Actualité à la Hune

JEUX OLYMPIQUES RIO 2016

Quand sonne l'heure de Rio

Cela fait quatre ans et souvent beaucoup plus que les régatiers les plus brillants de la planète attendent ce moment : l’épreuve de voile olympique, dont la particularité est d’avoir un seul représentant par nation et par série. C’est la règle après que le pays ait qualifié sa série. Pour un coureur, il n’y a pas mieux qu’une médaille olympique. Lundi 8 à Rio, les planches RS:X et les Laser ouvrent le bal, respectivement sur les ronds baptisés Pão de Açúcar (le pain de sucre) et à l’École Navale. Les épreuves dans les dix séries s’achèveront le 18 août. État des lieux.
  • Publié le : 05/08/2016 - 15:30

La baie de Rio Difficile d’imaginer sur cette image prise le 3 août que la baie de Rio est dans un état de pollution alarmant. Photo @ Sailing Energy/World Sailing

Si l’équipe de France de voile dirigée par Guillaume Chiellino - huit garons et sept filles - plus tout l’encadrement sportif, météo, médical, en règlement… est à pied d’œuvre depuis quelques jours, et loge non pas au village olympique, mais dans un hôtel (privatisé par la FF Voile) en bord de mer, à quelques encablures de la marina olympique, ce sont les planchistes et les Laséristes qui vont les premiers débuter les épreuves de voile lundi prochain à 13 heures locales (18 heures en France). Charline Picon et Pierre le Coq (planche à voile) Mathilde de Kerangat et Jean-Baptiste Bernaz (Laser) attaquent les JO. Charline est en forme et très attendue. Récente championne d’Europe, elle a remporté les deux Test Event disputés sur le plan d’eau des Jeux, véritables répétitions générales. Ce sont ses seconds JO consécutifs. 

Mathilde de Kerangat Mathilde de Kerangat lors de son dernier entraînement en baie de Rio. Photo @ Sailing Energy/World Sailing

Pierre Le Coq, champion du monde 2015 et qui a préféré faire l’impasse sur le récent championnat d’Europe à Helsinki (Finlande) pour garder le maximum d’influx, fait lui aussi partie des incontournables favoris. Ce sont ses premiers JO. Mathilde de Kerangat en Laser Radial a le parfait profil de l’outsider. Récente 3e à l’épreuve de Coupe du Monde de Weymouth, elle est jeune (24 ans), en pleine confiance et n’a sans doute pas la même pression que nos deux représentants en planche à voile. Ce sont aussi ses premiers Jeux.

Le retour du légendaire Robert !

Enfin, Jean-Baptiste Bernaz, depuis son titre de vice-champion du monde au Mexique, est régulièrement cité parmi les favoris d’une flotte où l’on retrouve l’enfant du pays Robert Scheidt, huit fois champion du monde et quintuple médaillé olympique (deux médailles d’or et trois d’argent). À 43 ans, il s’est remis au Laser après l’éviction du Star, uniquement pour participer à ‘’ses’’ Jeux. JB Bernaz, qui s’est entraîné longtemps sur place avec la légende du Laser, n’a jamais été aussi prêt. Ce sont ses troisièmes Jeux consécutifs.

Les Laser hommes Les Laser hommes – ici le Brésilien Robert Scheidt - et femmes débutent la compétition lundi 8 août.Photo @ Sailing Energy/World Sailing

Que dire de plus ! Que dans ces deux séries monotypes, le matériel est fourni et tiré au sort - flotteur et voile pour les RS:X, coque mât et voile pour les Laser - les planchistes toujours surnommés « babouins » ayant juste le droit de venir avec leur mât et leur aileron, et les Laséristes avec leur barre, leur girouette et quelques bouts. Que trois arbitres français vont officier : Nathalie Peberel au comité de course des 49er, Christophe Gaumont tout juste débarqué du TFV au comité de course des RS:X, et enfin Jean-Luc Michon à la jauge des Laser. Bernard Bonneau qui avait été logiquement nommé président du Jury international – une consécration ! – a dû malheureusement renoncer il y a quelques semaines pour raisons de santé.

« La baie de Guanabara toujours aussi polluée »

C’est le Brésilien Torben Grael, quintuple médaillé olympique en Star et Soling, coordinateur technique des épreuves nautiques qui le dit. D’après le sportif  le plus médaillé du Brésil, dont la fille Martine représente le pays hôte en 49er FX, ce plan d’eau n’a pas été bien nettoyé (à 60 % selon plusieurs sources) et il est difficile parfois d’éviter les détritus qui le jonchent. Et si on ne parle moins du virus Zika, une nouvelle « super bactérie » aurait été détectée dans les eaux proches des zones de course ces derniers jours. Les nageurs en eau vive seraient donc priés de garder la bouche fermée et les « voileux » d’éviter de dessaler… Il faut dire qu’avec la marée, la baie se vidant et se remplissant toutes les six heures, la mer rejette et collecte les égouts de Rio se déversant 24 heures sur 24 faute de véritables stations d’épuration.

