneurs en temps compensé.

Teasing Machine à l"arrivéeTeasing Machine, l"Archambault 13 français d’Eric de Turckheim à son arrivée le long des côtes de Tasmanie.Photo @ Rolex / Kurt Arigo
Malheureusement pour eux, après avoir mené la course quasiment de bout en bout, Eole leur a tendu un dernier piège à une dizaine de milles d’Hobart, au moment de remonter la rivière Derwent. Le vent a joué les filles de l’air tandis que le courant descendant les bloquait pendant plusieurs heures. Résultat : ils terminent 11e sur 108 après 3 jours 20 heures 18 minutes et manquent la victoire générale en temps compensé de peu. Mais les hommes de Teasing Machine, un Archambault 13 dessiné par Bernard Nivelt, peuvent se consoler en faisant le bilan d’une année exceptionnelle (vainqueur de la Giraglia Rolex Cup et de la Channel Race) qui se termine par une nouvelle victoire en temps réel dans la catégorie IRC3. Ils devront patienter toute la journée de mercredi pour savoir si la victoire en temps compensé leur revient aussi dans cette catégorie.

Courrier du Léon,  troisième victoire française en IRC 4 et deuxième du général

Longtemps leader de la classe IRC4, Courrier du Léon fut menacé jusqu'au dernier moment par Quickpoint Azzurro, un S&S34 australien. Mais au final, Géry Trenteseaux et ses hommes gagnent non seulement cette catégorie mais en plus terminent à la deuxième place du général toutes classes confondues dans cette 71e édition, derrière le TP 52 australien, Balance. Un superbe résultat pour les Français et le chantier JPK, Courrier du Léon étant un 10.80 venu spécialement de Nouvelle Céladonie. Et, à son bord, parmi l'équipage se tyrouvait Jean-Pierre Kelbert, patron du chantier lorientais. Vainqueur de la Rolex Fastnet ; deuxième de la Rolex Sydney Hobart - entre autres - cette année : on pouvait difficilement faire mieux !

A noter qu'Olivier Cardin, skipper français de LMAX Exchange, n'a pas gagné cette course en catégorie Clipper. Il s'agissait pour les voiliers de la Clipper Race de la cinquième étape du tour du monde. Le Français termine 3e, la victoire revenant à Da Nang Vietnam. LMAX Exchange devrait rester en temps du classement général.

Teasing MachineC"est une superbe saison 2015 qui s"achève pour l"équipage de Teasing Machine.Photo @ Nathalie Colloud / Teasing Machine Sailing Team

 

Equipage de Teasing Machine :

Eric de Turckheim, skipper
Jérémie Beyou, tacticien
Aymeric Chapellier, navigateur
Tony Brouchet, grand-voile
Jean-Sébastien Ponce, régleur
Emmanuel Supiot, régleur
Alex Pallu, wincheur
Eric Quesnel, piano
Christian Tiggeler, numéro 2
Jérôme Teillet, numéro 1

Rolex Sydney-Hobart en quelques chiffres…

71e édition

distance : 628 milles

plus faible affluence : 9 concurrents (1945, 1ère édition)

plus forte affluence : 371 concurrents (1994)

record de victoires : 8 pour Wild Oats XI en 2005-06-07-08-10-12-13-14

chrono record : 1 jour 18 h 23' par Wild Oats XI en 2012