Actualité à la Hune

Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (11)

L’Ouest de la Corse, entre mer et montagne

Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après vous avoir emmené visiter quelques escales, mouillages et ports marquants de mon périple, je vous propose d'explorer la côte Ouest de la Corse. Etape quasi obligée, l'île mythique réserve tous les plaisirs à qui la croit balisée de longue date. Mouillages exceptionnels, nature reine, ports hauts en couleur : certains clichés sont indémodables !

  • Publié le : 14/12/2009 - 06:41

L’anse de Nichiaretto, un aquarium ! La clarté de l'eau est toujours un choc quand on mouille pour la première fois en Corse, comme ici dans l'anse de Nichiaretto, au Sud de Calvi. (Cliquez sur l'illustration, comme les suivantes, pour l'agrandir). Photo © Marie Dufay Après le canal du Midi (voir l'article consacré à ce convoyage mouvementé ici), nous voici à Toulon, aux portes de la Méditerranée et de cette Corse longtemps fantasmée qui nous tend les bras, à 140 milles de là. Heureusement que nous avons embarqué un équipier, car le pilote automatique acheté voici une semaine ne veut pas fonctionner. Tandis que Port-Cros se dissout dans le coucher du soleil, nous commençons nos quarts pour une trentaine d'heures. Un bon Nord-Ouest 6 faiblissant 4 et une houle de 2 mètres sont prévus ; évidemment, le vent nous lâche après quatre heures de navigation sous spi, et nous finissons au moteur jusqu'au petit matin.

Le port de pêche d’Ajaccio La marina Tino Rossi jouxte le port de pêche d'Ajaccio et le centre-ville tout proche, où l'on se ravitaille de délicieux produits locaux en déambulant dans les rues colorées. Photo © Marie Dufay De nuit, la mer de Ligure est le royaume des ferries, des dauphins et des baleines, dont nous entendons les souffles de temps à autre. Et puis, enfin, la voilà, se mirant dans l'eau cristalline : l'île de Beauté se pare d'un rouge flamboyant avant de disparaître aussitôt dans une brume de chaleur qui voile ses hauteurs. Après avoir passé les îles Sanguinaires, nous voici amarrés au port Tino Rossi, à Ajaccio (voir l'article <Mes 5 ports préférés... et les 5 pires>).


La côte Ouest : d'Ajaccio à Girolata

Malgré l'inconfort du port, embouteillé en saison, Ajaccio est une ville splendide, un éblouissement pour qui découvre la Corse. Les couleurs chatoyantes du ciel, des murs, des filets de pêche le disputent aux parfums de fleurs, de mer, de cuisine. On essaie de ne pas voir les inscriptions IFF sur les murs (<I Francesi Fora>, <les Français dehors>), d'autant que nombre de commerçants sont très sympathiques. Le port étant à deux pas du marché de la place Campinchi, on se jette sur toutes les spécialités locales : charcuterie et fromages, sanglier, poissons et fruits de mer, vins et digestifs à la myrte...

La météo est propice à une remontée de la côte Ouest, et nous ressortons dans le golfe d'Ajaccio, que les Canadair survolent en rase-motte, pour rallier Cargèse, ancienne colonie grecque avec deux jolies églises catholique et orthodoxe qui se font face, surplombant le golfe de Sagone.

L’anse de Tuara, une palette de peintre L'anse de Tuara, a moins d'un mille de Girolata, dévoile une palette de vert et de rouge particulièrement saisissante. Ce mouillage est moins peuplé que son célèbre voisin, mais aussi moins abrité. Photo © Marie Dufay Le capitaine du port, adorable, nous donne des conseils de balade dans son village, fleuri et intime. Dans la campagne avoisinante, nous découvrons des figuiers de Barbarie criblés d'impacts de balles, et butons sur une caisse de cartouches gros calibre à moitié enterrée sur un petit chemin. On est dans l'ambiance !

Petite navigation de quatre heures pour le Capo Rosso : les paysages deviennent grandioses, la côte prend mille teintes ocre et nous avançons à 6 noeuds dans le golfe de Porto, où le vent monte et tourne brusquement. Nous mouillons dans l'anse de Ficajola, dans les calanches de Piana, dont le village du même nom est perché 500 mètres au-dessus de nous. Quelques cabanes de pêcheurs sur la plage, les roches aux formes d'animaux fantasmagoriques, le granit rouge, le sable immaculé... l'endroit est inoubliable, même si la houle perturbe parfois notre sommeil.

A 10 milles de là, le célèbre mouillage de Girolata, avec son village de pierre rouge perdu dans le maquis, nous enchante.

