Actualité à la Hune

Vendée Globe 2012-13, c'est déjà demain !

«JP» Dick repart pour un troisième tour du monde… mais sur un plan Verdier/VPLP !

Ce n'est pas le nouveau QG parisien de l'écurie de course Paprec-Virbac, mais une galerie d'art moderne branchée du quartier de Beaubourg. C'est là que Jean-Pierre Dick et Luc Talbourdet ont présenté vendredi matin leur nouveau projet. Alors qu'il reste encore trois concurrents du Vendée Globe en mer, le team Paprec-Virbac ne traîne pas et met le cap sur 2012. Explications et indiscrétions.

  • Publié le : 08/03/2009 - 16:35

Changement de main pour Paprec-Virbac 2 Revenu à sa base de Lorient le 6 mars, Paprec-Virbac 2 va entrer en chantier, puis disputera la Course de l'Europe fin août, avant d'être vendu à la FNOB le 15 octobre. courra la Transat Jacques Vabre avec un Espagnol, avec pour objectif une 3e victoire consécutive. Photo © Yvan Zedda (Paprec-Virbac / Vendée Globe) <JP> y retourne ! Physiquement, le régatier niçois tout juste rentré de quinze jours de marche en Jordanie semble plus affûté que jamais, mais on sent bien que son abandon - sur rupture de safran alors qu'il caracolait en tête du Vendée Globe - n'est pas encore totalement digéré.

<JP> a un boulot à terminer. Il sait qu'il a désormais le bagage pour l'emporter et dit tout haut qu'il rêve de gagner le Vendée. C'est lors du convoyage de Paprec-Virbac 2 vers Auckland - après que son second safran a cassé -, que Jean-Pierre Dick, Luc Talbourdet - son project manager -, les fidèles partenaires et l'équipe technique ont décidé de remettre ça, et tout de suite. <JP> sera donc au départ du septième Vendée Globe dans quatre ans, son quatrième tour du monde en course...

Dick concède qu'il a beaucoup hésité avec un Juan Kouyoumdjian.

Et ce sera un plan Verdier/VPLP ! En 2002, Dick avait été le premier à choisir Bruce Farr pour dessiner son 60 pieds. Très puissant et innovant, Virbac-Paprec 1 a été l'instigateur de toute une nouvelle génération de 60 pieds de Paprec-Virbac 2 à Foncia, en passant par PRB, BT ou Gitana 80...

Mais après huit années de collaboration fructueuse avec le cabinet d'Annapolis - qui a été d'une stupéfiante discrétion après la première victoire de l'un de leurs bateaux (NDLR : Foncia) -, Dick a finalement opté pour Guillaume Verdier et Vincent Lauriot-Prévost/Marc Van Peteghem qui ont signé Safran et Groupe Bel, deux voiliers à la fois très légers et impressionnants en performance.

Mercato du prochain Vendée Globe

Akenas Vérandas ayant renouvelé sa confiance à Arnaud Boissières - 7e arrivé aux Sables - pour le Vendée Globe 2012, l'Arcachonnais et son partenaire cherchent à acquérir un bateau de dernière génération. Leurs dernières pistes les conduisent vers PRB ; Boissières précise qu'il est séduit par l'idée que l'équipe de PRB puisse transmettre une partie de son savoir et de ses compétences, en plus du monocoque.
Loïck Peyron et Gitana se séparant (voir ici notre actualité), Gitana Eighty a été vendu à la Fundació per la Navegació Oceànica de Barcelona. Les Espagnols Alex Pella et Pepe Ribes - ce dernier court actuellement la VOR - devraient prendre sa barre.
Le 28 janvier dernier, Delta Dore annonçait qu'il cessait ses activités de sponsoring. Le 60 pieds Open de Jérémie Beyou se trouve ainsi en vente et n'a pas encore trouvé acquéreur. Beyou a quant à lui fait savoir qu'il <mettrai[t] tout en oeuvre pour être sur la ligne de départ en 2012.>
Foncia et Michel Desjoyeaux sont encore en pourparlers.
Roxy, emballé par la prestation de Samantha Davies, devrait lui faire construire un nouveau 60 pieds pour 2012, de même que VM Matériaux pour Jean Le Cam.
Rappelons que Safran avait renouvelé son contrat avec Marc Guillemot avant même que celui-ci n'ait franchi l'équateur dans sa remontée de l'Atlantique.
Enfin en 2010, après deux ans de pratique en double, DCNS confiera le bateau de Marc Thiercelin à Christopher Pratt. / M.B.

