Actualité à la Hune

Reçu 5 sur 5 / n°1

Mettez-vous à l’heure de la marée !

  • Publié le : 20/02/2013 - 00:02

Grand marnageSur ces deux clichés (marée haute et marée basse) d'Éric Guillemot extraits de "Marée basse", le livre qu'il a co-signé avec Éric Fottorino, se reconnaît l'archipel de Chausey où le marnage est le plus important d'Europe : 14 mètres en vives-eaux.Photo @ Eric Guillemot

L"horloge à marée de voilesetvoiliers.comL'horloge à marée de voilesetvoiliers.com, réalisée avec Guillaume Bolo.Casse-tête pour ceux qui ont peur de talonner, bonheur pour les pêcheurs, la marée tient le premier rôle sur les côtes de la Manche et de l’Atlantique… Voici donc un B.A.-BA  en 5 points.





 


 

SyzygieSelon l'alignement soleil-terre-lune, la marée n'a pas la même intensité... (Cliquez sur les illustrations pour les agrandir).Schéma @ François Chevalier 1. La marée, c’est quoi déjà ?
La marée, ça a l’air tout simple… Et pourtant ! Astronomie, physique, géométrie et calcul sont nécessaires pour l’appréhender pleinement.

Pour faire court, voilà quelques indications : la terre est soumise à une force centrifuge, puisqu’elle tourne sur elle-même, et à l’attraction gravitationnelle exercée par le soleil et la lune. La force résultante de ses deux contraintes engendre un déplacement des masses océaniques…

Cependant, cette force varie selon les positions respectives de la lune, du soleil et de la terre : la marée n’a donc pas toujours la même importance (l'amplitude entre la pleine mer et la basse mer varie de jour en jour). Enfin, sur nos côtes, l’alternance semi-diurne de la marée et son décalage journalier s'explique  par la rotation de la terre sur elle-même (il y a deux pleines mers par 24 heures qui se décalent de jour en jour de 50 minutes en moyenne).

 

2. Quels mots pour exprimer la marée ?
Incontournables, ces quelques mots expriment l’essentiel des préoccupations d’un plaisancier aux prises avec la marée.

Annuaire des marées : ouvrage qui centralise les horaires quotidiens des marées (heures de basse mer et de pleine mer) et indique les hauteurs d’eau correspondantes.

Flot : marée montante.

Jusant : marée descendante.

Flux : courant du flot.

Reflux : courant du jusant.

Marnage : différence de niveau entre la pleine mer et la basse mer.

Étale : moment de la marée où le niveau de la mer ne varie sensiblement plus.

Coefficient : nombre théorique, compris entre 20 et 120, qui permet de signifier l’amplitude d’une marée.

Vive-eau : coefficient de marée supérieur à 70.

Morte-eau : coefficient de marée inférieur à 70.

Entrera, entrera pas ?Fin janvier, des milliers de spectateurs se massent sur les digues des Sables-d'Olonne pour accueillir François Gabart, vainqueur du Vendée Globe... Problème, pour emprunter le chenal, la mer doit être pleine.Photo @ Thierry Martinez Sea & Co

3. Qu’est-ce que la règle des douzièmes ?
Durant la durée du flot comme du jusant, la marée ne monte et ne descend pas régulièrement – c’est notamment en milieu de cycle qu’elle est la plus forte. Pour en prendre la mesure, il convient d’appliquer la "règle des douzièmes", version simplifiée d’une sinusoïde complexe.

> Pendant la première heure de marée, la mer monte ou descend de 1/12e de son marnage.

> Pendant la deuxième heure de marée, la mer monte ou descend de 2/12e de son marnage.

> Pendant la troisième heure de marée, la mer monte ou descend de 3/12e de son marnage.

> Pendant la quatrième heure de marée, la mer monte ou descend de 3/12e de son marnage.

> Pendant la cinquième heure de marée, la mer monte ou descend de 2/12e de son marnage.

> Pendant la sixième heure de marée, la mer monte ou descend de 1/12e de son marnage.

Comme la marée ne dure pas exactement six heures, il convient de traduire «heure» par 1/6e de sa durée totale. Pour connaître une hauteur d’eau à un horaire précis, il faut donc diviser le marnage par 12, puis ajouter les 12e en fonction de l’horaire recherché.

 

4. Qu’est-ce qu’une horloge à marée ?
gifhorlogeVoilà une drôle d’aiguille qui tourne depuis quelques mois, en colonne de droite de la homepage de notre site voilesetvoiliers.com : celle d’une horloge à marée, imaginée par Guillaume Bolo (maree.info) et proposée comme service à tous.

Après avoir longtemps pratiqué la règles des douzièmes, ce plaisancier, qui navigue à Saint-Malo à bord d’un 6 mètres dessiné et construit par son grand-père, a eu l’idée de reprendre le principe déjà connu de l’horloge à marée en y intégrant les paramètres extérieurs.

Calée sur les horaires de marée du SHOM, cette horloge permet donc de visualiser la hauteur d’eau dans un port donné, au moment de la connexion. L’aiguille tourne dans le sens horaire normale, parcourant ainsi deux demi-cercles : celui de droite préfigure la marée descendante, celui de gauche, la marée montante. La hauteur d’eau correspondante se lit par projection sur l’axe vertical (voir animation.)

 

5. Pourquoi la marée n’est-elle pas identique partout en France ?
Étant donné que la marée est un phénomène global, il est un peu surprenant de voir qu’elle n’est pas identique partout en France ! C’est bien qu’il existe d’autres facteurs à prendre en compte localement.

L’entonnoir de la Manche. Sur la façade atlantique, il y a peu de décalage à noter… Mais sur les côtes de la Manche, c’est une autre histoire ! Entre les côtes anglaises et françaises se dessine comme un entonnoir qui draine les flots, contrariant ou accentuant la marée, d’où des décalages enregistrés d’un endroit à l’autre. Enfin, la Méditerranée étant un (relativement) petit bassin fermé, l'emprise de l'attraction des astres y est insignifiante.

La pression atmosphérique. La hauteur d’eau varie de façon significative en fonction de la pression, ce qui implique de faire quelques corrections. Hautes pressions : la marée monte moins et descend davantage - et vice-versa.

Le vent. Lorsqu’il est fort, le vent peut influencer la hauteur d’eau, limitant sa montée quand il souffle de terre et l’accentuant lorsqu’il vient du large.