Nous y passons une nuit bien abritée de la houle d'Ouest, même si l'évitage entre les nombreux voiliers oblige à contrôler sans cesse son ancre. Nous explorons l'anse de Tuara toute proche en annexe, qui recèle recelant grottes et mini-plages de sable rouge sang.

Le mouillage de Girolata On ne présente plus le sublime mouillage de Girolata, pris d'assaut en saison - et on comprend pourquoi. Le village de pierre rouge surplombe une anse abritée, difficile d'accès par la terre. Photo © Marie Dufay

La côte Ouest : de la Réserve de Scandola à Calvi

L'étroit passage de Gargalo, avec ses pavasses affleurantes dans deux mètres d'eau, est un prélude de choix avant la réserve de Scandola (classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco), qui nous offre le fameux mouillage de la marine d'Elbo pour nous seuls, alors qu'il est bondé en été. Par contre, interdiction d'y passer la nuit, comme le rappellent les gardes qui font le tour du mouillage en fin de journée. Nous lisons dans le journal que deux jours plus tôt, des plaisanciers y ont nagé avec 30 raies pastenague...

L'endroit est une vraie splendeur, avec ses innombrables grottes à l'aspect troglodytique et ses belles plages. Dans l'eau, on est poursuivi de centaines de poissons curieux. Arrêt-minute au mouillage à Galeria pour y faire un plein de vivres, et nous jetons l'ancre dans la baie de Crovani, devant une plage de sable noir où se battent des taureaux qu'on observe aux jumelles, n'osant débarquer.

Marine d’Elbo, Réserve de Scandola Avoir la marine d'Elbo pour soi tout seul, voilà un luxe qui ne se refuse pas... même si le ciel fait grise mine ! Ce mouillage prisé de la Réserve de Scandola n'est praticable qu'en journée : interdiction formelle d'y passer la nuit ! Photo © Marie Dufay Puis nous visitons l'anse de Nichiaretto, magnifique avec son eau turquoise, et la grotte des Veaux Marins derrière la pointe de La Revellata. Haute de 30 mètres, elle est pleine de méduses, de chauves-souris, et si obscure qu'on n'y voit rien malgré nos lampes frontales.

Dernière escale vers le Nord, Calvi, sa citadelle et son petit port de pêche où Astuce trouve facilement place avec ses 8 mètres alors que dans la marina, on se croirait place de l'Etoile à la sortie des bureaux... Nous prenons une pendille près de la Tour au Sel, sur laquelle les pêcheurs battent d'énormes poulpes, puis partons explorer les ruelles pavées de la citadelle aux murs pastel et décrépis. La vue sur la baie est solaire, les chapelles inspirent des sentiments inédits... dommage que le port soit si cher, on pourrait rester là pour toujours !


Bonifacio, les Lavezzi et l'île de Cavallo : les joyaux du Sud

La météo se gâte, les BMS s'enchaînent, nous mettons cap au Sud, vers Propriano, port abrité mais cher que nous quittons dès la première accalmie pour le confortable mouillage de Campo Moro, où l'épicier du village nous offre un énorme morceau de jambon.

Au mouillage à Campo Moro Au Sud de Propriano, le magnifique mouillage de Campo Moro est abrité, et, même lors des pics d'affluence, on y trouve toujours une petite place. Le village de la baie est prétexte à une balade bucolique. Photo © Marie Dufay Par un vent d'Ouest toujours soutenu, nous déboulons sous spi jusqu'aux bouches de Bonifacio, et passons une nuit tranquille au mouillage de la Cala di Zeri sur l'île de Cavallo, malgré le 6 Beaufort qui sévit sur la zone. Enclave de rêve pour milliardaires et jet-setteurs de tous poils, la petite Cavallo est privée, mais mérite le détour ; du large, on ne distingue rien des toits des 100 maisons qu'elle abrite, cachées qu'elles sont dans des volutes de granit dignes des Seychelles. Elle possède aussi un petit port dont l'entrée est délicate à cause de roches émergées et immergées.

Bonifacio, un site exceptionnel S'amarrer au pied de la Ville Haute de Bonifacio reste l'un des points forts d'une croisière en Corse. Abrité au creux des belles falaises crayeuses, on tombe sous le charme des lieux, malgré son intense fréquentation estivale. Photo © Marie Dufay A Bonifacio, nous visitons la Ville Haute, le cimetière marin et l'escalier du Roi d'Aragon sous un ciel menaçant. Malgré son intense activité touristique, la ville affiche une identité unique, avec son port enchâssé dans les falaises crayeuses qui en font l'un des abris naturels les plus spectaculaires au monde.

