Actualité à la Hune

Solitaire du Figaro

Quarante ans et tous sur les rangs !

Pour sa 41e édition, du 20 juillet au 22 août, la Solitaire du Figaro fêtera ses quarante ans. Ils seront 48 hommes et femmes sur les rangs pour fêter l'événement, dont nombre de cadors. Ce plateau grandiose pourra en découdre sur un parcours de 1 700 milles, assez équilibré en quatre étapes de demi-fond. On n'ose plus dire marathon, tant le Figariste abolit les notions de distance et de repos par rapport au commun des marins !

  • Publié le : 11/06/2010 - 06:39

Nicolas Lunven : le détenteur du titre. À 27 ans, Nicolas Lunven est encore (presque) un jeune de la course au large mais il est pourtant le détenteur du titre de la Solitaire du Figaro dont il a remporté la 40ème édition en 2009. Pourquoi pas le doublé en 2010 ? Photo © Jean-Marie Liot C'était en 1970 et la première édition de la Solitaire du Figaro - alors Course de L'Aurore - se courait à douze dans la tempête du golfe de Gascogne. Joan de Kat, un barbu bien dans l'air du temps, l'emportait devant Michel Malinovsky, huit ans avant que ce dernier ne soit le héros malheureux de la première Route du Rhum pour 98 secondes. Cet été 2010, la Solitaire du Figaro fêtera ses quarante ans et la course en solitaire a bien changé. Elle est devenue la référence en matière de solo à armes égales (au moins théoriquement eu égard aux nombreuses rumeurs circulant sur radio ponton quant au non respect d'une stricte monotypie) et les plus grands skippers de la discipline y sont tous passés ou presque.

À ce jour, ils sont trois à l'avoir remportée trois fois, Philippe Poupon, Jean Le Cam et Michel Desjoyeaux, et cinq à l'avoir gagnée à deux reprises, Guy Cornou, Gilles Le Baud, Gilles Gahinet, Jean-Marie Vidal et Nicolas Troussel. Aucun de ceux-là ne sera au départ cette année, même pas Troussel, le dernier doublé en date, qui laisse la barre de Crédit mutuel de Bretagne à Thomas Rouxel, son équipier de la dernière Transat AG2R La Mondiale (cinquièmes) qui avait terminé douzième de la Solitaire de l'an dernier.

Thomas Rouxel : propulsé par Nicolas Troussel. Ayant perdu son partenaire cet hiver, Thomas Rouxel a la chance de disposer du Crédit mutuel de Bretagne de Nicolas Troussel, avec lequel il a couru la Transat AG2R La Mondiale. Photo © Alexis Courcoux Le jeu sera donc ouvert pour les cinq anciens vainqueurs rêvant d'accrocher le Graal pour la deuxième fois. À tout seigneur, tout honneur, Nicolas Lunven (Generali) - vainqueur en 2009 - fait logiquement partie des favoris. Car même s'il a changé de bateau cet hiver, nouveau sponsor oblige, il a remporté la première course de la saison, la Solo Les Sables, démontrant d'une certaine façon qu'en dépit des suspicions récurrentes courant sur la monotypie de la classe, quand on va vite et bien, on va vite et bien quel que soit le bateau.

Mais la partie est très loin d'être gagnée. Prenons Armel Le Cléac'h (Brit Air). Il est le premier skipper à avoir gagné deux fois la Transat AG2R La Mondiale. Le vainqueur de la Solitaire du Figaro 2003 (et champion de France de course au large en solitaire) était revenu l'an dernier sur l'épreuve, après être passé entre-temps par le 60 pieds IMOCA (où il retournera dès la Route du Rhum) avec une magnifique deuxième place au Vendée Globe pour son premier tour du monde en solitaire et un titre de champion IMOCA. Nul doute que sa trente-cinquième place de 2009 lui est restée en travers de la gorge et que le Chacal a les crocs !

Armel Le Cléac’h : l’homme en forme. Vainqueur de la Transat AG2R La Mondiale, pour la deuxième fois, Armel Le Cléac'h a une contre-performance à effacer après sa trente-cinquième place de l'an dernier. Rien de mieux pour vous booster un chacal ! Photo © Transat Ag2R La Mondiale Également parti vers l'IMOCA, Kito de Pavant (Groupe Bel) n'était quant à lui pas revenu en Figaro pendant trois saisons. Le lauréat 2002 a lui aussi une revanche à prendre, après son avarie sur baleine de la Transat AG2R La Mondiale et une course poursuite loin derrière, du genre à vous donner faim de leadership et soif de victoire. En manque, Jérémie Beyou (BPI) l'est aussi - après une transat en double tout aussi galère avec Yann Eliès - pour cause d'option Nord dans l'impasse alizéenne. Après avoir attendu, en vain, tout l'hiver un départ de Banque populaire autour du monde sur le Trophée Jules Verne. Tout en espérant encore décrocher un sponsor pour revenir en IMOCA continuer ce qui fut prématurément interrompu au Vendée Globe avec feu Delta Dore, le sponsor de sa victoire au Figaro 2005. L'année dernière, avec le même partenaire affectif que cette année, il avait enlevé deux étapes... mais n'avait terminé que quatorzième au général.

Enfin, depuis son succès en 2001, Éric Drouglazet (Luisina) connaît pas mal de bas au milieu de quelques hauts et il est clair que ce garçon dur au mal aimerait bien briser là ce cercle qui fut parfois infernal. Ce sera d'autant plus dur que derrière, les générations plus jeunes poussent à la barre. À défaut des jeunes tout court, car il n'est pas évident de percer en Figaro sans beaucoup d'expérience de la classe. Même s'il y a des exceptions brillantes comme Nicolas Lunven.

