La photo à la hune par Jean-Marie Liot / DPPI

THE TRANSAT bakerly
Tout un symbole
peyron lancement pen duick ii

Après un grand lifting, Pen Duick II a été remis à l’eau hier à l’Ecole nationale de voile et des sports nautiques (ENVSN) de Saint-Pierre-de-Quiberon, propriétaire de ce bateau mythique, et les clés remises à Loïck Peyron. Le triple vainqueur de la Transat anglaise sera sur la ligne de départ de la prochaine édition (départ le 2 mai de Plymouth), hors catégorie peut-être puisque Pen Duick II, victorieux de cette épreuve en 1964 avec Eric Tabarly, n’est ni un Ultime, ni un Class40, ni un IMOCA (les classes acceptées), mais il est prêt à braver l’Atlantique Nord en direction des Etats-Unis. «Devoir de mémoire», «bateau symbolique», «je suis un des fils spirituels d’Eric Tabarly» : Peyron ne se lasse pas de parler de ce qu’il appelle ses «sailing legends», à savoir prendre part aux plus grandes épreuves à bord des bateaux qui ont marqué l’histoire. On le sait, avant de gagner la dernière Route du Rhum à bord de Banque Populaire en 2014, Peyron voulait y prendre part à bord d’une réplique de l’Olympus Photo de Birch, victorieux en 1978. Il commencera donc avec Pen Duick II sur la Transat anglaise, avec la bienveillance de Jacqueline Tabarly, présente et émue hier à Quiberon. Une fois dans l’eau, Pen Duick II a été convoyé par son nouveau skipper à La Trinité-sur-Mer où se déroule ce week-end le Spi Ouest-France — Destination Morbihan. Ph. J.