Actualité à la Hune

World Cup Series – Toulon Provence Méditerranée

A Hyères, huit médailles pour les bleus !

Chaque année post-olympique, le grand rendez-vous hyérois a une saveur toute particulière, mêlant à la fois des sélectionnés et médaillés olympiques et de jeunes coureurs à l’assaut des JO suivants, Tokyo en l’occurrence. La deuxième épreuve de la Coupe du Monde, qui cette année n’en compte plus que trois (Miami, Hyères et Santander dans un mois) a confirmé la mainmise des champions établis, et révélé des régatiers souvent dans l’ombre de leurs aînés. Avec huit médailles et des finalistes dans dix des douze séries l’équipe de France démarre joliment cette nouvelle campagne olympique.
  • Publié le : 01/05/2017 - 12:30

470 garcons Hyères 2017La deuxième épreuve de coupe du monde à Hyères reste comme la référence. Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

À Hyères, avec des vents de tous les secteurs ou presque, du petit médium, du thermique, du clapot et du mistral, et donc une météo classique dans l’une des plus belles rades du monde, les 541 concurrents de 52 nations ont été plutôt gâtés lors de la World Sailing Series 2017 France-TPM, dont l’appellation change chaque année… mais que tous les vétérans ayant couru ici nomment Semaine Olympique de Hyères. Et de toute façon, pour l’immense majorité des coureurs « vieux » ou jeunes, c’est l’épreuve annuelle de loin la plus prisée, et ce depuis sa création dans les années 80… Tout y est : du cadre somptueux des îles d’or au climat déjà estival, de l’accueil à l’organisation sur l’eau et à terre, et ce n’est pas un hasard si plus de cinquante pays se sont retrouvés ici. La grande nouveauté cette année a été l’arrivée du kitesurf, désormais sous le giron de la World Sailing et donc de la FFVoile, et la bonne nouvelle, la présence des 2.4 mR en Handisport. Quoi d’autre ? On a vu de jeunes Suisses affûtés et aussi des Japonais en pleine découverte de la PO, mais loin du compte côté résultats sauf en 470 hommes. Logique puisque les prochains JO vont se dérouler chez eux dans trois ans… On a aussi pu suivre en direct sur le web les Medal race. Les moyens mis en œuvre par la fédération internationale sont juste énormes, les images en mer et la 3D au niveau, tout comme les commentaires (en anglais) malgré les décrochages d’images et de son récurrents. Bilan complet séries par séries.

Nicolas ParlierComme tous les engagés en Kitesurf, Axel Mazella a fait le show.Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

Kitesurf : l’impressionnant Nicolas Parlier, fils de son père !

Un type qui remporte 20 des 21 manches de la compétition, ne peut que vous époustoufler. Lui, c’est Nicolas Parlier, fils de Yves l’homme aux trois Vendée Globe, ancien vainqueur de la Mini Transat et du Figaro. Le jeune champion de 21 ans s’est imposé devant un autre Français tout aussi brillant, Alex Mazella et le Monégasque Maxime Nocher. « C'était la première fois qu'on participait à cette World Cup Series à Hyères, et je suis ravi d'avoir couru à la maison, explique Mazella. Je pense qu'au final, on a su montrer ce qu’était le foil, la polyvalence, la vitesse et l’aspect spectaculaire. »

2.4nR : Damien Seguin évidemment !

Le double médaillé d’or paralympique et triple champion du monde, a beau être passé avec succès au Diam 24 et espère disputer le prochain Vendée Globe, il est venu « faire un tour » à Hyères et a montré qu’il avait encore une sacrée marge d’avance sur la concurrence. En remportant huit des dix manches et malgré son forfait dans la 7e régate après avoir brisé son tangon, Damien a survolé l’épreuve hyéroise, la remportant pour la 9e fois ! L’heureuse surprise est cette jolie 3e place de Xavier Dagault, ancien équipier incontournable des grandes courses océaniques dans les années 90 et qui, victime d’une sclérose en plaques, s’est remis au bateau et lancé dans le 2.4. Enfin, sans un abandon et une disqualification, Bruno Jourdren (4e) qui découvrait le drôle de plan Norlin aurait accroché le podium sans souci. L’Excellent coach Thierry Poirey peut être satisfait car la relève est bien là !

Damien Seguin Hyères 2017Impérial Damien Seguin, vainqueur de sa 9e semaine de Hyères ! Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

Nacra 17 : Vaireaux et Audinet en argent !

