Actualité à la Hune

Championnats de France de voile légère

Que d’espoirs !

Pendant que l’équipe de France brillait à Rio, 1 500 jeunes régatiers garçons et filles, talentueux et affutés se sont retrouvés à Marseille Martigues et Marseillan lors des championnats de France de voile. Et parmi tous ces « mangeurs d’écoute » se trouvent sans doute les futurs Charline Picon, Pierre Le Coq, Camille Lecointre ou Hélène Defrance… Bilan.
  • Publié le : 30/08/2016 - 15:30

RS:XLa RS:X planche olympique : une filière française couverte d’or et de bronze à Rio. Photo @ Com Inboard/FFVoile

Quand on dispute un championnat de France espoir au mois d’août, que ce soit en double, en solitaire, en équipage… en glisse ou extrême glisse, on a certainement dans un coin de la tête l’idée d’un jour intégrer l’équipe de France de voile, et on rêve non seulement de participer aux jeux Olympiques, mais aussi de décrocher une médaille, peut-être à Tokyo dans quatre ans, et on l’espère à Marseille dans huit… – si toutefois Paris est sélectionné pour organiser les JO. Mais pour atteindre ce Graal, il faut énormément de talent bien sûr, mais également un tel investissement et autant d’abnégation qu’on sait très bien que rares sont celles et ceux qui y parviendront. N’empêche, quand on mesure que tous les quatre ans, le fait de ramener des médailles olympiques «booste» généralement le nombre de licences chez les jeunes et suscite des vocations quel que soit le sport, on ne peut que se réjouir de voir l’engouement de cette nouvelle génération pour la régate.

29erLe 29er petit frère du 49er est toujours aussi populaire lors des championnats de France, que ce soit chez les garçons ou les filles. Photo @ Com Inboard/FFVoile

Jean-Pierre Churet, vice-président de la FFVoile en charge de la voile légère, est donc forcément aux anges. «Ces championnats sont en augmentation constante du nombre de participants, ce qui est un point positif pour la fédération. Sur les championnats de France Espoirs, que ce soit à Marseille ou Martigues, nous avons bénéficié de superbes conditions d’organisation avec des apports forts et constants des mairies de Marseille et Martigues, permettant de donner à ces championnats l’ampleur qu’ils méritent. Du côté de Mèze, ce sont 71 bateaux handi et valides qui se sont donné rendez-vous pour le championnat de France Handivalide Miniji, un signe fort de cohabitation entre les personnes en situation de handicap et les concurrents valides. Notre seul regret s’est porté sur le championnat de France Espoirs Extrême Glisse à Marseillan, puisque malgré les efforts de l’organisation, nous n’avons pas réussi à valider l’épreuve, à cause du manque de vent. Tous ces championnats ont mis en avant les meilleurs coureurs de nos ligues et de nos clubs, certains clubs se distinguant particulièrement comme le yacht-club de Cannes avec deux titres. Les médailles sont ainsi assez partagées entre de nombreuses ligues, mais elles font tout de même apparaître deux régions dominantes : Bretagne et Provence Alpes Côte d’Azur.»

Open 5.70L’Open 5.70 ici, comme le Longtze, attire nombre de jeunes rêvant de Transat 6.50, de Figaro comme de Vendée Globe. Photo @ Com Inboard/FFVoile

La relève au taquet !

Difficile de citer tout le monde, mais retenez quand même ces noms ! Alors que Jean-Baptiste Bernaz, vice-champion du monde et 5e aux JO de Rio en Laser, et «seul» au monde en France depuis plus de dix ans, a annoncé qu’après trois préparations olympiques, il arrêtait le Laser pour se tourner –  on l’espère pour lui – vers la Coupe de l’America qui le fait rêver depuis l’enfance et prendre une décision quant à une énième PO sur un nouveau support, sa succession est en route. Le Hyérois Romain Simonnot, très «facile» champion de France en standard, a, semble-t-il, les atouts pour marcher sur les pas de JB… mais devra surveiller Alexandre Boite, fils du champion de 5O5 Philippe, qui s’est imposé en Laser Radial. Champion du monde de Laser 4.7, ce garçon effectue une progression fulgurante et possède un vrai talent. 

BoiteAlexandre Boite (SRH) champion de France de Laser Radial devant Aurélien Pierroz (SRH) et Arthur Barrue (Coych). Photo @ FF Voile

Quant à la Cannoise Louise Cervera, après avoir terminé 3e au championnat du monde de Laser Radial récemment, elle s’est littéralement baladée, remportant le titre avec 153 points d’avance sur sa dauphine Mathilde Lovadina.
Champions du monde des moins de 19 ans en 29er il y a quelques semaines, il ne serait pas illogique de retrouver Gwendal Nael et Liliàn Mercier dans peu de temps comme nouveaux champions de France en 49er, tant ce jeune équipage semble à l’aise sur un skiff.

Flament et Dorange Flament et Dorange dominent le SL16 depuis plusieurs saisons que ce soit au niveau national et international.Photo @ Com Inboard/FFVoile

Et que dire des Rochelais Louis Flament et Charles Dorange, qui ont déjà tout raflé en SL 16 au niveau mondial… et qui, une fois encore, remportent le titre ! Le seul hic, c’est que s’ils veulent passer en Nacra 17, les deux copains devront se séparer, puisque la série est mixte. Enfin, la planche à voile reste toujours aussi prisée, et la 3e médaille d’or remportée par la France dans la discipline (Franck David en 1992, Faustine Merret en 2004 et Charline Picon en 2016) en sept olympiades doit sans doute donner des idées à Lucie et Fabien Pianazza, Delphine Jariel, Bérénice Mege, Ambar Yailet Papazian ou encore Hugo Mollard-Tanguy, Camille Bouyer et Titouan Le Bosq… qui ont tous brillé cet été.

 

MiniJi71 Miniji à Mèze confirment que cette série est en plein boum ! Photo @ Valérie Varo/FFVoile

Le Miniji à fond la forme !

Ce petit quillard se barrant soit avec un volant, soit avec un palonnier a beau avoir bientôt trente-cinq ans, il reste incontournable, et son succès ne se dément pas au fil des ans, puisque 71 concurrents ont disputé ce championnat de France. Réplique des fameux 12 M JI à l’échelle 1/7, ces petits «couloirs lestés» déplacent 160 kilos dont plus de 100 dans la quille. L’une des particularités de cette série tirée vers le haut par une association hyperdynamique est de pouvoir se faire confronter régatiers valides et handicapés. A l’issue de sept manches magnifiques, quatre titres de champion de France ont été décernés à Mèze sur l’étang de Thau. Hervé Tourneux a remporté son 10e titre de champion de France handisport, Eric Drye lui poursuivant son implacable domination en catégorie handivalide. Après deux années d’interruption à la suite de la naissance de sa fille, Alexandra Deltour n’a pas mis longtemps à retrouver ses automatismes et s’est imposée chez les filles en handivalide, Chantal Labat-Salaun remportant le titre en handisport.

Championnat de France MiniiJi 2016Sympathique photo de famille à l’issue des championnats de France sur Miniji. Photo @ Valérie Varo/FFVoile