Actualité à la Hune

ELECTION À LA PRÉSIDENCE DE LA FFVOILE

Denéchau vs Hénard : questions pour un (futur) président ! (2/2)

La semaine dernière, voilesetvoiliers.com vous avait présenté le scrutin, les électeurs, les candidats, leurs listes et soutiens. Cette fois, nous revenons sur leurs programmes, leurs points forts et leurs points faibles, leurs divergences et convergences… Car l’enjeu est d'importance afin de mieux connaître le futur remplaçant de Jean-Pierre Champion qui a décidé de passer la main après vingt ans de présidence, soit cinq mandats. Le match promet d’être très serré et beaucoup hésitent encore pour choisir leur camp ! Voilesetvoiliers.com vous dit tout (ou presque) en questions avant l’élection du 25 mars prochain.
  • Publié le : 18/03/2017 - 15:30

Denéchau HénardLe 25 mars prochain, la FFVoile élira son nouveau président après vingt ans de présidence Champion. Pour la première fois depuis longtemps, deux candidats briguent sa succession : Jean-Luc Denéchau (à gauche) et Nicolas Hénard (à droite).Photo @ DR

Quels sont les grands axes de politique générale de Nicolas Hénard ?
Sa devise, un peu "jésuite" mais séduisante, est : «réjouissons-nous de voir des voiles sur l'eau !» mais sa vision pragmatique qu’il souhaite partager est de «positionner la Fédération Francaise de Voile comme un acteur national majeur au niveau économique et social, et comme un leader mondial en termes de résultats sportifs et d'organisation d'événements internationaux.» Ses objectifs sont clairs et ambitieux, et ce brillant chef d’entreprise a du métier : «1 000 clubs en bonne santé, 1 million de pratiquants par an dans nos structures, et 500 000 licenciés à travers des prestations et titres repensés.» Son programme se résume en cinq mots-clés : «rayonnement, développement, convivialité, simplicité et performance». On peut ajouter le désir de «démocratiser» la pratique de la voile en amenant des jeunes qui n’ont pas la chance de pouvoir y accéder.

Quels sont ceux de Jean-Luc Denéchau ?
«La fédération a fait il y a plus de quarante ans deux choix fondamentaux, rappelle-t-il. Le premier, d’être la Fédération de la Voile et non plus du Yachting à Voile, ce qui marquait son souhait d’ouverture à tous les publics et au plus grand nombre, le second, de réunir au sein d’une même fédération toutes les formes de pratiques de la voile, qu'elles soient dans le domaine de la performance comparée ou au contraire qu'elles réfutent cette rivalité en privilégiant une expérience plus personnelle de bien-être. J’adhère pleinement à ces choix.» Ses phrases clés sont : «être au service des licenciés et clubs, dynamiser l’adhésion à ses valeurs, valoriser les bénévoles, fidéliser les réseaux d’influence et ancrer les résultats du haut niveau dans la durée.»

CNTA LocmariaquerLes clubs (ici le CNTA à Locmariaquer) au centre des débats. Denéchau : «être au service des licenciés et club» ; Hénard : «1 000 clubs en bonne santé, 1 million de pratiquants par an dans nos structures et 500 000 licenciés».Photo @ DR
Nicolas Hénard et Jean-Luc Denéchau sont-ils en phase sur plusieurs points ?
Oui, notamment en ce qui concerne le bilan du président sortant sur la bonne santé financière de la fédération, le partenariat avec la Banque Populaire (qui a resigné pour quatre ans, ndlr), la gestion du calendrier de la course au large, la préparation olympique 2012-2016 (un bilan impressionnant en titres mondiaux), et notamment les résultats à Rio, le staff technique actuel, l’arrivée du kitesurf au sein de la FFVoile… Tous deux sont aussi favorables à la pratique de la voile "qui vole" (engins à foils) et à un accompagnement fédéral, à l’intégration du kite et de la course au large lors de prochains jeux Olympiques, au renforcement de l’activité handivoile, et vont soutenir de tout leur poids la candidature de Paris pour les JO de 2024. Rappelons que si Paris obtient les JO de cette année-là face à Los Angeles, les épreuves de voile se disputeront à Marseille.

