La photo à la hune par Luis Fernandez

Régates classiques de Palma
Un homme à la mer : si les Glénans voyaient ça !
un homme à la mer   si les glénans voyaient ça

Près de 35 voiliers classiques disputaient le 16 août les régates classiques de Palma de Majorque (Baléares) lorsqu’un homme d’équipage du sloop bermudien Hispania est tombé à l’eau. Plus de peur que de mal pour cet équipier, Alvaro Moreno, qui a pu regagner son bord quelques instants plus tard à grand renfort de bras amis.

En tête de la régate au moment de l’incident, le 15m JI Hispania, long de 30,20 mètres, issu de la table à dessin de William Fife III, a finalement terminé bon dernier de cette course dans sa classe FL15 mais avec tout son équipage à bord et en dépit de méthodes de repêchage très peu «académiques». En pages 674 et suivantes de la huitième (et dernière) édition du Guide de navigation des Glénans, il est en effet expressément stipulé, d’abord, que l’homme à la mer devra être récupéré au vent du voilier et non pas sous le vent comme semblent le préférer les marins espagnols.

Toujours en vertu de la méthode «Quick Stop», préconisée depuis 2008 par l’école de l’archipel et qui avait fait au préalable l’objet d’une étude américaine en 2005 lors d’un Crewoverboard Rescue Symposium en baie de San Francisco, l’ensemble de l’équipage devra, aussitôt un homme tombé à la mer, veiller à s’attacher lui-même au bateau afin d’éviter tout sur-accident.

A l’approche de l’homme tombé à l’eau, la voile d’avant ayant été affalée ou enroulée, il conviendra ensuite de choquer au maximum la grand-voile afin de casser l’erre du voilier, ce que les marins espagnols ne semblent pas avoir eu le temps de faire.

Le guide précise enfin que «tout moyen de ramener l’homme à bord sera le bon, à condition d’avoir préalablement testé l’efficacité de cette méthode». Faute de mieux, il conviendra sinon de lancer à l’équipier tombé à l’eau un bout qu’il accrochera à la boucle de son gilet de sauvetage (que l’équipier espagnol ne porte pas) tandis que l’autre extrémité de ce bout sera reliée via une première poulie à la drisse de spi puis à un winch de cockpit via une seconde poulie, avant de remonter à bord le naufragé en toute sérénité à la manivelle.