Au mouillage dans l’anse du Fazzio Seuls au monde dans l'anse du Fazzio, une longue aussière portée à terre, nous goûtons la sérénité de l'endroit en cette fin septembre. Photo © Marie Dufay Nous passons trois jours dans l'incroyable mouillage de l'anse du Fazzio (voir l'article <Mes 5 mouillages préférés... et les 5 pires>) toute proche, puis encore trois à Cala della Chiesa et Cala di Greco dans les eaux paradisiaques des Lavezzi, une amarre passée autour du rocher le plus proche. On se dit qu'une telle beauté est à peine croyable...

A 17 heures, les vedettes de touristes ont quitté les lieux, et passer une nuit seul au mouillage dans ce surréaliste décor granitique reste une expérience inoubliable. Sûr que ce mois de septembre était la période idéale pour profiter pleinement de la côte Ouest corse ; météo avenante, mer chaude, relative tranquillité au mouillage et rencontres chaleureuses... l'automne a aussi de bons côtés !



...........
Bon à savoir

. Restez attentifs aux innombrables bateaux à moteur qui longent les côtes à toute vitesse : ils ne ralentiront pas pour vous - au contraire...
. Vous serez peut-être étonné qu'on vous affirme qu'il n'y a pas de places visiteurs disponibles dans une marina où vous voyez des dizaines d'emplacements libres. Pensez à réservez (parfois plusieurs jours à l'avance) une place dans les ports où vous comptez faire escale, sous peine de devoir passer la nuit au mouillage dans une rade parfois inconfortable.
. Les bouches de Bonifacio sont protégées par une réserve marine de 80 000 hectares, qui va du golfe de Roccapina à la Punta di a Chiappa. Les restrictions varient de l'interdiction d'accès au respect de zones de mouillage. Le détroit est connu pour ses conditions météo musclées : n'attendez pas l'arrivée du coup de vent pour vous mettre à l'abri. Un vent 4-5 au large soufflera 6-7 dans les Bouches. Vous trouverez les bulletins météo sur le canal 79, émis par le CROSS Corse trois fois par jour.
Un ferry devant Propriano Attention aux innombrables ferries qui sillonnent les eaux corses - ici devant Propriano. Photo © Marie Dufay . La mer peut être confuse là où les montagnes tombent à pic, et des rafales dévalent les montagnes, les pointes et les caps, créant des effets de site surprenants, surtout de nuit. Choisissez bien votre mouillage, et n'hésitez pas à mettre de la chaîne, de la chaîne, encore de la chaîne !
. Il suffit de regarder le découpage de la côte Ouest pour comprendre que le vent y souffle sans rire. On peut compter sur le thermique en été (plutôt orienté Sud-Ouest dans la moitié Nord de l'île, et Nord-Ouest dans la partie Sud). Le libeccio souffle d'Ouest à Sud-Ouest jusqu'à force 7-8 et lève une mer forte. Le mistral souffle de Nord-Ouest à Nord, mais plus fort. Quelques joyaux corses Voici quelques-uns des mouillages, ports et abris corses qui m'ont marquée pendant ma grande croisière méditerranéenne. Photo © Marie Dufay

Astuce, le bateau de notre périple Astuce, notre Ecume de Mer 1974. Acheté 9 300 euros en 2003, il en a coûté 6 000 de plus pour le préparer à la grande croisière. Lancé en 1968, construit à 1 335 exemplaires jusqu'en 1979, ce plan Finot en polyester mesure 7,90 m pour 2,65 m de large, 1,45 m de tirant d'eau et 34 m2 de voilure. Photo © François Chevalier ...........
Bon à lire

. Guide nautique : <Corse, Sardaigne et îles toscanes, d'Elbe à Giannutri>, de Rod Heikell édité chez Imray/Vagnon.
. Cartes SHOM : n°6281 <Du cap Corse au golfe d'Ajaccio>, 6851 <Ports d'Ajaccio et de Propriano>, 6942 <De Punta d'Orchina au cap Muro-Abords d'Ajaccio>, 7014 <Des îles Baléares à la Corse et la Sardaigne>, 7025 <Ile de Corse>, 7050 <De Calvi à Cargèse>, 7162 <Du cap Muro au cap de Feno>, 7280 <Golfe d'Ajaccio>, 7316 <Golfe de Sagone>.

...........
Voir la discussion sur les nouvelles taxes de mouillage en Corse sur notre Forum, ici.

