Actualité à la Hune

Vendée Globe 2012-2013 / J+82

Vendée Blog : Tant que le vent s’emporte…

Après l’arrivée d’Alex Thomson, Jean-Pierre Dick est le plus proche des solitaires du but. Mais avec un coup de vent attendu dès vendredi, le navigateur a préféré s’abriter à San Ciprian sur la côte Nord de l’Espagne pour repartir, toujours en course, en milieu de week-end. Pour le peloton, les conditions sont très variables d’un groupe à l’autre…
  • Publié le : 31/01/2013 - 10:49

Classement du jeudi 31 janvier à 9 heures
1- François Gabart (Macif) en 78j 02h 16’ 40’’
2- Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) en 78j 5h 33’ 52’’ à 3h 17’ 12’’ du premier
3- Alex Thomson (Hugo Boss) en 80j 19h 23’ 43’’ à 2j 17h 07’ du premier

4- Jean Pierre Dick (Virbac Paprec 3) à 290,9 milles de l’arrivée
5- Jean Le Cam (SynerCiel) à 1 519,6 milles de l’arrivée
6- Mike Golding (Gamesa) à 1 586,8 milles de l’arrivée
7- Dominique Wavre (Mirabaud) à 2 032 milles de l’arrivée

Jean-Pierre Dick à la vacation radioJP Dick (Virbac Paprec 3) : "Il va falloir rester trois jours au mouillage ! Bricoler, lire, manger les horribles restes de lyophilisé du bord… Finir le Vendée Globe est à ce prix mais quel bonheur cela sera de couper la ligne !

 En tout cas, je voulais la régate et j'ai eu l'aventure. Cette course forge le caractère et vous force à rester humble à tout moment..."Photo @ Jean-Marie Liot( DPPI / Virbac-Paprec)

Jean-Pierre Dick a quasiment réussi son pari : terminer le Vendée Globe même sans quille ! Mais si le skipper de Virbac-Paprec 3 a pu arrondir sa route pour passer à côté des Açores, puis pour longer l’anticyclone jusqu’aux côtes portugaises, il ne peut continuer plus loin dans le golfe de Gascogne. Le Niçois s’est donc réfugié à San Ciprian, à 50 milles dans l’Est de La Corogne et ce jeudi à 5h30, s’est amarré à un corps-mort (manœuvre autorisée par le règlement du Vendée Globe, s’il ne descend pas à terre et que personne ne monte à bord).
 

En attente jusqu’à dimanche

«Les modèles prédisent un front violent pour la nuit de jeudi à vendredi. J'ai encore en mémoire mon retournement dans la transat anglaise 2004. Je naviguais avec la grand-voile affalée et la trinquette pour seule propulsion. Mon monocoque (Virbac-Paprec 1) s'était fait rouler comme dans une machine à laver et moi avec ; à mon grand effarement puis désarroi ! Une seule seconde et cette vague scélérate avait réduit mes désirs de victoire à néant et m’obligeait à repartir, à l'époque, vers une sélection pas encore acquise pour mon Vendée Globe. La mer avait été plus forte, mais m'avait épargné la vie... Je m’arrête, mais je n’abandonne pas !»

Jean-Pierre Dick devrait pourvoir repartir dimanche matin, lorsque la dépression qui va balayer vendredi le golfe de Gascogne aura continué sa route vers la Sardaigne pour laisser place à l’anticyclone des Açores. Les hautes pressions vont se prolonger par une dorsale et la brise ne va pas dépasser les vingt nœuds pour rallier les Sables d’Olonne : il ne reste en effet que 290 milles au Niçois pour finir sa course. Et conserver sa quatrième place au classement !

