Actualité à la Hune

Etude de plan d’eau

Marseille (2) : les vents particuliers de la rade

La 52e édition de la SNIM (Semaine nautique internationale de Méditerranée) se déroulera du 14 au 17 avril prochain. La rade de Marseille sera alors inondée de bateaux durant ce week-end pascal. Deuxième et dernière partie de notre étude du plan d'eau de Marseille. Mistral, vent de Sud-Est, mais aussi thermique ou pétole : Dimitri Deruelle offre ici quelques clés pour une bonne stratégie en rade, alors que l’essentiel des régates marseillaises se déroule dans la rade Sud, mieux protégée du ressac de la houle d’Ouest…
  • Publié le : 06/04/2017 - 15:30

900 Nautiques Saint TropezPhoto @ Gilles Martin-Raget/SFS

«Il y a de grosses différences au niveau de l’état de la mer entre les deux rades de Marseille parce que c’est un cul-de-sac : il y a une houle générale d’Ouest et il y a un ressac énorme en rade Nord alors qu’il y a une échappatoire en rade Sud. En cas de mistral, il y a toujours une force de plus en rade Nord, probablement à cause de l’étang de Berre. Et aussi à cause de la montagne de Marseilleveyre qui fait tampon et par effet de frottement et de renvoi du vent en altitude par les îles du Frioul.»

Le mistral en rade Sud

Dimitri Deruelle Spécialiste de la rade de Marseille qu’il a sillonnée depuis son enfance, Dimitri Deruelle est un navigateur et un tacticien recherché.Photo @ Dominic Bourgeois«Le mistral est souvent lié à une dépression dans le golfe de Gênes : il faut donc regarder les cartes synoptiques pour anticiper sa venue. Cela génère un flux général de Nord dans la vallée du Rhône, qui va prendre une composante Nord-Ouest en rade de Marseille.»

«Le mistral est un vent plutôt stable entre le 300° et le 320° qui peut être influencé par les brises thermiques lorsqu’il est inférieur à 20 nœuds, ce qui induit souvent un renforcement l’après-midi avec une petite rotation vers la gauche. En général, il fait beau à Marseille alors que le ciel est plutôt chargé sur le reste de la France. Il peut se développer très au large, jusqu’en Corse, parfois jusqu’en Sardaigne, voire jusqu’à la Tunisie ! Mais il a du mal à aller vers l’Est et s’arrête souvent à Saint-Tropez.»

«C’est donc un vent puissant et fréquent en rade de Marseille. Souvent, il a plu avant et on voit apparaître une barre bleue au large : le vent rentre violemment et cela peut durer une journée, souvent deux ou trois jours. En début de période de mistral, l’orientation est souvent plus Ouest-Nord-Ouest (300°), puis il prend son orientation Nord-Ouest (320-330°) les jours suivants, et en fin de phase, il prend une composante Nord-Nord-Ouest (340-345°).»

Mistral à MarseilleOrienté au 300-320°, le mistral s’engouffre entre les reliefs avec un effet tampon sur la montagne de Marseilleveyre et un dévent derrière les îles du Frioul. Il prend une composante Ouest après la rade. (Cliquez sur les illustrations techniques pour les agrandir).Carto @ DR

«Il souffle rarement en dessous de 20 nœuds et parfois jusqu’à 40-50 nœuds ! Il y a des mois au printemps et en automne où il représente plus de 30 % des vents relevés… Globalement, il y en a moins en été. Les effets de site liés aux îles du Frioul jouent plus sur l’intensité du mistral que sur sa direction. Un effet tampon du côté Sud-Est de la rade Sud est dû à la montagne de Marseilleveyre avec jusqu’à 4-5 nœuds de moins, ce qui induit aussi derrière l’île Maire une légère rotation vers la gauche, au secteur Ouest. D’une façon générale, le mistral fraîchit au cours de la journée, atteint son paroxysme en milieu d’après-midi (15-16 heures) et mollit en soirée, vers 18 heures où la perte peut atteindre plus de dix nœuds. Il tourne aussi légèrement sur la droite (10-15°) au cours de la journée.»

Stratégie en cas de mistral

«Stratégiquement, il y a deux choix possibles sur le bord de près en rade Sud selon la position de la bouée au vent : lorsque le parcours est décalé à droite (ronds «A» et «B»), il vaut mieux  partir à droite pour aller chercher la légère rotation près de la corniche avec un bon tribord amures pour finir ; ou si le parcours est plus à gauche de la rade Sud, il vaut mieux partir à fond à gauche, où le mistral est plus régulier et moins perturbé…»

«En s’approchant des îles du Frioul (altitude 80 mètres au niveau de l’antenne), le relief génère un fort dévent sous le vent jusqu’à un bon mille : la brise est moins forte et plus instable. Si la bouée au vent se situe plutôt sur la droite de l’antenne, les bords sont équilibrés et il vaut mieux jouer centré en prenant les adonnantes et les refusantes à chaque fois, en terminant par un tribord amures. En revanche, si la marque est plutôt à gauche de l’antenne de Pomergues, voire près du Caveau, il y a plutôt des rentrées de vent sur le côté gauche : il vaut mieux finir par la gauche avec un vent plus stable et plus constant.»

