Actualité à la Hune

WORLD CUP SERIES HYÈRES

Le grand bleu !

À domicile, l’équipe de France était très attendue pour le 50e anniversaire de la World Cup Series–Toulon Provence Méditerranée du 22 au 29 avril, troisième et dernière étape de la Coupe du monde de voile 2017-2018 «réservée» aux 40 meilleurs coureurs mondiaux classés. Avec sept médailles - quatre en or, deux en argent et une en bronze -, les Bleus ont réalisé une semaine phénoménale vu le plateau, terminant - et de loin ! - première nation. À cinq semaines de la finale à Marseille sur le futur plan d’eau des JO de 2024, les voyants sont au vert. Bilan par série.
  • Publié le : 30/04/2018 - 09:30

Le CoqPierre Le Coq, en tête des RS:X du premier au dernier jour. Photo @ R. Langdon/Sailing Energy/World Sailing

Depuis 50 ans, c’est sans chauvinisme aucun la plus belle régate olympique de l’année dans un site exceptionnel ! Hyères reste un plan d’eau sublime mais compliqué, surtout quand comme cette semaine, le mistral ou le vent d’Est sont aux abonnés absents, laissant place à des brises thermiques faibles et erratiques. Bref, il fallait être très fort tactiquement et mentalement, faire preuve d’opportunisme pour briller ici, ce qu’ont fait les Français avec talent, notamment en planche à voile, avec trois médailles. «C’est vraiment rare ! souligne Guillaume Chiellino, directeur des équipes de France. Bravo à l’entraîneur Stéphane Jaouen, parce que ça fait un moment qu’il cherchait à faire ce podium. Il manage une super équipe et c’est la première fois qu’ils arrivent à faire le triplé. C’est génial pour l’équipe de France, en plus chez nous ! »
«Je me réjouis de ces résultats, ajoute Nicolas Hénard, président de la FFVoile, présent à Hyères. De voir cette équipe de France déterminée et ambitieuse, de rencontrer ces jeunes à la tête bien faite, ce fut un réel plaisir. Dans ces conditions plutôt molles avec de grosses rotations de vent, il fallait être très brillant cette semaine.» La moins bonne nouvelle vient de la fédération internationale qui, pour ternir les 50 ans de l’épreuve française remarquablement organisée sous la houlette de Régis Bérenguier, le boss du COYCH et de Didier Flamme de la FFVoile, a en effet annoncé qu’en 2019 et 2020, l’étape de la Coupe du monde se déroulerait à Gênes plutôt qu’à Hyères !
Et à interroger quelques coureurs étrangers qui adorent s’entraîner et régater ici, ils ne voient pas du tout d’un bon œil la surprenante décision de World Sailing, manifestement tournée vers le plus offrant. Bref, Hyères pourrait bien organiser sa propre épreuve, même s’il est vrai que Marseille, futur plan d’eau des JO n’est qu’à 85 kilomètres !

Podium Hyères RSXDe gauche à droite : Louis Giard, Pierre Le Coq et Thomas Goyard pour un podium 100 % français en planche à voile RS:X. Photo @ T. Moya/Sailing Energy/World Sailing

RS:X hommes : un triplé historique !

Médaillé de bronze à Rio, Pierre Le Coq est de retour au tout premier plan après avoir achevé sa thèse de chirurgien-dentiste. Le Breton a mis tout le monde d’accord en s’imposant devant Louis Giard (qui a presque tout gagné en 2017) et Thomas Goyard, superbe vainqueur de la Medal Race. Histoire de mesurer la domination de l’équipe de France, le Néerlandais Dorian Van Rijsselberghe, qui avait survolé les JO de Rio, n’a pu faire mieux que 27e. «C’est top de finir cette étape de coupe du monde à la première place, et avec les collègues de l’équipe de France sur le podium, reconnaît un Pierre Le Coq aux anges. C’est vraiment la cerise sur le gâteau ! C’est vrai que j’avais commencé l’année avec une médaille de bronze à Miami et là c’est de l’or. Il reste le championnat du monde en août à Aarhus qui est un objectif majeur. Je suis content de montrer que je suis encore présent, même si la route est encore longue jusqu'à Tokyo !»

Laser hommes : du très grand JB !

