Actualité à la Hune

RENAISSANCE

Le retour du Petit Baigneur

Cinquante ans après la sortie du Petit Baigneur et 35 après la disparition de Louis de Funès, le chantier Billie Marine a décidé de relancer une série limitée, baptisée «de Funès» d’un dériveur à foils, le Triplane ou… Petit Baigneur !
  • Publié le : 01/04/2018 - 00:01

Petit baigneur sous voileC'est cet incroyable bateau à la silhouette d'une grande modernité qui verra de nouveau le jour prochainement grâce à Billie Marine.Photo @ DR

C’est un bateau injustement méconnu et pourtant très en avance sur son temps. Dessiné par Roland Tiercelin, le Triplane était un dériveur innovant, un hybride entre catamaran et foiler ! Sa carène unique débutait en effet avec deux étraves qui se réunissaient ensuite en une seule poupe. Et, fin du fin, le Triplane était équipé de trois plans porteurs : deux foils latéraux – assez similaires à ceux équipant les derniers prototypes d‘IMOCA – et un safran. Comme le précise la brochure publicitaire : «Aux vitesses moyennes, par bonne brise, le Triplane est en régime de transition. Le dessous de coque aérodynamiquement porteur se soulève. Le Triplane plane alors sur ses deux ailes avant et le redan arrière
Ainsi, prenant peu à peu de la vitesse, le bateau se sustente et vole sur ses trois plans porteurs. «Il s’élève sur ses ailerons intermédiaires puis sur la pointe des ailes, écrêtant à peine la surface de l’eau.»

Il était construit en contreplaqué revêtu de polyuréthane par la division bateaux de Wassmer Aviation, constructeur privé d’avions légers et d’affaires disparu en 1977.
Huit exemplaires seulement ont été réalisés et deux ont été acquis par Tam Tam, société de production du film Le Petit baigneur, qui rendra ce voilier inoubliable.

affiche petit baigneurLe film Le Petit Baigneur fut réalisé par Robert Dhéry (à droite) avec Louis de Funès en tête d'affiche. Il est sorti au cinéma le 22 mars 1968 et fut le 4e long métrage de cette année-là, avec 5 542 755 millions de spectateurs. Il reste comme le plus important succès du réalisateur.Photo @ DR

En effet, le long-métrage réalisé par Robert Dhéry commence par un générique montrant une flotte de dériveurs en régate avec, parmi eux, le Triplane devenu Petit Baigneur. Pour les besoins du tournage, il était dépourvu de ses foils. Dans le scénario, ce bateau est alors censé gagner les régates de San Remo en Italie (alors que ces séquences furent tournées à Saint-Briac, avec Roland Tiercelin lui-même à la barre et sa fille Geneviève comme équipière), victoire de prestige lui permettant d’empocher l’Oscar de la Voile.

Dans le générique du film ci-dessous, on peut voir de nombreux plans du Triplane/Petit Baigneur sous voiles. 


Dans le film, son inventeur, Robert Castagnier (joué par Dhéry lui-même), est très fier d’annoncer cette grande nouvelle à Louis-Philippe Fourchaume, bouillant patron des chantiers Fourchaume, alors que celui-ci baptise son nouveau prototype, L’increvable, vedette à moteur… dont la coque est alors transpercée par la bouteille de champagne.
Fourchaume est bien entendu joué par un Louis de Funès qui tente par tous les moyens de récupérer le précieux André Castagnier et son Petit Baigneur aux ventes prometteuses !

Cinquante ans après la sortie du film (le 22 mars 1968) et 35 après la disparition de l’acteur principal, installé au Château de Clermont, non loin de Nantes, le chantier Billie Marine de Hennebont a décidé de relancer une série limitée de Triplane, estampillée «de Funès».
En effet, plus aucun des Triplane lancés ne navigue aujourd’hui. Un d’entre eux a été détruit par de Funès lui-même à coups de pelle lors du tournage et le dernier a été détruit en 1996 lors d’une sortie en mer à Loctudy, le mât étant passé à travers la coque !

Petit Baigneur 1966 2018A gauche, le Triplane original de 1966 en train de voler sur ses foils ; à droite celle de la version 2018 que prépare Billie Marine, en mode archimédien, avec mât et foils carbone, grand-voile lamée...Photo @ François Chevalier/Voiles et Voiliers

Il était temps que ce plan Tiercelin, architecte et ingénieur précurseur du concept de l’hydroptère – et auquel Eric Tabarly s’adressa pour dessiner de nouveaux foils à son Paul Ricard, une fois les premiers brisés – retrouve une deuxième vie.