En complément

  1. moniteur de voile 19/11/2009 - 07:21 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (10) Les p’tits boulots de ma grande croisière Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après vous avoir emmené visiter quelques escales, mouillages et ports marquants de mon périple, je vous propose d'aborder un sujet dont on parle rarement : est-il vraiment possible de travailler au gré des escales quand on vit sur son voilier ? Comment se présentent les opportunités de petits jobs ? Que peut-on en attendre ? Réponses !
  2. mouillage de one house bay sur l rsquo; icirc;le d rsquo;atoko 23/10/2009 - 08:16 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (9) Grèce : deux mois dans les îles Ioniennes Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après vous avoir emmené visiter quelques escales, mouillages et ports marquants de mon périple, je vous propose d'explorer les îles Ioniennes, large archipel verdoyant situé à l'Ouest de la Grèce. Certes prises d'assaut en été, elles réservent une infinité de mouillages préservés au pied des montagnes. Au programme, navigation facile, eau turquoise et petits ports de pêche...
  3. cala goloritze hellip; pourquoi pas  07/10/2009 - 07:43 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (8) Sardaigne : les promesses de la côte Est Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après vous avoir emmené visiter quelques mouillages et ports marquants de mon périple, je vous propose d'explorer la côte Est de la Sardaigne. A quelques encablures de la Corse, mais trois fois plus grande, l'île est un paradis pour les plaisanciers : archipels idylliques, côtes sauvages, marinas tout confort et petits ports de pêche !
  4. vive les copains de sardaigne  25/09/2009 - 07:48 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (7) D’île en île, mes plus belles rencontres Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après vous avoir emmené visiter quelques escales, mouillages et ports marquants de mon périple, je vous propose d'explorer un autre aspect fondamental d'un voyage à la voile : les rencontres ! De la Sardaigne à la Grèce, portraits croisés de gens chaleureux qui nous ont ouvert leur porte, leur coeur et leur culture.
  5. la valette, capitale de malte 15/09/2009 - 08:13 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 m (6) Un archipel hors du temps : Malte, Gozo et Comino Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après avoir fait le tour des mouillages et des ports marquants de mon périple, voici une autre de mes escales favorites : Malte et son archipel, ancrés entre Orient et Occident. Un bassin de navigation exceptionnel.
  6. favignana, cala rossa 28/08/2009 - 08:14 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (5) Coup de cœur : l’archipel des Egadi, Pantelleria et Lampedusa Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d’un Ecume de Mer, j’ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils… Après avoir fait le tour des mouillages et des ports marquants de mon périple, je vous emmène visiter mes escales «coup de cœur» au Sud de la Sicile : les petites îles des Egadi, de Pantelleria et de Lampedusa n’ont pas de marina, mais l’authenticité et le dépaysement sont au rendez-vous !
  7.  icirc;le de paxos 21/08/2009 - 08:00 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (4) Mes cinq ports préférés… et les cinq pires ! Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après le Canal du Midi et la découverte de mes mouillages mémorables, je vous emmène dans les 10 ports qui m'ont le plus marquée. Certains sont des havres de paix durs à quitter, d'autres un vrai cauchemar dont on ne peut s'échapper !
  8. tortue caouanne, esp egrave;ce la plus commune de m eacute;diterran eacute;e 15/08/2009 - 00:43 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (3) Dauphins, baleines, tortues, méduses… mes rencontres avec le peuple de la mer ! Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après avoir fait le tour des mouillages marquants de mon périple, voici le portrait des animaux marins croisés le plus souvent sur l'eau. Entre mythe et réalité, il vaut mieux être sûr de l'espèce que l'on observe et du comportement à adopter !
  9. seuls au monde dans l rsquo;anse du fazzio, corse du sud 05/08/2009 - 08:34 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 mètres (2) Mes cinq plus beaux mouillages… et les cinq pires ! Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livre ici récits, anecdotes, conseils... Après le convoyage de notre voilier via le canal du Midi, nous voici dans le vif du sujet. Au terme de notre bourlingage, une dizaine de mouillages me restent en mémoire. Les uns, le paradis ; les autres, l'enfer. On va y faire un tour ?
  10. pause champ ecirc;tre sur le canal 29/07/2009 - 08:07 Deux ans en Méditerranée sur un voilier de 8 m (1) «De Concarneau à Sète, mon convoyage mouvementé via le canal du Midi !»  Après deux ans de croisière en Méditerranée et en couple à bord d'un Ecume de Mer, j'ai eu envie de raconter. Régulièrement, donc, je vous livrerai ici récits, anecdotes, conseils... Et, pour commencer, quand on a acheté son voilier en Bretagne, la Méditerranée, il faut y aller ! Deux solutions : le détroit de Gibraltar ou le canal du Midi. Nous avons choisi la deuxième. Elle ne s'est pas révélée si facile !