Actualité à la Hune

Rallies d’automne 2014

C’est l’embouteillage alizéen !

  • Publié le : 04/12/2014 - 00:11

Tetris d"approsDe l’eau, des pastèques, des salades… On se demande toujours comment les appros d’une transat de trois semaines en équipage vont pouvoir rentrer dans les coffres !Photo @ Jean-Luc Gourmelen

Avec plus de 300 voiliers engagés dans les transats au départ des Canaries au mois de novembre, cet archipel est devenu incontournable sur la route des alizés, même si ceux-ci ne sont pas tout à fait établis. Revue des impétrants.

Passage de front sur l"ARCCuls à quai et grand pavois à poste, les 178 voiliers de l’ARC profitent d’une journée de rab" à terre pour cause de passage de front sur Las Palmas.Photo @ Jean-Luc Gourmelen A tout seigneur tout honneur : commençons par l’Atlantic Rally for Cruisers, fondé par Jimmy Cornell et 29e du nom, qui rassemble entre 220 et 240 voiliers chaque dernier week-end de novembre sur le parcours Las Palmas – Sainte Lucie. D’autant que ce 3 décembre, le record de l’épreuve vient d’être largement battu (de presque 2 jours) par Leopard of Finland, le monocoque de 100 pieds de Mike Slade qui a traversé en 8 jours, 14 heures et 39 minutes alors que le gros de la flotte est encore à mi-route. Dans les 28 concurrents classés en IRC, notons la place prometteuse (2e actuellement) du Grand Soleil 43 Captain Blind skippé par Yannick Richomme et son fils Yoan, coureur au large bien connu des circuits monotypes. Yannick, dont c’est la troisième participation à l’ARC, me faisait remarquer la veille du départ que la taille des voiliers avait beaucoup augmenté depuis l’édition de 2009. Et comme il y a aussi plus de catamarans qui prennent de la place sur les pontons, la marina de Las Palmas arrive au maximum de sa capacité d’accueil.

Raison pour laquelle depuis maintenant deux ans est né l’ARC+, qui propose un départ 15 jours plus tôt et une escale à Mindelo (Cap Vert), ce qui permet de libérer des places à Las Palmas pour les derniers arrivants. Malgré ce petit détour capverdien, les deux flottes de l’ARC sont sensées se rejoindre sur la ligne d’arrivée devant Sainte Lucie, ce qui s’est vérifié cette année puisque le Cigale 18 Eleonora 2, premier de l’ARC+, est arrivé le 1er décembre. Il faut dire que les alizés s’avèrent généralement plus soutenus à la latitude du Cap Vert qu’à celle des Canaries, où il n’est pas rare de rencontrer un front plus ou moins actif à cette saison. D’ailleurs, le départ de l’ARC a dû pou cette raison être repoussé de 22 heures cette année, de même qu’il y a deux ans.

 

Atlantic Odyssey 2014Excellent départ par petit temps et mer belle pour les 31 voiliers de l’Atlantic Odyssey devant Lanzarote.Photo @ Jean-Luc Gourmelen

Let"s go!Premier sur la ligne de départ, le Pogo 850 Gazel Rebel dont l’équipage est composé de trois bons copains est prêt à envoyer le spi et à surfer dans l’alizé.Photo @ Jean-Luc Gourmelen Pas de retard en revanche pour le départ de la deuxième édition de l’Atlantic Odyssey, dont la flotte de 31 voiliers a quitté Marina Lanzarote, le 19 novembre, au portant avec une quinzaine de nœuds de Nordet. Ce rallye, lui aussi créé par Jimmy Cornell, se veut beaucoup plus familial (26 enfants cette année) et orienté croisière (pas de catégorie course) que l’ARC. Beaucoup moins cher aussi, puisque les frais d’inscriptions pour les familles sont fixés à 250 euros. Et même si le port d’arrivée (le Marin) se situe en Martinique, les pavillons français n’y sont pas hégémoniques. Une douzaine de nationalités y est représentée, dont des Australiens et des Néo-Zélandais qui en sont à la moitié de leur tour du monde.

Si le solide croiseur au long cours (mono ou cata) d’une moyenne de 45 pieds reste la norme, on y trouve aussi un petit Pogo 850 dont l’équipage (Damien, Antoine et Pierre) s’offre un break atlantique dans le seul but de se faire plaisir en surfant dans l’alizé. Et pour les retardataires qui ont emprunté des chemins buissonniers sur la route des Canaries, l’Atlantic Odyssey propose un deuxième départ, cette fois-ci de La Palma, le 8 janvier 2015, toujours à destination du Marin. Les 17 voiliers qui y sont déjà inscrits auront, d’après les Pilot Charts, beaucoup plus de chances d’être accompagnés par un alizé plus soutenu qu’au mois de novembre.

 

Enfin, d’autres transats, aux flottilles moins importantes et plus ciblées, se retrouvent aussi cet hiver à partir de Lanzarote, qui – avec sa nouvelle marina (inaugurée le 18/10) située à la place de l’ancien port de pêche d’Arrecife, la capitale – entend bien devenir un point de départ incontournable pour tous les transateux en herbe.

Les 10 concurrents de la RORC Transatlantic Race sont partis le 30 novembre de Puerto Calero, en route vers l’île de Grenade. Au bout de trois jours de course, le bris de la bôme du leader Nomad IV (100 pieds Finot-Conq) l’avait contraint à rebrousser chemin.

Le Christmas Carribean Rally est, comme son nom l’indique, destiné à ceux qui souhaitent passer Noël en mer, puisque le départ est fixé le 14 décembre et l’arrivée des dix voiliers inscrits cette année est prévue deux à trois semaines plus tard à Antigua.

Enfin, les 14 yachts classiques (dont les deux goélettes dessinées par W. Fife, Altaïr et Adventuress, vont se livrer à un véritable duel transatlantique) de la Panerai Transat Classique 2015 s’élanceront le 7 janvier pour rejoindre Fort-de-France (Martinique).