semaine affoilanteLa FFVoile multiplie les initiatives dans le cadre de la pratique de la voile à foils à l'image de ce qui se fait à l'ENVSN. Photo @ P. Juhel/ENVSN
Quelles sont vraiment leurs divergences ?
Nicolas Hénard veut apporter un bol d’air frais après vingt ans de «règne» de Jean-Pierre Champion, et annonce n’être entouré que de «ceintures noires» quand Jean-Luc Denéchau prône la continuité et donc un certain conservatisme. Les deux candidats se reprochent mutuellement le manque de renouvellement de leur équipe respective, ce qui n’est pas vraiment exact… beaucoup de «nouvelles têtes» bien faites apparaissant.

Le directeur technique national, Jacques Cathelineau, et le directeur de l’équipe de France, Guillaume Chiellino, sont-ils menacés par l’élection du nouveau président ?
Non et c’est une bonne nouvelle. Les deux candidats souhaitent poursuivre avec l’équipe actuelle compétente et discrète, et qui a apporté beaucoup de satisfaction lors de la dernière olympiade tant sur les résultats que sur l’approche et l’état d’esprit.

CathelineauJacques Cathelineau a remplacé Philippe Gouard comme directeur technique national de l’Équipe de France Voile juste après les JO de Londres.Photo @ Franck Socha/FFV

Pourquoi n’y a-t-il pas eu rapprochement entre les deux hommes alors qu’ils semblent sensiblement sur la même longueur d’onde ?
Car ils n’ont pas trouvé de terrain d’entente ! Pourtant, il y a eu plusieurs tentatives de la part de Nicolas Hénard, et ce dès les JO de Rio… mais Jean-Luc Denéchau n’a pas donné suite, ne se voyant sans doute pas en vice-président. Dommage, car les deux hommes sont clairement intelligents et complémentaires.

Le nouveau président sera-t-il rémunéré comme il en a le droit ?
Nicolas Hénard a annoncé vouloir exercer son mandat bénévolement alors que Jean-Luc Denéchau souhaite lui être rémunéré comme l’était Jean-Pierre Champion depuis plusieurs mandats.

Le Déroff HénardLe passé sportif de Nicolas Hénard (à droite, en compagnie de Jean-Yves Le Déroff, une fois la médaille d'or décrochée à Séoul en 1988), double médaillé d'or aux JO, plaît aux régatiers.Photo @ Coll. Hénard

Quels sont les points forts de Nicolas Hénard ?
Son parcours tant professionnel que sportif, sa légitimité, son charisme, ses réseaux, son expérience en politique, sa connaissance du terrain et le soutien de beaucoup de coureurs.

Quels sont les points forts de Jean-Luc Denéchau ?
Son parcours professionnel, sa connaissance des instances fédérales et des rouages de la FFVoile, le soutien de Jean-Pierre Champion et d’élus "historiques", sa "force tranquille" et sa fidélité à la fédération.

Jean-Luc DenéchauPeu connu, ce chef d’entreprise de 55 ans, originaire de la région parisienne, brigue la succession de Jean-Pierre Champion et est soutenu par le président sortant.Photo @ Coll. Denéchau

Quels sont les points faibles de Nicolas Hénard ?
Le fait d’avoir été «lâché» par le président sortant, une certaine réticence d’élus ayant peur du changement, une image très compétition, une campagne démarrée tardivement, une ambition et un orgueil qui peuvent déranger.

Quels sont les points faibles de Jean-Luc Denéchau ?
Sa candidature proposée par le président étant arrivée plus tôt que prévu, il n’y était guère préparé, un manque de légitimité sportive et de charisme par rapport à son adversaire, la pression d’être le successeur de Jean-Pierre Champion qui a fait ses preuves en vingt ans.

Retrouvez la première partie de cet article ici.


 

Pour tout savoir plus sur les programmes des deux candidats

Jean-Luc Denéchau : cliquez-ici pour accéder à son programme

Nicolas Hénard : cliquez-ici pour accéder à son programme

 



Pour (re) lire les interviews exclusives des deux candidats sur voilesetvoiliers.com, c’est ici :

- Nicolas Hénard : « Je suis candidat à la présidence de la FF Voile ! »

- Jean-Luc Denéchau : «Je suis candidat à la présidence !»