La marina Gloria La marina Gloria qui accueille toutes les séries au crépuscule. Photo @ Sailing Energy/World Sailing

Enfin, une semaine avant le début des régates, la rampe principale de mise à l’eau de la marina s’est effondrée sous l’effet du clapot… mais devrait être opérationnelle le jour J. Les polémiques sur les carences de l’organisation sont classiques et récurrentes à quelques jours de l’ouverture des Jeux mais, malgré le discours très « méthode Coué » de Thomas Bach, président du CIO, il faut bien avouer qu’à Rio, ça semble dépasser l’entendement. L’équipe de France qui a préféré s’installer dans un hôtel, loin du village olympique a eu du nez, plusieurs délégations – dont les Australiens - étant effarées par l’insalubrité de certains logements à peine achevés.

Météo : du médium pour attaquer !

A trois jours de la 1ère manche, nous avons interrogé David Lanier, le météorologue de l’équipe de France. Sur l’ensemble du site - sept ronds de régate - trois à l’extérieur de la baie et quatre à l’intérieur – le temps devrait être partiellement couvert lundi, beau mardi et couvert voire pluvieux mercredi, avec des vents de secteur Sud à Sud-Est entre 8 et 15 nœuds. Et David de préciser que, pour le moment, la fiabilité n’excède pas 60 % en raison du passage d’un front, et que même d’ici lundi, les choses peuvent encore évoluer. Pour suivre directement les prévisions par le bureau météo de Rio, c’est ici : www.myweather2.com/Marine/Global-Ports/Brazil/Rio-De-Janeiro.aspx

Les 470 en entraînement Les 470 en entraînement sous l'oeil du Corcovado.Photo @ Sailing Energy/World Sailing

Enfin, l’équipe de France pourra entre autres compter dans la cité Carioca sur deux supporters de choix : Armel Le Cléac’h, ambassadeur et skipper de Banque Populaire, principal partenaire de la FF Voile depuis des lustres, et aussi Nicolas Hénard, double champion olympique de Tornado en 1988 et 1992 (respectivement avec Jean-Yves Le Déroff puis Yves Loday), et qui ne sera sans doute pas avare de judicieux conseils. Quant à France Télévision, elle a eu la bonne idée de faire appel à François Gabart en tant que consultant voile aux côtés de Gaël Robic. Il n’est pas inutile de rappeler qu’avant de tout rafler en course océanique, le vainqueur du dernier Vendée Globe a débuté en voile légère, a été champion de France en solitaire (Optimist puis Europe) et effectué une préparation olympique, terminant 1er du classement jeune lors d’un mondial de Tornado. Canal +, qui a suivi avec assiduité toute la préparation olympique, n’est pas en reste, avec aux manettes Hélène Cougoule. Vivement lundi et allez les bleus !

RS :X hommesLes coureurs en RS:X hommes qui ont utilisé des voiles jaunes durant toute la préparation olympique, en auront ont des bleues pour les JO.Photo @ Sailing Energy/World Sailing

Le programme série par série

RS:X Hommes et Femmes. 1ère manche : 8 août. Jours de réserve : 10, 13 et 15 août. Medal Race : 14 août.
Laser Standard (hommes) et Laser Radial (femmes) : 1ère manche : 8 août. Jours de réserve : 11, 14 et août. Medal Race : 15 août.
Finn : 1ère manche : 9 août. Jours de réserve : 12, 15 et 17 août. Medal Race : 16 août.
470 Hommes et Femmes : 1ère manche : 10 août. Jours de réserve : 13, 16 et 18 août. Medal Race : 17 août.
49er (hommes) et 49er FX (femmes) : 1ère manche : 11 août. Jours de réserve : 14, 16 et 19 août. Medal Race : 18 août.
Nacra 17 : 1ère manche : 10 août. Jours de réserve : 12, 15 et 17 août. Medal Race : 16 août.

NB : Les régates débutent tous les jours à 13 heures ou 13 h 30 locales pour s’achever vers 17 heures, la nuit tombant vite à Rio durant l’hiver austral.

Derniers préparatifs Derniers préparatifs - ici sur un Nacra 17 – avant le début des épreuves. Photo @ Sailing Energy/World Sailing

Deux médailles d’argent pour les bleus
selon Sailing Anarchy

La célèbre newsletter californienne Sailing Anarchy a livré ses pronostics et les cotes des bookmakers (anglais) pour les médailles à Rio. On note sans réelle surprise que seuls Billy Besson-Marie Riou (Nacra 17) Camille Lecointre-Hélène de France (470 femmes) et Charline Picon (RS:X) dont le nom a été écorché (elle se nomme Picor !) figurent dans le top 5 de chaque série. Jonathan Lobert (Finn) Jean-Baptiste Bernaz (Laser) Pierre Le Coq (RS:X) Sofian Bouvet-Jérémie Mion (470 hommes) ne sont pas cités dans les 5 premiers potentiels au final. Selon ces pronostics, les Français remporteraient deux médailles (en argent) avec Besson-Riou et Picon. Scott (GBR) en Finn est donné champion olympique, comme Burling-Tuke (NZL) en 49er, Belcher-Ryan (AUS) en 470 H, Mills-Clark (GBR) en 470 Femmes, Burton (AUS) en Laser Hommes, Bouwmeester (HOL) en Laser F, Grael-Kunke (BRE) en 49er Fx, Kokklanis (GRE) en RS:X Hommes, Shaw (GBR) en RS:X F, et enfin Waterhouse-Darmanin (AUS) en Nacra 17. Des pronostics à prendre avec des pincettes et établis à travers un filtre très anglo-saxon !

 

Pour en savoir plus : lire le dossier complet sur les JO, et les pronostics de la rédaction dans le numéro 546 d’août de Voiles et Voiliers, actuellement en kiosque.