Actualité à la Hune

Rolex Fastnet Race

Un Fastnet bleu blanc rouge

A l’issue d’un Fastnet de petit temps, les voiliers français se sont particulièrement illustrés. Au classement IRC toutes catégories confondues, le podium est totalement tricolore, Vainqueur, Courrier du Léon, skippé par Géry Trentesaux, devance Dream Pearls et Alkaid III nautistock.com, trois bateaux construits par le chantier JPK !
  • Publié le : 21/08/2015 - 15:33

Rolex Fastnet Race 2015Courrier du Léon est le cinquième bateau français à gagner la Rolex Fastnet Race en 46 éditions. Ce JPK 10.80 devance deux autres JPK et succède à un autre JPK, mais 10.10, au palmarès !Photo @ Rolex / Kurt Arrigo

C’est un formidable résultat pour les marins et le chantier français JPK au terme de la Rolex Fastnet Race 2015 qui fêtait cette année son 90e anniversaire. Classé premier, Courrier du Léon succède à un autre voilier tricolore, Night and Day, vainqueur en 2013. Il s’agit de la 5e victoire française au terme de l’épreuve, après Pen Duick III (1967, Tabarly), Whirlpool-Europe 2 (1999, Chabaud), Iromiguy (2005, Château) et Night and Day (2013, Loison) donc.

Mieux : un podium entièrement français parachève cette édition grâce à Dream Pearls (Delamar/Mordret), deuxième et Alkaid III-nautistock.com (Quenot), troisième. Trois bateaux signés JPK, les deux premiers étant des 10.80 (classés 1 et 2 en IRC 4) et le dernier un 10.10 (1er en IRC 3). Mieux encore : ce même Night and Day, JPK 10.10, se classe 5e et, sachant que trois autres voiliers tricolores entrent dans les dix premiers (le MC 34 Nutmeg-Solidaire en Peloton vainqueur en IRC 2,  le JPK 10.10 Foggy Dew et le A35 Hey Joe), la flotte française place sept bateaux parmi les dix premiers. Jester (J/105), 4e et premier double, et Just So (J/109), 8e, sauvant les couleurs britanniques, alors que le vénérable et sublime yawl américan Dorade, vainqueur absolu en 1931 et 1933, se classe 7e.

Rolex Fastnet Race 2015Dorade, yawl victorieux en 1931 et 1933, s"est cette fois-ci classé 7e du classement général en temps compensé.Photo @ Rolex / Kurt Arrigo

"Que mes bateaux se classent au milieu de yachts historiques tels que Dorade et Stormy Weather signés Sparkman & Stephens, relevait l'architecte des JPK, Jacques Valer, est sans doute le plus émouvant pour moi !"

Ce Fastnet avait pourtant mal commencé pour le JPK vainqueur : « Nous volons le départ,  a expliqué Arnaud Aubry, l'un des équipiers de Courrier du Léon. Pour revenir sur la ligne contre le courant, nous avons  perdu 3 milles sur les voiliers IRC3. Nous avons ensuite vraiment bien navigué et sommes revenus à la hauteur de nos adversaires aux Needles. En baie de Plymouth, nous optons pour une trajectoire moyenne alors que nos concurrents plongent en baie. Aux Scilly, nous prenons la gauche du plan d’eau et nous sommes parmi les premiers à envoyer le spi. Le vent forcit alors et nous ne cessons de prendre des points au classement toutes classes. Après le passage du Fastnet, nous allongeons la foulée. Géry, à la barre, fait des pointes à plus de 17 nœuds au portant. Depuis notre arrivée hier, nous avons  attendu les autres voiliers afin de connaître notre classement toutes classes. La dernière nuit, pourtant à terre, a du coup été la plus dure de la compétition ! »

Arrivée FastnetL"équipage de Spindrift 2 peut être heureux. Il a de nouveau terminé premier en temps réel de la Rolex Fastnet Race.Photo @ Mark Lloyd & Yann Riou | Spindrift racingEn temps réel, les vainqueurs sont connus depuis plusieurs jours avec, en multicoques, la victoire de Spindrift 2, devant le MOD 70, Phaedo 3 et Prince de Bretagne. Et c'est le trimaran Paradox, sister-ship façon croisière de l’ancien Fujifilm, dessiné sur plans Irens-Cabaret, qui met tout le monde d’accord en temps compensé.