Mais ce sera avec tous les codes propres aux productions élégantes de Billie Marine. «Le Triplane conjugue en effet l’innovation technologique high-tech et un côté vintage qui nous a tout de suite séduits, explique Pierre-Marie Bernard, grand admirateur de Louis de Funès. Comme l’original, il sera de nouveau construit en contreplaqué marine et époxy, mais le dessus du cockpit sera confectionné en teck et les foils en carbone. Cela permettra une bonne fois pour toutes de démontrer le génie du plan de Roland Tiercelin.» 

Le Triplane pesait 115 kilos. Celui signé Billie Marine un peu moins de 100, gage de performances.
Le numéro 1 de cette série limitée de huit unités, nombre calqué sur l’original, sera présenté au Yachting Festival de Cannes en septembre prochain, temple du bon goût nautique… situé non loin de San Remo !

 

L’œil de l’architecte :
François Chevalier

Le foiler de Roland Tiercelin est original à plus d’un titre. Son aspect futuriste a fait flasher le réalisateur du Petit Baigneur, et il a certainement marqué ceux qui l’ont croisé.

La carène, qui débute en catamaran et se termine par un arrière plat étroit, présente plusieurs caractéristiques étonnantes. Au portant, avec la vitesse, le tunnel que crée l’étrave a tendance à soulever l’arrière. Grâce à ses foils, l’avant s’allège également. Par contre, dans le petit temps, la surface mouillée est un vrai handicap, les deux coques en «V» et l’arrière plat ne font pas bon ménage avec le développé de surface. N’importe quel canoë à voile présente alors un tiers de surface mouillée en moins. Dans le film, en version dériveur, si l’arrière se soulève, l’avant pique légèrement. Le voilier devient alors très sensible au clapot et a tendance à enfourner.

Petit Baigneur 3Étonnante vue du pont du Triplane où l'on distingue bien les foils - fixes - et ce safran si particulier avec ses plans porteurs. Photo @ François Chevalier/Voiles et Voiliers

À la gîte, le bateau s’appuie sur l’avant et son axe ne bascule pas par rapport au vent, comme sur un catamaran ou un scow. Il prend aisément de la vitesse, appuyé sur un rail incurvé, et sa longueur de flottaison ne varie pas en fonction de la gîte. En revanche, les foils n’ont pas un écartement suffisant pour contrer le couple de redressement et risquent de demander rapidement aux équipiers de se mettre au trapèze pour rester proche de l’horizontale. Bien voilé, le Triplane gîte facilement et la distance entre les deux fausses coques (1,30 mètre) est la même que sur un Patin a Vela (ou patin à voile, catamaran léger espagnol très original, grée en catboat et dépourvu de bôme et de safran, ndlr), qui n’a que deux tiers de sa voilure.

L’approche architecturale de Tiercelin a le mérite d’innover et de montrer les limites d’une idée. Idée qui demanderait aujourd’hui à être approfondie, et de bénéficier des nouveaux matériaux et des dessins récents des foils, pour aboutir à un engin d’un nouveau genre…

F. Ch.

TriplanePetit baigneur dériveurLe Triplane vu de face où l'on perçoit bien cette carène étonnante, qui débute comme un catamaran et se termine par un arrière plat et étroit. Il est ici dans sa version dériveur - et non foiler - tel qu'il fut utilisé dans le film.Photo @ François Chevalier/Voiles et Voiliers


WA35 (Petit Baigneur), version dériveur
Type : Foiler ou dériveur
Architecte : Roland Tiercelin
Constructeur : Wassmer Aviation
Mise à l’eau : 1966
Longueur : 5,35 m
Bau : 1,78 m
Tirant d’eau : 0,50 m
Tirant d’eau (version dériveur) : 0,25/0,85 m
Déplacement : 115 kg
Surface de voilure : 17,70 m2
Construction : contreplaqué
Foils : aluminium AG4 (version originale) ; carbone (version 2018)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Petit Baigneur sera de nouveau diffusé sur C8 le 3 avril prochain à 23 h 10.
En voici la bande annonce :

 

Billie Twin"sLors du dernier Nautic, Billie Marine présenta son Bille Twin's, géniale annexe qui se dédouble, ici dans sa version longue. Le lancement du nouveau Triplane sera la grande nouveauté 2018 du chantier de Pierre-Marie Bernard. Photo @ Billie Marine