Actualité à la Hune

Les Sables - Les Açores - Les Sables

Bertrand Delesne, la victoire supersonique

Vainqueur de l'étape retour en un temps record de 5 jours 13h27', Bertrand Delesne s'offre du même coup la 3e édition des Sables-Les Açores-Les Sables. Cerise sur le gâteau, il établit un nouveau record des 24h en solitaire en Mini 6.50 en passant la barre des 300 milles - 304,9 milles à la vitesse moyenne hallucinante de 12,70 noeuds ! Chapeau...

  • Publié le : 25/08/2010 - 00:27

Arrivée de Betrand Delesne, aux Sables 12j01h42, c'est le temps qu'il a suffi à Bertrand Delesne pour faire l'aller-retour entre la Vendée et les Açores, soit plus de 2 500 milles à parcourir... Photo © Christophe Breschi (Les Sables-Les Açores-Les Sables / www.ricochets17.com)

Victoire de Delesne aux Sables Première victoire en solitaire pour le dauphin de Thomas Ruyant sur la dernière Transat 6.50. Photo © Christophe Breschi (Les Sables-Les Açores-Les Sables / www.ricochets17.com) Arrivé deuxième de la première étape avec 1h45 de retard sur l'Allemand Jörg Riechers (Mare.de, 753), Bertrand Delesne (Prati'Bûches, 754) a mis tout le monde d'accord sur la seconde étape entre Horta et la Vendée. En coupant la ligne lundi matin à 4h27, il comptait encore plus de 100 milles d'avance sur le deuxième, le jeune Thomas Normand (Financière de l'Echiquier, 787) qui ne franchira la ligne d'arrivée que 9 heures et 32 minutes plus tard ! Soit un gros wagon, une énorme valise, une valda... Bref, Delesne a atomisé le reste de la flotte en réalisant une démonstration de survitesse au portant.
<Avec la météo qu'on a eue, il fallait essayer de rester en cadence avec les fronts, savoir pousser quand il fallait pour garder du vent le plus longtemps possible, analyse-t-il à l'arrivée. Quand tu arrives à maintenir ce rythme, tu crées des écarts importants, car tu gardes le vent fort plus longtemps.>

Le Nantais a tenu une ahurissante moyenne de 9,53 noeuds pendant cinq jours et demi pour rallier Horta et les Sables d'Olonne, pourtant distantes de 1 270 milles. Tout aussi hallucinant est son nouveau record de 304 milles en 24h, soit 12,70 noeuds de moyenne. Difficile d'imaginer l'ambiance thalasso, le vacarme, les chocs violents et l'adrénaline constante d'un tel exploit sur ses petites bombes de 6.50 mètres, comparables en sensation à des karts "survitaminés". <Depuis la dernière Transat 6.50, je pensais bien que la barre des 300 milles en 24h pouvait être dépassée, ajoute-t-il. C'est le genre de performance que j'affectionne... Il faut reconnaître que ça pousse fort, il faut savoir tenir la cadence.> Lui seul l'a tenue en proto - tout comme Xavier Macaire en série.


Français, Allemand, Italien : un podium international

Deuxième de la dernière Transat 6.50 derrière Thomas Ruyant, Bertrand Delesne remporte ainsi sa première course en solitaire et envoie un signal fort à ses futurs adversaires, un an avant la prochaine Transat 6.50. Parmi eux, l'Allemand Jörg Riechers, vainqueur de la première étape, a connu quelques difficultés au retour. Sixième aux Sables, il termine néanmoins deuxième au général devant l'Italien Andrea Caracci (Speedy Maltese, 756), plus régulier sur les deux étapes (4e et 5e).

Côté architectural, Sam Manuard réalise une belle moisson avec deux bateaux sur le podium - Delesne et Caracci. Etienne Bertrand, architecte de Mare.de, peut se targuer d'une victoire d'étape et de la deuxième place au général - rappelons également que, sur son plan Bertrand, Jörg Riechers a remporté cette année le Mini Pavois et le Trophée MAP.

Thomas Normand Deuxième de la seconde étape, le Lorientais Thomas Normand efface l'amertume de l'escale sur la première étape. Photo © Christophe Breschi (Les Sables-Les Açores-Les Sables / www.ricochets17.com)

Thomas Normand et Xavier Macaire, futurs grands
Arrivé cette année sur le circuit Mini avec un tout nouveau proto Manuard, le jeune Thomas Normand a réalisé une superbe seconde étape conclue à la deuxième place derrière l'intouchable Bertrand Delesne. Contraint de faire escale à l'aller en Espagne pendant 24h à cause d'une pile à combustibles défaillante, le benjamin de la course a prouvé au retour qu'il apprenait vite. A son arrivée, il était le premier étonné de sa belle performance. <Quand je vois que ma course aurait pu s'arrêter à l'aller à La Corogne et que je vois tout ce que j'aurais raté... Ça valait vraiment le coup de continuer jusqu'aux Açores, cette étape me le prouve.>

Xavier Macaire Au portant dans la brise, Xavier Macaire, sur son Pogo2, est capable de rivaliser avec les meilleurs protos. Photo © Christophe Breschi (Les Sables-Les Açores-Les Sables / www.ricochets17.com) De son côté, Xavier Macaire (Starter, 472) survole littéralement la catégorie Série cette saison avec son Pogo2. Déjà vainqueur cette année du Mini Pavois en mai (doublé sur les deux étapes) et du Mini Fastnet en juin, Xavier Macaire réalise un nouveau doublé sur les deux étapes des Sables-Les Açores-Les Sables. Au retour, il est même le troisième concurrent au scratch à s'amarrer dans le port vendéen, laissant une grande majorité de proto derrière lui !
Très à l'aise au portant par vent fort, il décroche lui aussi un nouveau record des 24h en solitaire en série avec 272,63 milles (11,36 noeuds de moyenne). <Nos bateaux de série sont un peu comme des 4x4. On peut y aller, ça ne craint rien, expliquait-il à son retour. Je suis vraiment content d'avoir pris le record des 24h en série, c'est une performance qui me tenait à coeur. Je ne réalise pas encore très bien, cela fait 36 heures que je n'ai pas dormi. Je pense que je vais m'écrouler tout à l'heure...> concluait-il.

Mais pas d'inquiétude pour ses adversaires directs en vue de la Transat 6.50 2011. Xavier Macaire a clairement annoncé ses intentions de rejoindre le circuit Figaro l'an prochain. Les deux derniers "transfuges", Adrien Hardy (vainqueur de l'étape irlandaise de la Solitaire) et Francisco Lobato (vainqueur des Sables-Les Açores-Les Sables en 2008) se sont illustrés cette année sur la Solitaire du Figaro. Xavier sait ce qu'il lui reste à faire...