Durant quatre ans, ils ont été dans l’ombre des quadruples champions du monde Billy Besson et Marie Riou, mais toujours dans le top six mondial. À Hyères, Moana Vaireaux et Manon Audinet ont confirmé, menant avec brio une partie de la semaine, avant de céder face à Tara Pacheco et Fernando Echavarri, respectivement championne du monde de 470 et médaillé d’or en Tornado à Pékin et vainqueurs des deux dernières manches dont la Medal race. Billy Besson, de retour à la compétition avec sa nouvelle équipière Amélie Riou, est encore en rodage mais intègre le top dix avec une victoire de manche et malgré un abandon.

Nacra 17Moana Vaireaux et Manon Audinet, deuxièmes à Hyères. Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

RS:X : Louis Giard double la mise !

Toujours aussi discret et lucide, Louis Giard sait bien qu’il manquait le Hollandais champion olympique à Rio et Pierre Le Coq médaillé de bronze. N’empêche, il a effectué une remarquable semaine : « je suis vraiment ravi de cette deuxième victoire de Coupe du Monde après Miami en janvier dernier. Je n'ai pas fait une très bonne Medal race, mais comme j'ai bien progressé toute la semaine et notamment hier, cela me permet de conserver ma première place. C'est une très bonne nouvelle en vue des championnats d'Europe dans une semaine à Marseille, même si le format sera différent, puisque ce sera sur élimination directe. Ce qui est sûr, c’est que je serai donc à Santander pour la finale de la Coupe du Monde avant les championnats du Monde au Japon en septembre. » Thomas Goyard a fini quant à lui 9e. Chez les filles, en l’absence de la championne olympique Charline Picon, qui attend un heureux événement, tout comme sa « meilleure » adversaire la Britannique Bryony Shaw… la Polonaise Zofia Nocetti-Klepacka a dominé avec une aisance déconcertante. La première Française, Lucie Belbeoch, a terminé 14e.

Louis Giard Hyères 2017Louis Giard, impeccable en planche RS:X.Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

49er FX : Lili Sibesi et Albane Dubois cinquièmes

Dans une série évidemment dominée par les championnes olympiques brésiliennes Martine Sofatti-Grael et Kahena Kunze, la belle surprise est venue de la 5e place de Lili Sibesi et Albane Dubois. Ce jeune équipage qui ne navigue ensemble que depuis un an, a démontré d’énormes progrès, se faisant souffler la victoire dans la Medal race à la dernière bouée… par les Brésiliennes. Chez les garçons, Erwan Fisher et Thibault Julien (15es) ont réalisé de bonnes choses, mais ne sont pas parvenus à se qualifier pour la finale.

Japonais 470Les Japonais dans le coup… mais seulement en 470 ! Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

470 hommes : Belcher-Ryan… comme toujours, Péponnet-Mion à fond !

On se demande parfois ce qui fait encore courir l’Australien Belcher, le plus capé du monde en 470 avec ses six titres mondiaux consécutifs et deux médailles olympiques ! En route pour une énième préparation olympique Mathew Belcher et Ryan William ont démarré en douceur avant de remporter les quatre dernières manches et être sacrés avant même la Medal race. Kevin Péponnet (champion d’Europe junior), fils de Daniel, neveu de Thierry, et Jérémie Mion qui naviguaient ensemble pour la première fois terminent à une prometteuse 9e place. Jérémie Mion : « faire une Medal race dès notre première régate c’est vraiment positif. Kévin n’avait pas remis les pieds sur un 470 depuis deux ans. Il est hyper impliqué. Je crois que le truc qui fait que ça marche entre nous, c’est le fait qu’on ne lâche rien. On a tout vécu cette semaine, on a failli dessaler, on a foiré des manœuvres, mais malgré tout, nous ne nous sommes jamais démobilisés et on n’a jamais lâché un seul point. » Avec Guillaume Pirouelle et Valentin Sipan (champions du monde junior) qui font une pause en 470 pour le Diam 24 Beijaflore et la Youth America’s Cup mais rêvent d’aller à Tokyo, l’équipe de France sera sans nul doute comme toujours dans le match.

470 Filles Hyères 2017Cassandre Blandin et Aloïse Retornaz en lice pour Tokyo.Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

470 Femmes : la relève avec Cassandre Blandin et Aloïse Retornaz

En l’absence des ténors du circuit mondial – notamment les Autrichiennes, Anglaises et Néo-Zélandaises - plus les médaillées olympiques et championnes du monde Camille Lecointre (enceinte) et Hélène Defrance (qui ne repart pas a priori sur une PO), Cassandre Blandin et Aloïse Retornaz rêvent de leur succéder et sont en progression constante. Les deux jeunes filles qui ont remporté une manche finissent septièmes d’une compétition largement dominée par les Néerlandaises. Marina Lefort et Lara Granier, vice-championnes du monde junior de 470 terminent dans le top 15.