Comanche, le maxi américain Verdier/VPLP skippé par Ken Read, était venu pour gagner en monocoque et en temps réel et il s’est acquitté de sa tâche… mais  avec quatre petites minutes d’avance seulement après 2 jours 15 h 42’26’’ devant Rambler 88 ! Mais dans cette catégorie IRC CK (comme canting keel), c'est une autre victoire française en temps compensé, grâce au Mach45 Bretagne Telecom de Nicolas Groleau, skipper et gérant de JPS Production qui construit ce bateau.

Arrivée FastnetSébastien Col et Vincent Riou vainqueurs de la Rolex Fastnet Race 2015 en IMOCA 60 sur PRB. "Belle bagarre, bien content" a écrit le skipper sur Twitter.Photo @ Thierry Martinez / Sea&CoEn IMOCA 60, la victoire semblait promise au SMA de Meilhat-Desjoyeaux, premier à virer le Fastnet. Mais, mercredi midi, les deux hommes signifiaient leur abandon au comité de course pour non-respect des instructions de course, ayant contourné les îles Scilly par le Nord alors qu’ils auraient dû laisser Bishop Rock sur bâbord et non tribord. Reconnaissant cette erreur, les deux hommes poussaient la barre vers Port-la-Forêt sans aller au terme de la course. Vincent Riou et Sébastien Col, toujours aux avant-postes, se sont imposés sur PRB devant Groupe Quéguiner-Leucémie Espoir (Eliès-Dallin) et Safran (Lagravière-Lunven), premier 60 pieds de nouvelle génération.

A noter enfin les victoires du Tales II de l’Espagnol Gonzalo Botin en Class40 ; de Chatham Marine de Sam Matson en Figaro Bénéteau, du Français GOA, Ker 39 de Samuel Prietz en IRC 1, et du magnifique mini maxi 72 Momo de Dieter Schön, construit sur plans Judel-Vrolijk en IRC Z.

Rolex Fastnet Race 2015Stormy Weather, Sparkman & Stephens comme Dorade, vainqueur lui en1935 a terminé cette fois à une belle 11e place du classement général.Photo @ Rolex / Kurt Arrigo

Les vainqueurs de la Rolex Fastnet Race depuis 1925

1925 : Jolie Brise (E.G. Martin).

1926 : Ilex (Royal Engineer Yacht-Club).

1927 : Tally Ho ! (Lord Stalbridge).

1928 : Nina (P. Hammond).

1929 : Jolie Brise (R. Somerset).

1930 : Jolie Brise (R. Somerset).

1931 : Dorade (R. Stephens Sr.).

1933 : Dorade (R. Stephens Sr.).

1935 : Stormy Weather (P. Le Boutillier).

1937 : Zeearend (K. Bruynzeel).

1939 : Bloodhound (I. Bell).

1947 : Myth of Malham (J.H. Illingworth).

1949 : Myth of Malham (J.H. Illingworth).

1951 : Yeoman III (O.A. Aisher).

1953 : Favona (Sir M. Newton).

1955 : Carina II (R. Nye).

1957 : Carina II (R. Nye).

1959 : Anitra (S. Hansen).

1961 : Zwerver (W. N. H. van der Vorn).

1963 : Clairon of Wight (D. Boyer & D. Miller).

1965 : Rabbit (R.E. Carter).

1967 : Pen Duick III (E. Tabarly) FRA.

1969 : Red Rooster (R.E. Carter).

1971 : Ragamuffin (S. Fisher).

1973 : Saga (E. Lorentzen).

1975 : Golden Delicious (P. Nicholson).

1977 : Imp (D. Allen).

1979 : Tenacious (R. E. Turner).

1981 : Mordicus (Taylor & Volterys).

1983 : Condor (R. A. Bell).

1985 : Panda (P. T. Whipp).

1987 : Juno (M. Peacock).

1989 : Great News (R. Short/Jones/Forbes).

1991 : Passage (G. Isett).

1993 : Indulgence (G. Walker).

1995 : Nicorette (L. Ingvall).

1997 : Morning Glory (H. Plattner).

1999 : Whirlpool-Europe 2 (C. Chabaud) FRA.

2001 : Tonnerre de Bresken (P. Vroon).

2003 : Nokia (C. Dunstone).

2005 : Iromiguy (J-Y. Château) FRA.

2007 : Chieftain (G. O’Rourke).

2009 : Rán (N. Zennström).

2011 : Rán (N. Zennström).

2013 : Night and Day (P. & A Loison) FRA - premier équipage double vainqueur de l'Histoire.

2015 : Courrier du Léon (G. Trentesaux) FRA. L'équipage était composé de Géry Trentesaux (skipper), Jean-Pierre Nicol (navigateur), Arnaud Aubry, François Lamiot, Pierre Ghewy, Antoine Carpenier et Jean-Louis Couëdel.