S’il est une série où tout le gratin était présent cette semaine, c’est bien en Laser. Les médaillés de Rio et de Londres, plus les derniers champions du monde se sont livrés à une bagarre terrible. La performance de Jean-Baptiste Bernaz, impressionnant de régularité, n’en a que plus de valeur. Lors de la Medal Race disputée dans une bonne brise d’Est, «JB» n’a laissé aucune opportunité au Néo-Zélandais Sam Meech  seul adversaire pouvant encore le devancer – le contrôlant en Match Racing dès le départ. Bernaz s’impose avec 17 points d’avance devant Meech, médaillé de bronze à Rio, l’Australien Tom Burton, champion olympique en titre, et le Croate Toni Stipanovic, médaillé d’argent à Rio. C’est dire la performance du Français sur ce plan d’eau où il s’entraîne depuis tout petit et sur lequel il avait été sacré champion d’Europe en 2007 !

Jean-Baptiste Bernaz impérial ! Jean-Baptiste Bernaz impérial ! Photo @ R. Langdon/Sailing Energy/World Sailing

2.4 Metre : la 10e de Damien Seguin !

En remportant une dixième victoire à Hyères et une 20e en Coupe du monde, Damien Seguin possède sans doute le record mondial de premières places lors de la semaine olympique française ! Avec huit manches gagnées sur neuf disputées, et comme plus mauvais score une deuxième place, le champion paralympique de Rio a écrasé la concurrence. Bruno Jourdren, qui après trois campagnes olympiques en Sonar a débuté le 2.4 il y a peu, prend une très belle deuxième place, et Xavier Dagault termine 5e. Quant à Damien Seguin, vainqueur du Tour Voile 2017 et qui vient d’acquérir le 60 pieds IMOCA Comme un Seul Homme (9e et premier bizuth du dernier Vendée Globe aux mains d’Eric Bellion), son objectif est désormais le prochain tour du monde en solitaire et sans escales. 

SeguinDamien Seguin a remporté une 10e victoire à Hyères en 2.4 Metre ! Photo @ J. Renedo/Sailing Energy/World Sailing

470 Femmes : le grand retour de Camille et la belle arrivée d’Aloïse !

Comme Charline Picon, Camille Lecointre, championne du monde de 470 et médaillée de bronze à Rio, a eu un bébé après les JO et a donc stoppé la voile le temps de sa maternité. De plus, elle a changé d’équipière, se liant avec la brillante Aloïse Retornaz, ancienne championne du monde junior, et préfère la brise au petit temps. À Hyères, ce nouvel équipage, qui ne navigue ensemble que depuis trois mois, effectuait seulement sa deuxième régate et ce sur un nouveau bateau… En tête dès le début de la compétition, les Françaises n’ont rien lâché, maintenant à distance les Britanniques Mills et MacIntyre, championnes olympiques à Rio, et les Japonaises Yoshida et Yoshioka, deuxièmes à Gamagori et premières à Palma. Chapeau !

Camille Lecointre et Aloïse RetornazCamille Lecointre et Aloïse Retornaz, des filles en or ! Photo @ R. Langdon/Sailing Energy/World Sailing

RS:X Femmes : le retour de Charline !

Charline Picon, championne olympique de Rio échoue au pied du podium… mais cette place a de la saveur après de nombreux mois sans compétition pour cause de maternité : «Le bilan est très positif, c’est ma première régate depuis les jeux de Rio et je termine 4e. C’est presque une victoire d’en être là avec si peu d’entraînement. Je ne savais pas très bien à quoi m’attendre avant d’arriver et c’est vrai que nous avons navigué dans des conditions typées avec très peu de vent. Clairement, je savais que physiquement ça allait être compliqué, mais ce qui est bien, c’est que tous mes points forts d’avant sont là, j’ai la glisse au portant notamment. J’ai tenu la longueur dans ces conditions. Ça a été dur mais comme pour tout le monde.» À noter la prometteuse 10e place de la jeune Lucie Belbeoch – un nom bien connu dans la planche à voile – et la 3e victoire consécutive à Hyères de la Polonaise Zofia Noceti-Klepacka.

Nacra 17 : des Italiens intouchables !

Depuis le retrait provisoire de Billy Besson et Marie Riou, quadruples champions du monde  lui à bord de Banque Populaire IX et en Diam 24, elle disputant la Volvo Ocean Race sur Dongfeng –, le jeu s’est ouvert en Nacra 17, désormais muni de foils. Ruggero Tita et Caterina Mariana Banti survolent la série. Troisièmes lors des derniers championnats du monde, les Italiens ont remporté l’épreuve avant même la Medal Race, comme il y a quelques semaines à Palma, devançant les Britanniques, champions du monde en titre. Moana Vaireaux et Manon Audinet, «plombées» par deux disqualifications (UFD et BFD) terminent quatorzièmes… bien loin de leur place habituelle.