Antenne Frioul L’antenne de l’île de Pomégues au Frioul est un excellent repère pour se situer dans la rade Sud : elle culmine à 124 mètres et détermine parfaitement la droite et la gauche du plan d’eau par mistral.Photo @ Dominic Bourgeois

«La houle peut devenir très formée avec une grande différence de hauteur entre la gauche du plan d’eau avec une mer abrupte alors que la droite est moins agitée. En fait, la houle par mistral n’est pas dans le sens du vent, mais plutôt Ouest et les îles du Frioul cassent cette houle. En partant à droite, la houle est donc par le travers en bâbord amures et il faut plutôt naviguer bas pour aller vite, alors qu’elle a presque disparue sur le bord tribord final où l'on peut plus serrer le vent avec des adonnantes. En règle générale, il faut au moins tirer un petit bord à droite juste après le départ, même si l'on a envie de terminer en bâbord. Ainsi, au contraire d’autres plans d’eau, le centre n’est pas à négliger et il ne vaut mieux pas terminer en lay-line après un bord extrême, à droite ou à gauche.»

«Si le mistral n’est pas encore bien établi (10-15 nœuds) soit en début, soit en fin de période, installé au large mais pas vraiment dans la rade Sud, il est toujours favorable de partir à fond à gauche pour aller chercher la pression qui n’est pas entrée en fond de baie. Ne jamais aller à droite si le vent de Nord-Ouest n’est pas établi partout dans la rade Sud. Dans le cas des parcours côtiers qui vont vers l’Ouest, vers Port-Camargue, il est préférable de longer la côte pour se protéger de la mer. Il ne faut pas oublier la dissymétrie de l’état de la mer : en tribord amures, le près s’effectue avec les vagues de face alors qu’en bâbord amures, on se fait rouler. Il ne faut donc pas régler les voiles de la même façon ! Cela induit aussi un portant systématiquement vers la gauche du plan d’eau parce qu’on peut empanner dès que les vagues sont plein arrière. Mais en évitant le bord du cadre car la fin est sous l’effet tampon de Marseilleveyre…»

Stratégie en vent d’Est

«Le vent d’Est est accéléré par l’entonnoir entre Pointe Rouge et le Roucas Blanc, et il est plutôt Sud-Est qu'Est. Il va mollir aussi le soir, comme le mistral. Il est en général associé à un front chaud, avec des températures douces, humides, voire pluvieuses : il peut y avoir du sable du Sahara et des poussières importantes. Souvent en début de période de vent d’Est, il fait beau, chaud avec une mer plate, mais le ciel se charge souvent dès le deuxième jour. Il dure souvent quatre jours…»

Vents d"Est à MarseilleLe vent d’Est est en fait un Sud-Est car il est canalisé avant d’arriver en rade Sud de Marseille. Un gros dévent sous le Mont-Rose et un effet tampon associé à un ressac difficile au vent des îles du Frioul. Carto @ DR

«Le vent d’Est se stabilise entre le 80° et le 140° en oscillant de 5° à 10° au large. Il part en fait en entonnoir entre Pointe Rouge et la Pointe d’Endoume en longeant la corniche, avec un effet d’accélération au cap Croisette. En fait, il ne vaut mieux pas que la bouée au vent soit sous le Mont-Rose ! Là où le vent d’Est est le plus perturbé… Si la bouée au vent est plutôt vers la digue de Pointe Rouge, la gauche paie à 80 % parce qu’on peut aller chercher l’entonnoir des plages : il y a un peu plus de pression et de l’adonnante en bâbord amures. On peut même être over lay-line pour terminer l’approche de la bouée au vent. La ligne de départ est souvent assez proche de Pomergues : il y a donc un mauvais ressac avec un effet tampon de la brise sur les reliefs.»