SynerCiel au prèsJean Le Cam (SynerCiel) : "J’ai sorti deux routages pour savoir comment passer la zone de hautes pressions qui nous barre la route jusqu’aux Sables. C’est le prochain gros piège donc faut pas se planter ! Ils me font arriver le 5 février, mais ça peut changer d’ici là. Pour le moment, vous pouvez compter sur moi pour l’apéro mardi soir ! J’ai du vent portant jusqu’à l’arrivée. Ça risque d’être très musclé sur la fin avec 30 nœuds prévus."Photo @ Vincent Curutchet DPPI / Vendée Globe

Bonne propulsion

Jean Le Cam (SynerCiel) et Mike Golding (Gamesa) ont trouvé l’ouverture : sur la face orientale d’une dépression tropicale, ils filent au portant directement sur le cap Finisterre. Et ils devraient se glisser entre les deux cellules anticycloniques qui vont fusionner ce week-end. Changement de décor radical alors puisque la brise va tourner de 180° pour s’installer au secteur Nord le long de la péninsule ibérique…

Le week-end leur propose donc du louvoyage face à une bonne vingtaine de nœuds avec au programme, une veille attentive sur le trafic maritime. Le couple franco-britannique pourrait tout de même arriver en milieu de semaine prochaine et le Breton semble avoir suffisamment de marge pour contenir le Grand Breton…

Derrière aussi les solitaires obliquent vers l’Espagne mais Dominique Wavre (Mirabaud) suivi à 150 milles par Arnaud Boissières (Akena vérandas) et par Javier Sanso (Acciona) à 300 milles, va devoir composer avec un anticyclone des Açores moins coopératif. Dans un premier temps il se stabilise sur l’archipel, mais en début de semaine prochaine, il dérape de nouveau vers Terre-Neuve. Une dorsale va ainsi se former devant le Portugal et c’est donc quasiment tout au près que ce trio va remonter vers le golfe de Gascogne : au moins cinq jours à taper dans la mer.

Acciona 2Javier Sanso (Acciona) : "La situation météo des prochains jours est un peu floue mais pour le moment, je crois que je ne pourrai pas longer l’anticyclone qui se forme à l’ouest du cap Finisterre. Je vais donc devoir passer en dessous, comme les autres. J’espère que les vents vont se stabiliser à l’Est pour pouvoir continuer direction Nord et que ces zones sans vent, toujours sur les fichiers météo, vont disparaître."Photo @ Jesús Renedo

De l’équateur au tropique

Beaucoup plus loin, Bertrand de Broc (Votre nom autour du monde) a peut-être une ouverture pour contourner les hautes pressions par l’Ouest avant d’obliquer vers les Sables d’Olonne en fin de semaine prochaine. L’Atlantique Nord s’active de nouveau avec des perturbations venant du Labrador et plusieurs fronts. Quant à Tanguy de Lamotte (Initiatives-cœur), il a passé l’équateur la nuit dernière : en plein dans le Pot au Noir ce jeudi matin, le solitaire n’est pas sorti de l’auberge ! La dépression tropicale qui favorise le peloton va casser les alizés d’Est et la Zone de Convergence Inter Tropicale va s’étendre vers le Nord. La progression vers le tropique du Cancer va être très laborieuse dans un faible flux d’Est…

Enfin l’Italien est toujours englué dans un anticyclone de Sainte-Hélène qui ne veut pas le lâcher ! Encore une zone de molles ce jeudi matin alors qu’Alessandro di Benedetto (Team Plastique) est déjà largement au-dessus du tropique du Capricorne… La lanterne rouge a encore quatre jours de navigation pour passer dans l’hémisphère Nord car les alizés qu’il devrait toucher dès la nuit prochaine ne vont pas dépasser les douze nœuds.
 

Pour ma part, le Vendée Globe et ce «Vendée Blog» s’achèvent aussi : la rédaction continuera bien sûr à suivre les solitaires jusqu’à leurs arrivées aux Sables-d’Olonne, mais l’actualité voile est aussi riche en cette fin d’hiver. Alors comme Giscard d’Estaing en 1981, je vous dis «au revoir» !

Tanguy de Lamotte à l"orée de la nuitTanguy de Lamotte (Initiatives-cœur) : "Je suis passé au large de l'île Fernando de Noronha avec une quasi pleine lune, une multitude d'étoiles dans le ciel et des dauphins ! Comme je suis passé très proche de l'île, j'ai deviné son contour dans la nuit et j"ai aperçu les lumières, c'était sympa... J’ai passé l’équateur la nuit dernière et maintenant, la route continue dans l'hémisphère Nord jusqu'aux Sables-d'Olonne, dans deux semaines environ..."Photo @ Tanguy de Lamotte (DPPI / Vednée Globe / Initiatives Cœur)

,)) ?>