Dick concède qu'il a beaucoup hésité avec Juan Kouyoumdjian qu'il a rencontré à Valence en Espagne. Parce que Kouyoumdjian compte parmi les mieux équipés en terme de calculateurs et de logiciels de CAO, et est très en vogue depuis quelques saisons...

Alors pourquoi Verdier/VPLP ? <J'avais envie d'explorer de nouvelles voies, de repartir d'une feuille blanche, fort de plus d'expérience, et aussi de travailler sur un bateau plus abouti, plus fiable aussi, notamment sur les safrans>, répond le grand blond. Quand on lui demande si Paprec-Virbac 3, dont la construction débutera le 1er juillet prochain en Nouvelle-Zélande, sera aussi puissant que les derniers Farr, <JP> répond aussi sec que <Safran de Marc Guillemot est un faux maigre... qui n'a rien à envier à Paprec-Virbac 2.>

<C'est l'an dernier, en naviguant en Corse sur un voilier de série, que je me suis dit que ces bateaux équipés de trois cabinets de toilette étaient d'un ennui terrible pour ce qui est des sensations.>

Le double partenariat de Paprec et Virbac a prouvé que ce modèle économique était intelligent et efficace... d'autant plus en période de crise. Si les retombées du Vendée Globe ne sont pas encore connues avec exactitude, on sait déjà qu'elles n'ont jamais été aussi élevées. Et les talents de management et la complicité du duo Luc Talbourdet et Jean-Pierre Dick (qui se sont connus à HEC) sont souvent cités en exemple.

Malin, Talbourdet avait déjà "vendu" Paprec-Virbac 2 avant le départ du Vendée Globe à la FNOB (Fondation de navigation océanique de Barcelone) qui vient aussi d'acquérir Gitana 80 pour des marins comme Guillermo Altadill ou Alex Pella. Le prix de vente - qui dépasserait les 2 millions d'euros - permet donc de lancer la construction d'un nouveau bateau immédiatement !

Comme pour ses précédents bateaux, Dick fera construire en Nouvelle-Zélande (le coût de la main d'oeuvre est deux fois moindre qu'en Europe, notamment grâce au cours avantageux du dollar kiwi), puis ramènera comme à son habitude Paprec-Virbac 3 par la mer.

Nicolas Abiven - qui était du premier projet et qui a remporté avec la Transat Jacques Vabre 2003 avec Dick - revient comme directeur technique et l'on note aussi le nom de Christian Dumard, encore un ancien du Team Corum.

L'idée est de construire deux bateaux - les coûts sont de fait diminués - et Isabelle Joschke, déjà impliquée dans l'équipe Paprec-Virbac, pourrait être le skipper du sistership.

Enfin, l'ascétique Dick - il aura 47 ans en 2012 et ne cesse d'insister sur la nécessité d'une condition irréprochable pour mener ces bateaux (il nage tous les jours) - aime toujours autant la croisière et rêve de se poser un peu dans les coins paradisiaques qu'il a l'habitude de laisser à bâbord ou à tribord depuis huit ans. <C'est l'an dernier, en naviguant en Corse sur un voilier de série, que je me suis dit que ces bateaux équipés de trois cabinets de toilettes étaient d'un ennui terrible pour ce qui est des sensations.> Aussi <JP> et sa bande ont-ils commandé à... Guillaume Verdier, un 54 pieds de croisière rapide - nom de code JPD 54 ou Absolute Dreamer 54 - qui fera l'objet d'une toute petite série. Sa construction débute dans quelques semaines en Nouvelle-Zélande, sous la direction de Luc Bartissol, directeur technique lors du dernier Vendée Globe. Jamais à court d'idées, ces garçons !

En attendant, <JP> sera à La Trinité pour le week-end de Pâques, à la barre du J80 Paprec... Mais pas tout seul, puisque 80 concurrents y sont inscrits !

Table à cartes sur mesure Sur Paprec-Virbac 2, Jean-Pierre Dick disposait d'une table à cartes orientable au vent... et a gardé le fameux siège baquet de voiture de rallye, dur mais enveloppant ! Photo © Didier Ravon