Laser Hommes : Bernaz dans les points

Quasiment chez lui, « JB » termine 6e dans une série où, contrairement aux autres, toute l’élite du Laser a repris du service pour Tokyo. Ces forçats du solitaire sont quand même bien « accrocs » ! Il se place juste derrière le champion olympique de Rio Tom Burton et le champion du monde 2016 Nick Thomson d’une régate remportée par le vice-champion olympique Chypriote Pavlos Kontidis. « Je suis globalement content de ces deux étapes de la Coupe du monde avec ma victoire à Miami et ma 6e place ici, explique Bernaz. Cela n’a pas été facile mais ça reste un début d’olympiade. Maintenant je vais me concentrer sur la finale de la Coupe du Monde à Santander dans un peu plus d’un mois. Cette épreuve fait partie de mes deux objectifs de l’année, avec les championnats du Monde ».

Mathilde de KerangatMathilde de Kerangat, troisième à Hyères. Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

Laser femmes : Mathilde de Kerangat en bronze

Troisième de la Medal race, la Rochelaise termine sur le podium à Hyères, une très belle performance. Détendue et à l’aise car rapide en vitesse, cette 3e place confirme qu’elle n’est plus très loin des meilleures. Impériale, la Belge Evi Van Acker l’emporte avec 20 points d’avance. « Je suis super contente de ma régularité cette semaine, car je n’ai pas eu de grosse bâche pendant les phases de qualifications, raconte Mathilde, et finir sur une belle course comme aujourd’hui avec une médaille de bronze, c’est super. Mon objectif cette année est le Championnat du monde à Medemblik en août, mais avec cette 3e place, je suis contente de gagner mon ticket pour la finale de Coupe du Monde à Santander en juin prochain. »

Lobert Hyères 2017 Grâce à sa victoire dans la Medal Race, Jonathan Lobert se hisse sur le podium. Photo @ J.Renedo P. Martinez/Sailing Energy/World Sailing

Finn : Lobert, l’homme des Medal race !

Il avait conquis sa médaille de bronze à Londres en remportant la Medal race. Il l’a refait souvent depuis. Et là, encore, s’est payé le luxe de finir en force à Hyères pour arracher une belle 3e place derrière la révélation, le Turc Alican Keytar dont on va reparler, tout comme le Hollandais Nicolas Heiner fils du champion de match racing, Roy. « Je suis super-content, car c'est mon retour à la compétition ! précise Jonhatan Lobert. Je ne m'étais pas du tout entraîné de l'hiver, car je me suis fait opérer du genou début février : c'était vraiment une régate de reprise pour moi ici. Au cours de la semaine, jour après jour, je me suis senti de mieux en mieux dans le bateau et j'ai réussi à remonter des places tranquillement jusqu'à monter sur le podium aujourd'hui. C'est mon anniversaire (32 ans, ndlr), donc je suis super-heureux de cette médaille de bronze. Je suis sur le podium à Hyères deux années de suite, c'est donc un bon début de campagne olympique ». Fabien Pic, après un début de championnat remarquable dans les trois premiers, a un peu craqué sur la seconde partie pour terminer dans le top 15.

 

L'oeil du Président

Nicolas Hénard : « le kite m’a bluffé ! »

Nicolas HénardNicolas Hénard, le nouveau président de la FFVoile s’est régalé à Hyères. Photo @ Didier RavonIl a suivi passionnément toutes les Medal race. Le nouveau président de la FFVoile, ancien double champion olympique de Tornado et qui connaît bien Hyères pour y avoir brillé dans les années 90 s’est régalé : « les Français n’ont pas levé le pied après les JO de Rio, et ça me rend heureux. Quand je vois Lobert avec son genou encore gonflé finir 3e en Finn, ça montre qu’il a du jus et de l’envie ! J’ai découvert aussi plein de jeunes athlètes français qui ont la pêche et du potentiel et m’ont rappelé ma jeunesse. » Sans langue de bois et après avoir beaucoup échangé avec le nouveau président de World Sailing, Nicolas Hénard pense qu’il est temps d’évoluer sur la règle du pumping obsolète dans toutes les séries (sauf en RS : X et Finn). « Cette règle (42, ndlr), est désormais surannée. Il faut qu’on soit plus cool avec ça car les décisions sont parfois injustifiées, explique l’ancien régatier. J’ai été bluffé par le kite ! Ces types ont une telle aisance et maîtrise. Tout a l’air facile, mais je ne doute pas une seconde qu’ils bossent dur pour en arriver là. Le kite c’est l’avenir ! Sur les écrans géants, ce sont les courses qui étaient les plus suivies par le grand public. Et puis ce qui me plaît, c’est aussi leur philosophie. Après les régates, ils se donnent rendez-vous sur Facebook et vont se tirer la bourre au large de Porquerolles, juste comme ça pour le plaisir. À nous de nous inspirer de leur façon de pratiquer. »




Résultats complets ici.