Jérémie Beyou : revivre Dingle... à Cherbourg. Ici lors de son arrivée victorieuse, à Dingle en Irlande, sur la troisième étape de l'édition 2009 (où il a remporté deux étapes), Jérémie Beyou revient avec la ferme volonté de faire beaucoup mieux que sa quatorzième place au classement général de l'an dernier. Photo © Jean-Christophe Marmara/Richard Vialeron (Le Figaro) Parmi les coureurs n'ayant pas encore inscrit la Solitaire à leur palmarès, commençons par les vieux de la vieille toujours verts. Vert comme Gildas Morvan (Cercle vert justement) qui a fait une superbe AG2R La Mondiale, (troisième) avait remporté la transat en solo, le titre de champion de France de course au large en solitaire, pour la troisième fois en 2009, et avait terminé deuxième du Figaro 2008, puis septième en 2009. Ou toujours rouge, tel Yann Eliès qui court sa dernière édition sous les couleurs de Generali/Europ Assistance. Yann est tout aussi motivé que Beyou, dont il a partagé les désillusions hivernales puis antillaises, alors qu'il a terminé deuxième l'an dernier à vingt minutes de Lunven et que comme Morvan, il n'a toujours pas gagné cette épreuve qu'il a tant de fois animée brillamment.

Ajoutons aux grands animateurs des dernières éditions, l'amateur très éclairé Frédéric Duthil (toujours pas de partenaire au moment de boucler ces lignes). Deuxième en 2007 derrière Michel Desjoyeaux, troisième en 2008 et 2009, triple vainqueur d'étapes, il est l'un des rares skippers de haut niveau à mener de front une carrière professionnelle, en l'occurrence comme expert en assurances. Et les habitués Thierry Chabagny (nc), quatrième l'an dernier, Erwan Tabarly (Nacarat), neuvième en 2009, Armel Tripon (Gédimat), seizième en 2009, Jeanne Grégoire (Banque populaire), de retour après son congé maternité et remarquable sur l'AG2R La Mondiale (deuxième avec Gérald Véniard), tout comme Romain Attanasio (Savéol). D'autres pourraient être cités ici mais ils sont 48 inscrits dont la liste complète est visible ici. N'oublions pas néanmoins le doyen des participations (vingt-trois !), l'inusable Jean-Paul Mouren (M@rseilleentreprises).

Jeanne Grégoire : la mère a repris la mer. Retour en fanfare pour Jeanne Grégoire qui a été l'une des grandes animatrices de la Transat AG2R La Mondiale (ici avec son coéquipier Gérald Véniard) et qu'on peut attendre à son meilleur niveau sur la Solitaire du Figaro. Photo © Benoît Stichelbaut Vainqueur de celle-ci avec Armel Le Cléac'h, le jeune Fabien Delahaye (Port de Caen/Ouistreham), vingt-cinq ans, dix-huitième et premier bizuth l'an dernier, est évidemment encore plus attendu cette année. Tout comme un vieux de la vieille, un revenant après sept ans, deux Vendée Globe et une Volvo Ocean Race, en la personne de Sébastien Josse (Vendée). Autre homme du grand large ayant le courage de venir se frotter aux Figaristes, le bizuth Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) aura peut-être un petit peu de mal face aux ténors de la série mais qui sait ? Tout comme Karine Fauconnier (Éric Bompard) qui revient sur la course dix ans après et moult navigations, en multicoque notamment.

Enfin, les jeunes expérimentés que sont Adrien Hardy (Agir Recouvrement), vainqueur de La Solidaire du Chocolat 2009, François Gabart (Skipper MACIF 2010), futur coéquipier de Michel Desjoyeaux sur la Barcelona World Race et treizième du Figaro 2009, ou Ronan Treussart (Lufthansa), plus quelques autres, auront à surveiller les bizuths tels que Damien Guillou (La Solidarité mutualiste) qui compte plusieurs préparations olympiques à son palmarès ou le Portugais Francisco Lobato (Roff/Tempo Team), l'un des cinq étrangers, vainqueur de la Transat 6.50 Charente-Maritime/Bahia 2009 en série. Cependant, parmi les huit bizuths ce sera peut-être un nom qui n'est pas cité ici qui sortira du chapeau...

Le parcours : du demi-fond assez équilibré mais soutenu. D'un total de 1 717 milles, le parcours de la Solitaire du Figaro est assez équilibré dans le demi-fond... même si la première étape fait figure de marathon ! Photo © Solitaire Du Figaro Le parcours et le calendrier :

Le Havre (pour la première fois)
Ouverture du village : mardi 20 juillet
Prologue Suzuki : dimanche 25 juillet
Départ de la 1ère étape : mardi 27 juillet
Gijón (515 milles)
Arrivée prévue des bateaux : vendredi 30 juillet
Départ de la 2ème étape : mardi 3 août
Brest (418 milles)
Arrivée prévue des bateaux : jeudi 5 août
Départ de la 3ème étape : lundi 9 août
Kinsale (349 milles)
Arrivée prévue des bateaux : mercredi 11 août
Départ de la 4ème étape : lundi 16 août
Cherbourg-Octeville (435 milles)
Arrivée prévue des bateaux : jeudi 19 août
Parade de Clôture : dimanche 22 août
Total : 1 717 milles

www.lasolitaire.com