Actualité à la Hune

L'analyse de Dominic Vittet

Sérieuse opportunité pour Thomson

Le petit coup de mou de Banque Populaire au passage de l’île des États (peu après le cap Horn, au large de l’Argentine), bien que prévisible samedi, a été plus sévère que prévu. En conséquence, il n’a pu profiter du passage d’une petite dépression argentine qui passait dans son Nord et maintenir son avance sur Hugo Boss, qui a passé le Horn dimanche midi, pulvérisé alors à plus de 800 milles derrière. Le scénario a changé. Obligé de passer à l’Est des Malouines, Armel le Cléac’h a déjà perdu plus de 500 milles sur Alex Thomson (son avance est de 295 milles ce matin) en trois jours pendant que, plus au Nord, la porte d’accès aux alizés se referme…
  • Publié le : 27/12/2016 - 07:16

Hugo BossAlex Thomson hérite enfin d’une situation favorable pour revenir sur Banque Populaire. De moins de 300 milles ce matin, l'écart pourrait se réduire à moins de 100 entre les deux leaders d’ici le 3 janvier si la zone de calme se confirme devant l’étrave d’Armel Le Cléac’h.Photo @ Hugo Boss/Cleo Barnham/Vendée Globe

La nursery à dépressions sud-américaines

Située entre Rio et le Cap Horn (trait vert), elle est en pleine activité. Le contraste entre les eaux froides des 40es situées au Sud et les courants chauds qui descendent de l’équateur crée des situations de conflits atmosphériques gigantesques. Des milliards de mètres cubes d’air aux caractéristiques très différentes s’enroulent sur eux-mêmes et créent des bébés dépressions de quelques centaines de kilomètres de diamètre. Les plus virulentes évoluent, grossissent et sont aspirées vers le Sud Est par leurs grandes sœurs qui cavalent autour de l’Océan Antarctique. Les plus faibles meurent sur place ou attendent de s’associer avec d’autres pour reprendre de la vigueur. Cette cyclogénèse est très difficilement prévisible par les modèles météo et réserve son lot de surprises pour les marins qui tentent de tracer leur route.

Situation ce soir mercredi 28 décembre à 00 heure

Mercredi 28 décembre 2016Petits ronds de couleur : position des bateaux ce matin à 6 heures. Triangles : positions des bateaux présumées ce soir à minuit. Traits de couleur : routage possible jusqu’au mardi 3 janvier. Photo @ Dominic Vittet

En passant l’île des États, Armel le Cléac’h (triangle bleu) pensait probablement bénéficier du passage de DA2 pour se propulser jusqu’à la latitude de Rio et accrocher les vents de Nord-Ouest de l’anticyclone de Sainte-Hélène (zone orangée). Mais le leader a perdu trop de temps dans la molle qui sévissait à la pointe de la Terre de Feu et la dépression DA2 a filé… Une zone de transition (trait rose) et ses vents plus erratiques se dresse maintenant en travers de sa route et risque fort de le ralentir. Plus au Sud, DA3, qui a fait son apparition, pourrait aider Hugo Boss (triangle noir), de retour dans l'Atlantique depuis dimanche midi, à réduire encore l’écart grâce au flux puissant d’Ouest.

Jérémie Beyou (Maître CoQ, triangle rouge), qui a alors passé le Horn (cela devrait être effectif dès ce lundi après-midi, ndlr), pourrait profiter lui aussi de la présence de DA3 et se rapprocher du leader. Encore dans le Pacifique, Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) (triangle orange), est accompagné par la dépression D6 et les vents de Nord-Ouest qui la précèdent. Le front (trait noir) ne va pas tarder à le rattraper et faire basculer les vents au Sud-Ouest.

Situation jeudi 29 décembre à 12 heures.

Jeudi 29 décembre 2016Les carrés de couleur : positions présumées des bateaux pour le mardi 3 janvier à 9 heures Hugo Boss (carré noir) pourrait revenir à moins de 150 milles de Banque Populaire (carré bleu). Mais le premier qui touchera l’alizé s’échappera vers l’hémisphère nord et… la victoire ?Photo @ Dominic Vittet

L’anticyclone de Sainte-Hélène et sa zone de calme (trait orangé) s’étalent d’Est en Ouest et forment une barrière redoutable.
DA3 a pris du volume et mesure maintenant plus de 2 500 km de diamètre. Ses vents viennent lécher toute la zone de course à partir des Malouines jusqu’à la zone de transition (trait rose) dans laquelle bute Armel Le Cléac’h. Ce dernier, toujours moins rapide, ne cesse de laisser filer les milles en faveur de l’épouvantail noir qui revient à 300 milles de son tableau arrière dans les vents de Nord-Ouest générés par DA3.
Maître CoQ (triangle rouge) fonce dans le vent de Sud-Ouest et ramène son retard à moins de mille milles pour la première fois depuis bien longtemps… Pendant que StMichel-Virbac (triangle orange liseré bleu) s’apprête à passer le cap Horn.

Et après ?

La bagarre s’annonce rude pour les nerfs à la latitude de Rio. Si l’anticyclone de Sainte-Hélène maintient son décalage vers le Brésil, la stratégie pour le traverser et toucher les alizés qui soufflent dans son Nord s’annonce complexe. Couper le fromage vers l’Est serait synonyme d’un meilleur angle de sortie pour aborder le Pot au Noir et basculer dans l’hémisphère Nord. Mais la traversée des calmes serait hasardeuse et celui qui s’y risquerait pourrait passer par la case prison et laisser échapper quelques dizaines de milles. Passer très à l’Ouest garantirait un vent minimum mais le passage au plus près de la côte brésilienne pourrait obliger à tirer quelques bords et affronter l’alizé de face, ce qui n’est ni confortable, ni rapide.

Armel Le Cléac"hPour la première fois depuis longtemps, Armel le Cléac’h perd des milles sur ses poursuivants. L’atlantique Sud, toujours piégeux, pourrait bien redistribuer les cartes et donner à Alex Thomson l’occasion de revenir dans le jeu.Photo @ Vincent Curutchet BPCE

Pour les deux leaders, dont l’écart pourrait être ramené à 150 milles, voir même moins de 100 milles, l’heure de ce choix crucial approche. Pour Armel, sortir en tête de ce traquenard, c’est prendre une option très sérieuse sur la victoire. Pour Alex, c’est la dernière opportunité pour revenir à hauteur du Finistérien et tenter la gagne dans l’hémisphère Nord… Un début de finish idéal.

(Cette nouvelle analyse matinale est signée Dominic Vittet. Durant tout le Vendée Globe, l’ancien vainqueur de la Solitaire du Figaro, champion de France solitaire ou champion du monde Class40 – entre autres – devenu analyste météo et routeur, nous livre son analyse de l’évolution de la course.)


Classement mardi 27 décembre à 5 heures

1.       Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII),  à 6 116 milles de l'arrivée
2.       Alex Thomson (Hugo Boss), à 295 milles du premier

3.       Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 1 039 milles       
4.       Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), à 1 848 milles
5.       Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir), à 2 170 milles

Classements et positions live ici : cartographie du Vendée Globe.