Nacra 17Les Italiens Ruggero Tita et Caterina Mariana Banti, invincibles cette saison en Nacra 17.Photo @ J. Renedo/Sailing Energy/World Sailing

49er : déception pour les bleus

Brillants à Palma (médaillés de bronze), Mathieu Frei et Noé Delpech se sont pris les pieds dans le tapis à Hyères. Seulement quinzièmes malgré une victoire de manche, ils ont eu du mal dans le petit temps. Kevin Fisher et Yann Jauvin terminent onzièmes, à la porte de la Medal Race d’une épreuve remportée par Bukasak et Wierzbicky, qui confirment que la Pologne est désormais une grande nation de voile olympique, et pas qu’en planche à voile. Les jeunes Lucas Rual et Émile Amoros, champions du monde de 29er, ont réalisé de belles manches, et terminent en milieu de classement.

49er FX : les Kiwis pour un point !

Les Néo-Zélandaises Alexandra Maloney et Molly Meech remportent le titre d’un point après avoir gagné la Medal Race. Pour l’anecdote, leurs frangins ont brillé également, mais en Finn et en Laser ! Déception pour les Françaises Julie Bossard et Aude Compan, qui terminent à une 17e place, loin de leurs ambitions.

Finn : le beau coup de Zarif !

L’imbattable Giles Scott, champion olympique à Rio, étant absent à Hyères, le Brésilien Jorge Zarif s’est imposé après sa fantastique Medal Race menée de bout en bout. Comme à Palma, le Néerlandais Nicholas Heiner, en tête avant la dernière régate, a manqué une nouvelle victoire qui lui semblait acquise, se contentant de l’argent devant le Turc Alican Kaynar, révélation de ce début de saison. Le fils de Roy, ancien champion de Match Racing semble avoir du mal à supporter la pression des Medal Race. La 25e place du Britannique Ed Wright, récent champion d’Europe, prouve le niveau général dans la plus ancienne série olympique (1952 !). Bien en tête après quatre manches remarquables, Jonathan Lobert a baissé de régime sur la fin des qualifications, et est passé à côté de la Medal Race, où il excelle d’habitude. Il termine finalement 9e, loin devant ses partenaires d’entraînement, Fabien Pic et Guillaume Boisard.

FinnEmbouteillage à la marque sous le vent pour les Finn dans les petits airs. Photo @ R. Langdon/Sailing Energy/World Sailing

470 Hommes : des Suédois faciles !

Vice-champions du monde en 2017, Anton Dahlberg et Fredrik Bergstrom ont fait chuter le plus grand régatier de l’histoire du 470, l’Australien Mathew Belcher, sept fois champion du monde de 470 et double médaillé olympique (or et argent). Dans le petit temps, les Suédois ont été irrésistibles, remportant l’épreuve, avant même la Medal Race, avec comme plus mauvaise manche une 5e place ! Les Australiens restent intouchables, dès que le vent atteint 12 nœuds et plus. Ils ont d’ailleurs gagné la Medal Race dimanche 29 avril, dans une brise d’une quinzaine de nœuds. Kevin Péponnet et Jérémie Mion, tout comme Hippolyte Machietti et Sidoine Dantes, sont plus que jamais dans le match, pas loin des meilleurs, en terminant respectivement cinquièmes et sixièmes.

Laser Radial : Marit, omme d’hab' !

La Néerlandaise Marit Bouwmeester, championne olympique à Rio, s’est baladée ! Avant même la Medal Race, elle avait déjà la médaille d’or en poche. Mais histoire d’enfoncer le clou, elle a aussi remporté cette course dont les points comptent double dimanche, devançant au final la Finlandaise Monika Mikkola de 56 points ! C’est dire si elle survole le Laser Radial… Mathilde de Kérangat, dans le top 5 mondial, et guère à l’aise dans ces conditions, a manqué sa semaine de Hyères, terminant seulement 18e, juste derrière Pernelle Michon, première Française. Louise Cervera, 19e, a fini en trombe après deux manches de 4 et 2.

RS;XLa RS:X reste une planche très physique ! Photo @ R. Langdon/Sailing Energy/World Sailing