Actualité à la Hune

Mémoires

Florence Arthaud : la vie cabossée d’une fée qui n’avait pas peur des bosses

Un peu plus de 30 ans après sa première participation à la Route du Rhum et 19 ans après sa victoire historique dans cette même épreuve, Florence Arthaud publie ses mémoires chez... Arthaud. A 52 ans, l'heure de la retraite n'a pourtant pas sonné pour celle qui pourrait être au départ du Rhum 2010.

  • Publié le : 15/05/2009 - 09:17

Florence Arthaud, Un vent de liberté : couverture < Un vent de liberté > de Florence Arthaud sort en librairie le mercredi 20 mai. À 52 ans, elle y raconte ses trente ans de course au large depuis la Route du Rhum 1978 qui la révéla, en passant par la Route du Rhum 1990 où elle fut la première femme à remporter une épreuve de ce niveau. Photo © Éditions Arthaud Adolescente, elle lisait plus volontiers Voiles & Voiliers (cité dans l'ouvrage comme lecture de jeunesse) que Mademoiselle Age Tendre... Mercredi 20 mai, sous le titre <Un vent de liberté>, Florence Arthaud publie ses mémoires chez... Arthaud (220 x 135 millimètres, 240 pages, 19,90 euros). Florence est en effet la fille de Jacques Arthaud qui dirigea la maison éponyme de 1974 à 1977, à la suite de son propre père Benjamin Arthaud (fondateur en 1924), avant la cession à Flammarion.

Autant l'écrire tout de suite, ce livre n'a rien à voir avec les grands titres qui firent la gloire de la mythique collection <Mer> d'Arthaud et dont la plupart des auteurs - tous ceux qui comptaient dans le monde de la voile d'alors, d'Éric Tabarly à Alain Colas, en passant par Bernard Moitessier, Francis Chichester ou les Damien - passaient un jour ou l'autre chez l'éditeur, donc sous les yeux de la jeune Florence.

Florence Arthaud, Un vent de liberté : planche 1 Comme le montre l'une des premières planches du cahier photos du livre < Un vent de liberté >, Florence Arthaud navigue dès l'enfance en compagnie de son frère Jean-Marie. Voire sur les bateaux des vedettes de la voile, ici Alain Gliksman avec Éric Tabarly à bord. Photo © Éditions Arthaud Très factuels et linéaires - trop sans doute - et sans véritable scoop, mais touchants, ces mémoires ne sont certes pas littéraires mais ils sont écrits sans chichi ni langue de bois. Parfois drôles, ils apprendront des choses aux plus jeunes et rappelleront aux autres des souvenirs d'une époque moins formatée qu'aujourd'hui !

Bruts de décoffrage, ils sont bien à l'image de leur auteure. Qu'elle compare le tourmentin à un string ou qu'elle évoque son mariage donnant lieu à une semaine de fête à Porquerolles - union dont le vent tourne si mal qu'elle en fait le voyage de noces... avec sa meilleure amie (soit dit en passant, la-dite amie photographe est la fille d'un célèbre baron qui fut très impliqué dans la Coupe de l'America) !

Comme son auteure, le livre n'est pas dénué de pudeur pour autant. La vie de l'ex-<fille de> qui s'est forgée son conte de fée sur l'Atlantique n'a pas été sans bosses... Même si nombre d'événements douloureux ne sont ici qu'esquissés sans s'appesantir. Mais lorsque l'absence et la souffrance sont trop fortes, elle les évoque sans fard. En 2001, Jean-Marie, son frère, sa moitié, a choisi de quitter cette terre, seul en mer. Il avait été l'initiateur de Florence en tout ou presque, notamment sur l'eau.

Florence Arthaud, Un vent de liberté : planche 2 Florence Arthaud a longtemps été < fille de > jusqu'à ce qu'elle transforme sa vie de privilégiée (dont elle semble parfaitement consciente) en se réalisant sur un bateau. Ces photos du livre < Un vent de liberté > témoignent d'une enfance proche de son père et de ses deux frères. Photo © Éditions Arthaud Des mémoires à 52 ans ? Un peu plus de trente ans après sa première participation à la Route du Rhum et dix-neuf ans après sa victoire historique dans cette même épreuve, celle que la presse grand public appela longtemps <la petite fiancée de l'Atlantique> - avant de la gratifier de surnoms moins aimables (le journal l'Équipe est lui aussi cité... mais pas dans les mêmes termes que Voiles & Voiliers...) - fait ici un bilan de vie alors que sa fille Marie approche de l'âge adulte.

Bien que ce ne soit pas clairement écrit, Florence Arthaud se verrait bien au départ de la Route du Rhum 2010, à l'occasion du retour des géants sur une course au large en solitaire. Pour la circonstance, elle pourrait, si elle trouve un sponsor, prendre la barre du trimaran Geronimo d'Olivier de Kersauson, un monstre de 34 mètres conçu pour un équipage de... neuf hommes. En attendant, celui-ci préface (très brièvement) le livre.