«Le centre du plan d’eau n’est pas bon par vent d’Est : si le vent est plutôt au 100°-110°, la gauche du plan d’eau est presque toujours favorable, mais si la brise est orientée au 130-140°, l’axe du parcours se retrouve sous le Mont-Rose, et il faut jouer avec les oscillations  d’un vent très perturbé sans rester au centre. C’est un vent qui peut varier de 1 à 30 nœuds en cas de grains, mais en moyenne il souffle autour de 15 nœuds. Plus le ciel est chargé, plus le vent d’Est souffle fort. Parfois, Marseille est pile à la confrontation d’un régime de mistral et d’un vent d’Est : il faut attendre que l’un ou l’autre prenne l’ascendant, et parfois il n’y a pas de vent de toute la journée ! Les prévisions météorologiques donnent alors souvent du Nord-Est mais en fait, ce vent ne rentre pas en rade Sud de Marseille : il est bloqué derrière la chaîne de l’Etoile. Quand le vent d’Est s’associe à une brise thermique, il est souvent orienté Sud-Sud-Est (135-150°).»

NèbleRare à Marseille, le phénomène de la «nèble» est toujours impressionnant. C'est une brume de chaleur qui peut rapidement tout oblitérer, les reliefs seuls échappant à son écharpe ouatée...Photo @ Gilles Martin-Raget


Stratégie en brise thermique

«Quand il n’y a pas ou peu de gradient barométrique, il n’y a pas vraiment de vent synoptique mais du grand beau temps à partir du mois d’avril. En général, il y a un anticyclone peu marqué, de Barcelone à Cagliari. S’il y a de l’instabilité de l’air, de la rosée le matin, du vent de terre pendant la nuit, les conditions sont favorables à l’établissement de la brise thermique. Mais le matin, il n’y a pas de vent. En général, la brise thermique s’installe vers 12-13 heures : on commence à voir des nuages type cumulus du côté de L’Estaque et une zone plus sombre au large. Cette bande de vent approche par l’Ouest en amenant de la brise de secteur Sud qui va progressivement basculer vers le Sud-Ouest. Cette brise peut monter jusqu’à 12-13 nœuds avec son maximum vers 15-16 heures. En fait le thermique s’appuie sur le Mont-Rose en se renforçant à terre. Alors qu’il est plutôt mou entre les Goudes et les îles d’Endoume.»

Brise thermique à MarseilleLa brise thermique arrive par l’Ouest et gagne progressivement toute la rade vers 13 heures. D’abord de secteur Sud, elle tourne au Sud-Ouest vers 15 heures avec un maximum d’intensité, avant de basculer à l’Ouest en s’essoufflant vers 16 heures 30. Carto @ DR

«Le premier secteur relevé est au 180° mais, très vite, il tourne vers la droite avec le soleil au 200-220° vers 15 heures en atteignant son maximum. Puis ça se complique puisque le vent continue de tourner à droite, mais il faut encore rester sur le côté gauche ! L’effet de site est redoutable jusqu’à ce qu’il ne soit plus parallèle à la côte : il y a une molle qu’on aperçoit quand la brise thermique arrive au 220°, vers 16 heures 30. Il ne faut plus aller à gauche car le vent s’écroule très rapidement avec l’effet tampon du Mont-Rose : il faut privilégier le centre car le vent peut partir dans tous les sens… Souvent à 17 heures, il n’y a plus rien et la manche est annulée. En régime de brise thermique, ça paie toujours à gauche jusqu’à l’apparition de la molle de 16 heures ! Parce qu’il y a plus de pression à terre… Il faut donc viser sous la lay-line parce qu’il y a des adonnantes en bâbord amures pour finir : on fait la cuillère à la fin avec des monocoques pas trop rapides. Quand on fait des parcours en rade Nord, la gauche paie aussi avec un bon bord le long du Frioul.»

Calme platLes calmes sont plus rares que la rumeur ne le laisse à penser : il y a souvent du thermique qui se lève en début d’après-midi.Photo @ Kurt Arrigo/Rolex


Les autres vents de la rade Sud

«Les autres secteurs de vent sont plus rares, mais il y a parfois du vent synoptique d’Ouest : ce sont de superbes conditions avec 15 nœuds, parfois 20 nœuds avec du thermique qui se rajoute, surtout en septembre. C’est un «faux mistral» avec un ciel dégagé, en particulier l’été. Souvent, on croit que c’est une brise thermique mais ce Ponant débute au 200°, voire 220° pour tourner au 260° environ. Il n’y a pas beaucoup d’oscillations car c’est un vent du large peu perturbé. Mais en début d’après-midi, la gauche est favorable si le thermique se combine, alors que la droite est meilleure en milieu d’après-midi. Enfin, le vent de secteur Nord est rare (surtout en été) en rade Sud et souvent faible : ce ne peut pas être assimilé à un mistral. Le vent de Nord-Est est aussi très rare et apparaît surtout en hiver avec une vague de froid : il est faible, voire très faible et meurt en milieu de journée.»

Vous pouvez retrouver ici le premier article de cette série, consacré aux spécificités de la rade de Marseille