Actus

HOMMAGE

André Viant à l’honneur à Port-Blanc

Le 12 mai prochain, à l’île-aux-moines, un hommage sera rendu à André Viant lors d’un événement festif et convivial autour de l’attribution de son nom par Monsieur le Maire de Baden à l’esplanade en face de la capitainerie au lieu–dit de Port–Blanc.
  • Publié le : 29/04/2018 - 00:01

André ViantAndré Viant fut l’un des pères fondateurs de la course au large française, avec ses bateaux successifs : Katsou, Grand Louis, Kriter…Photo @ Jonathan Eastland/Max News/Dppi Jonathan Eastland/Max News/DPPI

Alors que l’on rendra hommage en juin prochain à Éric Tabarly, disparu en mer il y a vingt ans, c’est un autre père fondateur de la course au large française qui sera à l’honneur le 12 mai. Il s’agit d’André Viant.
Un peu moins connu, ce marin a aussi quelques titres de gloire dans un très long sillage qui s’est éteint en 1999. Le skipper de la goélette Grand Louis, qui avait pris la troisième place de la première course autour du monde en équipage (Whitbread devenu Volvo Ocean Race) en 1974, et ainsi «défriché» les océans du Grand Sud, a par exemple été le premier Français à être admis au sein du board du Royal Ocean Racing Club britannique (RORC). André Viant a aussi été président de l’Union nationale pour la course au large (UNCL) de 1977 à 1980, et vice-président de la Fédération française de voile. Au fil d’une vie bien remplie, ce polytechnicien avait affronté des tempêtes plus redoutables que celles de la mer Celtique ou du détroit de Bass puisqu’à 23 ans, pour échapper au service du travail obligatoire, il avait rejoint les Forces françaises libres en Afrique du Nord, en traversant l’Espagne franquiste, avant de revenir en France en tant qu’officier d’artillerie sous les ordres du général de Lattre de Tassigny.
Après la guerre, il avait développé une entreprise de travaux publics en région parisienne, tout en menant de très nombreuses campagnes de course au large. On se souvient de Grand Louis, bien sûr, mais aussi d’Esprit de Rueil, qui a été champion du RORC (avant la Whitbread de Grand Louis). Sur ces bateaux ont été formés un certain nombre de jeunes équipiers (dont les enfants du skipper) qui ont poursuivi une belle carrière dans la voile : on peut citer Patrick Eliès, Loïc Caradec, Philippe Facque, Jean-Michel et Patrice Carpentier, Jimmy Viant, Sylvie Viant ou encore Bruno Lunven. Le skipper-armateur avait aussi une maison à Port-Blanc (Baden), en face de l’Île-aux-Moines, depuis le début des années 1960. C’est pourquoi l’actuel maire de Baden, Michel Bainvel, vient de donner le nom d’André Viant à l’esplanade qui prolonge le quai d’embarquement pour l’île-aux-moines. Ceux qui ont connu le marin, ou navigué avec lui, sont conviés à lui rendre hommage le samedi 12 mai : rendez-vous à 18 heures près de l’embarcadère pour l’île-aux-moines, 14 chemin du Resto, face aux mouillages.