La photo à la hune par Carlo Borlenghi

sacrés phénomènes (332)
Et souffle la Bora

Le 22 février dernier, le photographe Carlo Borlenghi a immortalisé les effets de la Bora dans le golfe de Trieste, au Nord de l’Italie. Ce jour-là, des lames déferlantes accompagnées d’un fort coup de vent de Nord-Est (plus de 45 nœuds) ont transformé cette mer paisible en champ d’écume. En hiver, la Bora – vent catabatique typique de la mer Adriatique – peut durer plusieurs jours avant une accalmie. Trieste avait d’ailleurs connu un épisode assez brutal en 2011 avec des rafales frôlant les 90 nœuds. Redouté par les marins, ce vent froid et brutal qui descend des montagnes est difficilement prévisible et peut s’avérer dangereux. Le mieux, c’est donc de l’observer depuis le bord, comme l’a fait le célèbre photographe italien. Retrouvez sa série de photos ici