Actualité à la Hune

Vendée Globe 2012-2013 / J+63

Vendée Blog : sous le tropique, exactement

La longue remontée de l’Atlantique Sud continue dans des conditions nettement plus agréables ces dernières heures pour les leaders qui naviguent dans des alizés d’Est modérés. François Gabart qui a franchi le tropique du Capricorne et navigue à la hauteur de l’archipel de Trindade et Martim Vaz a encore creusé l’écart sur Armel Le Cléac’h alors qu’Alex Thomson revient difficilement sur la route du trio de tête pendant qu’au Sud, Dominique Wavre s’est fait débordé par Javier Sanso et Arnaud Boissières.
  • Publié le : 12/01/2013 - 10:11

Classement du 12 janvier à 9h
1-François Gabart (Macif) à 4 377,3 milles de l’arrivée
2-Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) à 190,3 milles du leader
3-Alex Thomson (Hugo Boss) à 484,5 milles
4-Jean Pierre Dick (Virbac Paprec 3) à 490 milles
5-Jean Le Cam (SynerCiel) à 1 568,9 milles

Mirabaud (Dominique Wavre)Dominique Wavre a perdu deux places en enchaînant deux empannages dans la nuit. Certes le Suisse est en position favorable sous le vent, mais ses deux compères ont 60 milles de décalage en latitude. Il faut s’attendre à une belle bagarre au sein de ce trio international. Photo @ Thierry Martinez Sea & Co / Mirabaud

En une semaine, le climat a bien changé en tête de course : François Gabart (Macif) a coupé le tropique du Capricorne vendredi après-midi et Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) ce samedi matin : 190 milles de décalage en latitude qui deviennent un lourd fardeau quand il n’y a aucune opportunité de choisir une autre voie pour rallier l’équateur. Ce week-end le jeune leader devrait d’ailleurs croiser sa route aller, lorsqu’il descendait l’Atlantique Sud il y a cinquante jours…

Recentrage brésilien

Alex Thomson (Hugo Boss) a bien réussi à s’extraire de la baie de Rio de Janeiro en contournant une perturbation orageuse, mais maintenant qu’il plonge vers les hautes pressions, il doit faire face à une brise de Nord qui fait fondre son avance sur Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3).

Positions du 12 janvier à 9hLa hiérarchie commence vraiment à se stabiliser, seuls Alex Thomson et Jean-Pierre Dick sont à la bagarre pour la troisième place : ils devraient se rejoindre d’ici 36h, dans le sillage des deux leaders. Et pendant que la tête de flotte navigue sous les tropiques, le trio franco-espagnol-helvète s’est reformé et pique vers le Nord-Est, vers Sainte-Hélène.Photo @

Ce dernier devrait retrouver sa troisième place ce samedi midi mais elle est un peu « virtuelle » dans la mesure où le Niçois est plus à l’Est. En réalité, les deux solitaires seront à égalité presque parfaite quand le Britannique va virer de bord, d’ici 24h dans des alizés qui auront pris une composante Nord-Est à Est.

Alex Thomson devrait alors être légèrement sous le vent de son concurrent et les 1 000 milles qui resteront à couvrir pour atteindre l’archipel de Fernando de Noronha ne devraient plus changer la hiérarchie en tête de la flotte, ni les écarts qui vont se stabiliser jusqu’au ralentissement équatorial. Et il semble que pour le peloton derrière, la situation au dessus des Quarantièmes ne permette plus de longer les côtes argentines comme l’avait fait Alex Thomson : la voie est bloquée par l’anticyclone uruguayen et il faut aller chercher au minimum la longitude de Recife (35°W) avant d’imaginer virer de bord.

Mer forte à très forteTanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) : "L’un de mes buts dans cette course était d’atteindre le cap Horn en bon état, moi comme le bateau. Donc là, je commence à avoir sacrément hâte. Mais j’attends également avec impatience ce qu’il y a après, évidemment ! Je surveille bien les environs pour être sûr qu’il n’y a pas de glace. Mon bateau est équipé d’un radar mais ça ne suffit pas forcément pour repérer les icebergs."Photo @ Gilles Martin-Raget Sea & Co

Vers le cœur de l’anticyclone

Pour Jean Le Cam (SynerCiel) et Mike Golding (Gamesa), la trajectoire n’est pas idéale car des brises volages s’installent devant leurs étraves avant d’accrocher le front brésilien qui marque l’entrée dans l’anticyclone de Sainte-Hélène. La voie est un peu plus dégagée pour le trio Javier Sanso (Acciona), Arnaud Boissières (Akena vérandas) et Dominique Wavre (Mirabaud) : sur les Cinquantièmes passent encore les dépressions australes qui apportent du vent de secteur Sud-Ouest à Nord-Ouest d’une bonne vingtaine de nœuds. Mais à l’horizon de quatre jours, il faudra traverser les hautes pressions dans une brise molle de secteur Nord !

Enfin dans le Pacifique, Bertrand de Broc (Votre nom autour du monde) n’en a plus que pour deux jours avant d’entrer dans l’Atlantique, poussé par une bonne brise de secteur Nord-Ouest. Des conditions similaires pour Tanguy de Lamotte (Initiatives-cœur) qui le suit à une petite journée de mer. Et l’Italien Alessandro di Benedetto (Team Plastique) n’en a pas fini avec les dépressions australes : il y en a au moins quatre qui vont se succéder sur sa route vers le cap Horn…

Bertrand de Broc en vacation radioBertrand de Broc (VNAM avec EDM Projets) : "c’est les vacances en ce moment ! Les conditions pour le coin sont assez exceptionnelles : il fait beau, la mer est belle, le vent est correct, il n’y a pas de grains... ça devrait durer encore 72 heures. Le cap Horn est encore loin, vu le vent qui n’est pas très fort (15-20 nœuds) et malheureusement, je suis en plein vent arrière. Il faut donc que je tire des bords et la route est encore longue !"Photo @ Jean-Marie Liot DPPI / Vendée Globe


« Nuit tropicale et caressante,
Où, sur la mer, bondissant,
Notre navire au front puissant
Trace une frange éblouissante.

Sur la route qu’il s’est frayée,
Quelquefois le regard rêveur
Voit flamboyer une lueur,
C’est une baleine effrayée.

Puis, quand vient l’aube, la rosée,
Sous l’éclat du soleil
Fusant de biais au ciel vermeil,
Sur les cordages s’est posée.

Et sur l’immense piste verte,
A pleines voiles, en longs remous,
Nous cinglons toujours devant nous,
Sur la piste immense et déserte. »

Rudyard Kipling (La longue piste)